Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/11/2008

Affaire Cipriano : Extrait d'entrevue avec le psychologue et professeur universitaire Paulo Sargento

Duarte Levy interviewe Paulo Sargento — enregistré à Lisbonne, 18 octobre 2008

Duarte Levy : Quelle crédibilité ont les déclarations de Leonor Cipriano concernant les agressions, dont elle prétend être une victime ?

Paulo Sargento : Et bien, l'histoire de Leonor Cipriano aussi bien que celle de son frère, est une de compliquée, parce que, précisément de ce que nous savons, même en termes de tests, des tests qui ont été réalisés à différents moments, sur le frère et sur Leonor, est que leur crédibilité est réduite. Réduite dans le sens où tous les deux sont diagnostiqués ayant des désordres antisociaux avec un degré important de psychopathie.

Généralement, ce type de personne a en réalité une obligation de mentir, dans des circonstances ou le mensonge sert leurs buts, sert l'individu.

C'est-à-dire, ce n'est pas une impulsion de réduire l'anxiété, mais d'atteindre un objectif. Et dans ces circonstances, c’est toujours de crédibilité beaucoup plus réduite.

Quand nous parlons d'une personne, qui a un degré important de psychopathie, et confirmant cette idée… En fait elle, je parle d’elle puisqu'elle a été publiquement confirmée dans des rapports de l'Institut de la Réinsertion Sociale dans différentes circonstances et aussi, dans un rapport de la Commission de Protection de Mineurs d'où ce diagnostic est avancé. Donc, ce type de personne avec ce type de trouble de la personnalité, en réalité ils ont peu de crédibilité dans le sens qu'ils mentent en grande partie pour atteindre leurs buts.

Cela signifie d'une manière prosaïque que du point de vue de l'attribution de leurs jugements moraux, ces personnes ne voient pas de moyens d’atteindre des buts. Et quand en vue est le leur… mettons-le entre parenthèses `pour sauver leurs peaux ' ils peuvent mentir avec conviction.

Dans ces circonstances, leurs témoignages devront être correctement évalués par des spécialistes, de sorte que nous puissions avoir la pleine portée de la véracité, pas de la véracité, mais de la crédibilité de leurs déclarations.

Duarte Levy : Concernant Leonor et son frère, lequel des deux est la personne dominante ? Si en fait ça se produit.

Paulo Sargento : Nous n'avons pas de données… De ce que nous avons du point de vue public, il n'y a pas assez de données pour le savoir, mais il y a un facteur très curieux, qui est celui où le frère dit de façon insistante que `si ma sœur parle je parlerai également'. C'est une reconnaissance publique d'un genre d'assujettissement. Et la totalité du protagoniste de l’affaire relatif à Leonor Cipriano nous donne également un sens matriarcale – c’est à dire du protagoniste dans l'événement entier du crime, ou pas.

Mais la première question à souligner, et ça en est une facile à souligner dans chacune des entrevues données, est que quand le cercle commence à se resserrer, quand ils sont arrêtés, il dit ceci une ou deux fois : `si ma soeur parle je parlerai — je parlerai seulement après qu'elle parle' - ce qui lui donne le protagoniste et répondant à la question, elle est probablement un peu plus d'un commandant que lui.

Entrevue exclusive par Duarte Levy. Image par Joana Morais. ©Tous droits réservés.

Commentaires

Bonjour


Merci mr Lévy et merci Joana Morais .

C'est bien de montrer expliquer cette histoire de Leonor Cipriano pour le "reste" de l'Europe , car ce "reste" de l'Europe ne s'interesse à ce cas qu'à cause de l'histoire de Maddie . Sinon jamais de la vie ,ça n'aurait fait couler autant d'encre dans une "certaine" presse étrangère quoi que ...ils sont assez silencieux ces derniers temps . Le proces contre les "tortionnaires" ne tourne pas en la faveur ? Ils ne savent plus écrire quand les évenements prennent une tournure qui leur déplait ?

Écrit par : marie(f) | 28/11/2008

Les commentaires sont fermés.