Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

23/01/2009

Paulo Sargento: "L’opinion publique a été manipulée dans l’affaire Maddie"

(Mise à jour) Entrevue exclusive par Duarte Levy. Image par Joana Morais. 2008/2009 © tous droits réservés. Transcription disponible en portugais ICI, anglais ICI.

"Le plus naturel est que toute personne à qui ait disparu un enfant, préfère avoir autour (de lui) la police et personnes qui, techniquement, vont les aider à la retrouver et ne vont pas rechercher, à titre d’exemple, un prêtre et, immédiatement après, un consultant en image. Il s’agit d’une question de base… Cette préoccupation (des McCann) nous pousse à penser à une chose fondamentale : outre l'éventuelle disparition, il y avait d’autres préoccupations accessoires et celles-là ont gagné en importance (par rapport à l’éventuelle disparition)"


DL : En relation au cas McCann quels parallèles peut-on établir entre ces deux cas ? Deux fillettes qui ont disparu et des parents qui prétendent être innocents.

PS : Formellement, nous avons deux ou trois questions... le premier est sans équivoque. Deux fillettes disparaissent, ne sont pas réapparues, on n’a trouvé aucun type de corps.

Seconde question : dans les deux cas, on réclame, disons ainsi, depuis le début l’hypothèse du rapt. Soit dans le cas Léonor Cipriano, soit dans le cas Madeleine McCann. Bon... et ce rapt est toujours réclamé du côté des parents, donc la thèse est depuis le début émise par les parents. Il y a néanmoins une différence colossale, c’est qu’en relation au cas Léonor Cipriano, le cas de la petite Joana, le passage de l'innocence à la suspicion est rapide. En une ou deux semaines. Rapidement, Léonor Cipriano a cessé d'être une mère innocente pour qui tout le monde avait eu de la peine les deux semaines précédentes, notamment dans des programmes de télévision, où la mère aurait pleuré, aurait présenté le portrait de la fillette et aurait émis de ce fait, cette hypothèse que la fillette aurait été volée par un pédophile ou quelque chose du même genre, mais qui, par la suite, commence à être soupçonnée, enquêté et ensuite emprisonnée tandis que le cas McCann, ce virage, disons ainsi, d’affirmation pour la culpabilité est socialement fait, beaucoup plus tard. Et ceci existe du point de vue sociologique, en termes criminologistes un abordage de niveau social parce que Léonor Cipriano est une femme pauvre sans protection, disons, apparemment politique, personne, parce que c’est une simple inconnue de la région d’Algarve, qui avait déjà d’une certaine manière... elle portait dans son passé une charge liée d’une certaine  manière, à la justice, car elle était fichée par la commission des mineurs comme étant une mauvaise mère, etc., etc., et rapidement le système s'est inversé. Par rapport aux McCann non ! Car ils sont d'une classe plus élevée, étrangers, avec une protection, tout l’indique, au plus haut niveau politique n'est-ce pas ? Et ce passage a pris plus de temps. Mais cela veut dire aussi une chose. C’est le temps qui fait que la vérité ne peut se cacher éternellement, bien que retardé, les choses commencent aussi à gagner forme. Mais ici, la question du niveau social nous oblige aussi à repenser à tous les critères de justice, dans le sens que nous pouvons penser qu'il y a deux types de justice, selon le type social où la personne s'intègre.

DL : En relation à l’opinion publique dans les deux cas, jusqu'à quel point le comportement de l'opinion publique, notamment au Portugal, a été différente dans un cas et dans l’autre, et de nos jours comment peut-on expliquer, par ex., qu'il n'y a pas d'apparitions dans le cas Joana, mais qu’il y ait des apparitions très émotionnelles dans le cas Madeleine McCann ?

PS : Cette question est une question très intéressante. Cette question nous mène à penser que l'opinion publique est plus sensible, a été plus sensible dans le cas aussi, dans le fait qu’il s'agissait de citoyens étrangers qui sont hors du pays, et nous portugais, cette question que nous avons... cette hospitalité d’être un peuple chaleureux, qui aime bien recevoir, avec beaucoup d'habilité sociale, ceci est... nous aimons beaucoup aider et faire ce qui doit être fait. Cela a été dans les premiers temps l’une des questions qui ont aidé d’autres à médiatiser ce cas. Parce qu'on a eu de l’intérêt pour d’autres sujets, et ce sont des causes plus cachées, qui ne seront pas faciles à expliquer, que le temps expliquera, que l’investigation expliquera. Une cause fondamentale est que le peuple a adhéré en masse. Le peuple a fait de Madeleine une espèce de fille adoptive du Portugal ce qui est une chose intéressante. Et dans cette perspective, cela a aidé à créer, n'est-ce pas, presque une espèce de patrouilles de recherches populaires. Une espèce de milice de recherches populaires qui dans une certaine mesure auraient pu aider d'une part, à confondre la police, et d'autre part à découvrir d’autres pistes les premiers temps. Donc, celle-ci est une des questions.

