Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/10/2008

Jugement de Gonçalo Amaral le 24 octobre

Le Tribunal de Faro a désigné aujourd’hui les jurées qui vont juger les cinq inspecteurs de la Police Judiciaire (PJ), accusées de crimes divers, notamment d’avoir torturé la mère de Joana Cipriano, Leonor, condamnées à 16 ans de réclusion pour l’assassinat de sa fille.

Un pompier, un chauffeur, un réceptionniste et un gestionnaire sont les quatre citoyens choisis comme jurés au jugement qui doit débuter le 24 octobre.

Parmi les inspecteurs de la PJ figure Gonçalo Amaral, l’ancien coordinateur du Département d’Investigation Criminelle (DIC) de Portimão, accusé de ne pas avoir dénoncé les prétendues agressions à Leonor Cipriano. Les autres accusés sont Leonel Lopes, Pereira Cristóvão et Marques Bonne, accusées d’avoir torturé Leonor Cipriano, tandis que l’inspecteur Nunes Cardoso affronte l'accusation de falsification de document.

En renplacement de João Grade, Marcos Aragão Correia est devenu l’avocat de Leonor Cipriano. Récemment, l’avocat s’est illustré en devenant protagoniste dans l’affaire Madeleine McCann, citant en justice les services postaux portugais les accusant de ne pas avoir livré en main propre un courrier recommandé adressé aux McCann dans lequel, selon lui, il indiquait des pistes qui pouvaient aider l’enquête. Il avait alors lancé des recherches dans le barrage d’Arade, à quelques kilomètres de l’endroit d’où est disparue Madeleine McCann, n’ayant trouvé que des déchets et quelques ossements d’animaux.

Assistent du Ministére Public dans ce procès, Marcos Aragão Correia, objet lui-même de plusieurs procès-crime, vient de demander des mesures de protection pour sa cliente et pour lui-même, se disant menacé : l’avocat indiquait comme preuve des menaces de qu’il serait victime, un article publié dans la presse populaire ou un des inspecteurs l’aurait comparée à un chien qui aurait besoin de prendre une tape sur le flanc.

Lire aussi: Marcos Aragão Correia à une vision de l'affaire Cipriano

Les commentaires sont fermés.