Par rapport aux  apparitions, je fais toujours la comparaison avec le cas de Roswell aux U.S.A. Les U.S.A, 40 ans après Roswell, ont continué avec des apparitions presque quotidiennes d’OVNIS et c’est quand sont fait tous les films, les grandes sagas avec des aliens, en rapport avec Steven Spielberg et avec la guerre des mondes, pourtant c’est une chose que Platon disait... une chose très simple concernant les mythes. Les mythes sont une chose qui attire une arnaque, un récit fabuleux, un mensonge, mais c’est, étonnant comment on explique aussi bien la réalité quand la raison nous échappe. Et ici, c'est la même chose. Tant qu’on maintient les apparitions, ce mythe, le mythe Maddie donc, si c’était au moyen-âge, Maddie aurait déjà été béatifiée et sanctifiée. De nos jours, ça ne l'est pas, car de ce fait, heureusement ce n’est pas le problème où nous vivons. Mais le mythe, l'aspect, ou encore, les apparitions du Maddie sont pareils aux apparitions des OVNIS, maintenons... nous savons qu'elle n’est déjà plus vie, mais nous maintenons cette hypothèse dans notre imaginaire, nous savons que ça n'existe pas, nous avons de grandes évidences que la vie extraterrestre n’existe pas, du moins dans le fond, du genre comme Orson Wells a voulu démontrer dans la guerre, quand il simulait l'invasion avec des Martiens verts. Il pourrait y avoir une autre éventuellement, mais nous avons toujours la méfiance du peut-être que ça existe. Maintenant un autre mythe curieux c’est qu'il reste et ceci est une polarisation de la pensée humaine, qui reste en fait, à préserver l'erreur, qui est, les apparitions qui ont été plus négatives, plus consécutifs, qui ont été ceux du Maroc, ce sont ceux-là qui, pendant plus longtemps, ont été les plus crédibles pour une certaine communication sociale. On insistait sur ces apparitions quand nous avions le préjugé contraire. Si j'ai eu trois apparitions négatives, je dois tout de suite penser que c'est personnel, ce sont des personnes, la population est plus susceptible, est plus suggestionnée et donc, il va y avoir plus de choses où elles n'existent pas, mais cela curieusement a servi, mettons ceci entre guillemets, "pour entretenir" la presse et maintenir la thèse de rapt dans l'air sans un quelconque critère. Donc s'il y a des apparitions c'est parce que, oui, les personnes la cachent et continuent à croire qu'effectivement c'est un rapt.

DL : Dans les cas de rapt qui ont été prouvés, où parfois on ne trouve pas le corps, on parle toujours de faire le deuil. La nécessité que les parents doivent trouver le corps pour faire le deuil. Dans le cas de Madeleine McCann, jusqu'à quel point l'opinion publique a besoin de faire le deuil de ce cas ?

PS : Il a besoin, et ça, c’est une question fondamentale même pour, disons, clore le cas. Tant qu’on ne saura pas vraiment ce qui s'est passé, il y a toujours un reste de méfiance. Le deuil sert pour que nous réparions une perte. Cela signifie, si nous voulons une définition rapide du deuil, c’est : comment je réussis à combler une perte ? Comment est-ce que je réussis du moins, à combler les effets souvent dévastateurs, du point de vue émotionnel que cette perte a causé ? Et en règle générale, il doit y avoir des marqueurs. Ce n'est pas par hasard que nous avons des cimetières. Nous, purement et simplement, pourrions mourir, laisser que les corps se décomposent naturellement comme la nature le ferait et plus rien. Mais non. Nous avons des symboles. Des symboles qui vont nous aider à nous certifier qu’il est là, que c’est arrivé, que cette fin est finie, et cette symbologie nous permet un passage de ce qui a été réel, qui a existé pour un souvenir qui est un autre type de réalité qui est prouvée. Et tant que ça n'arrive pas, tant qu’il n'y a pas une preuve concrète, l’ambivalence continue et ainsi continuent les apparitions, car tant qu’on ne sait pas qu’elle est morte, il est possible qu’elle soit en vie. Donc, et c'est celle-ci, dis-je, qui a un certain intérêt dans une certaine presse et dans un certain type de mouvement d'information autour de ce cas qui maintient dans des circonstances et des moments très stratégiques, les apparitions comme une forme d'informations pour éviter le deuil. C'est-à-dire... si, nous allons supposer un autre cas, le cas de Castelo de Paiva où il est tombé y a 4/5 ans, comme nous savons tous, un car avec de nombreuses personnes... une excursion... est tombée... où sont mortes de nombreuses personnes où les corps ne sont pas réapparus. Nous comprenons que les personnes de la famille des corps qui ne sont pas réapparus ont eu les plus grandes difficultés à clore ce chapitre de leur vie. Du point de vue socioculturel nous allons avoir de grandes difficultés à clore ce fait, le chapitre Maddie, tant que nous ne saurons pas ce qui est arrivé vraiment, tant que nous n'aurons pas, disons, la preuve évidente. Tant qu'on réussira à donner une no cravo e na ferradura *, ce phénomène n'aura jamais de ce fait, une fin. Jamais... c’est comme si nous ne pouvions plus jamais être en paix, jamais être en paix avec Maddie tant qu'on ne saura pas effectivement, noir sur blanc : la fillette est morte, c’est ça qui est arrivé et c’est fini, elle sera toujours dans les limbes entre une vérité et un mensonge. Elle sera toujours une espèce de fantôme qui va poursuivre le Portugal et l’Angleterre et la relation entre les deux peuples.

DL : Mais... et concernant le couple ? Concernant Kate et Gerry McCann, en ce moment, par les images qui sont connues, par l'attitude du couple, on peut conclure qu’ils ont déjà fait ce deuil ?

PS : Non, non je ne conclurais pas ça, je conclurais même autre chose. Nous tous dans la vie, tous les êtres humains dans la vie, ont des pactes. Il arrive des choses plus ou moins terribles, en accord avec le système de valeur et avec la gravité relative près des événements et de la manière dont nous les vivons intensément et la manière dont nous faisons des pactes. Ce qui est commun ici, pour les deux, dans ces circonstances de couples, par ex., qui ont perdu un enfant, d'une manière ou d'une autre, et ici on ne se discute pas du problème s’il y a ou n’a pas de responsabilité, du fait évident qu’il a perdu son enfant. C’est, basiquement... ceci est décrit dans les recherches psychologiques, avoir des ruptures. Ruptures conjugales passées quelque temps après que ces faits surviennent. Et pourquoi ? Justement parce que nous ne pouvons pas penser que deux personnes font le deuil d'une même situation commune, en même temps. Ceci est un point clé pour percevoir le phénomène. Il y en a un par bonheur qui le fera en premier que l'autre. Et celui qui le fera en premier que l'autre à un moment donné cesse de faire une fixation, par ex., dans le décès ou la perte de l'enfant, pour commencer à faire une vie dite normale. Recommencer à sourire à nouveau, à recommencer à sortir, à recommencer à aller dîner dehors, recommencer à… bon, vivre la vie ! Parce qu’il a résolu, il a déjà réparé l'effet dévastateur émotionnel et l'autre non ! Et ici, commence le conflit.

Qui sera du genre "comment est-ce que tu peux vouloir aller dîner dehors quand notre enfant est mort il y a à peine deux ans ?" Donc, ça, pour qui travaille du point de vue clinique, avec des familles, perçoit ceci clairement. Or ceci s'est passé il y a un an et quelques, dans le cas Maddie McCann, et visiblement nous ne voyons aucun type de crise entre le couple. Ça ne veut pas dire que ça doit être toujours comme ça, mais il y aurait dû avoir un signe quelconque. L’unique signe que nous continuons à avoir est un signe de nature superficiel, qui est en rapport avec l'image, les conseils d'image qu’ils ont naturellement, qui est d’ailleurs des marqueurs sociaux de grande union, d'ailleurs l'exemple : de la manière avec laquelle Gerry écrit dans son blog, maintenant du moins après avoir recommencé à écrire... c'est de fait : "Kate et moi sommes très occupés à faire ceci… ce qui veut dire, essayer de toujours donner une idée de normalité, de quelqu’un qui continue dans cette recherche, unie avec le même objectif. Mais unis dans le même objectif et en même temps ils disent qu'ils n'ont pas réussi, disons, à trouver encore, c’est une chose qu’il leur manque pour faire aussi le deuil de la situation. Et dans ces circonstances il me semble que ça n’a rien à voir avec avoir fait ou ne pas avoir fait le deuil, mais surtout il y a un pacte entre les deux sur cette question, du moins du point de vue émotionnel de ce qu’on peut voir, parce qu'ils sont très formels et disons, présentent, aussi bien du point de vue du discours public et du comportement social, marqueurs qui suggèrent de ce fait ce type de pacte, dans une stratégie prélineaire et conseillée pour maintenir de ce fait cette recherche qui sans cesse, encore du point de vue contradictoire.

Contradictoire pourquoi ? Parce qu'on est intéressés à maintenir le cas dans les feux de la rampe, il a été très silencieux. On peut aussi percevoir l'idée "bon nous avons été silencieux, car nous cherchions des pistes… etc.… Mais ces changements, disons d’opinion, les personnes ont besoin de le savoir aussi, car ce cas, Madeleine McCann, a cessé d'être un cas qui n´intéresse que le couple, ça intéresse tout le monde, car on ne peut pas mobiliser de l’aide et ensuite ne pas la vouloir, donc je dirais qu'il ne s'agit pas de deuil, ils ne l’auraient pas fait ou l’auraient fait, mais je trouve que ce n'est pas le problème qu’on doit se poser, mais dans quelles mesures une espèce de pacte, modelé par des circonstances stratégiques du point de vue social, combien de temps est-ce que ça va durer ? Jusqu'à quand les personnes vont pouvoir supporter la pression ? Ce qui est aussi très étrange c’est comment, je ne sais pas s'ils ont un appui psychiatrique, ou psychologique, ou psychothérapeutique ou non, et les gens ont des niveaux de résistance au stress différents, mais pour ceux qui ne sont pas... qui n’étaient pas des figures publiques, qui étaient habituées au stress d'être en permanence avec des caméras, ils ont été, évidement du point de vue émotionnel, très bien. Étrangement bien, je dirais.

DL : Pour en revenir au cas Madeleine McCann, les vidéos qui ont été créées il y a quelque temps par Paulo Sargento... quelle est l'idée derrière ces vidéos ? Je parle par ex. dans la vidéo où l’on voit le trajet parcouru par une voiture qui sortirait de l'Ocean Club.

PS : OK. Donc, dans cette vidéo où l’on dessine non pas un, mais trois trajets alternatifs, ce qu’on a cherché à démontrer à ce moment-là, c’est qu'une voiture qui sortirait prétendument de la fenêtre de la chambre de derrière, disons, de la porte où le couple McCann était logé. La voiture qui sortirait par la route qui sort par derrière l'Océan Club jusqu'à l'église, ou par la route qui passe devant de l'Océan Club jusqu'à l'église, mettrait environ 27/28 secondes à faire le trajet à une vitesse de 50 km/h, donc ce serait la vitesse maximum permise à l'intérieur d'une localité. Donc celui-ci a été le calcul qui a été fait. Dans un de ces trajets, la voiture aurait deux avantages à faire le trajet. Disons qu'il y a quelqu'un qui amène la fillette, vivante ou morte, peu importe, en voiture jusqu'au point à partir duquel on peut faire des divagations, notamment par la mer ou où que ce soit.
Ce trajet prend 26 secondes et si c’est du côté tourné, disons, du côté droit de l'Océan Club où ça ne passe presque pas devant la porte, ce trajet est pratiquement rectiligne. C'est une route qui n'a aucun obstacle, il y a peu de gens parce qu'il y a un terrain abandonné, je ne sais pas s’il y est encore, mais à ce moment-là il y avait un terrain abandonné d'environ deux hectares qui était interdit au public pour cause de travaux, donc il n'y avait pas beaucoup de monde présent et donc ce serait un trajet qu’une voiture ferait en moins de 30 secondes pour arriver auprès de l’église, et imaginons qu’il y ait une troisième personne, un complice quelconque pourrait emmener la fillette et l’emmener vers un autre endroit à partir de ce point. Ensuite il y a autre trajet qui prend peut-être une seconde de plus, plus court, mais il y a plus de virages, il y a plus gens qui passent naturellement, il y a surtout une question : il passerait devant la porte de l’Océan Club. Imaginons que c'était quelqu'un de connu du groupe des 9, qui serait en train de faire ce trajet avec la fillette, là, il se ferait beaucoup remarquer. Quel que soit le trajet, cela démontre une chose, ça démontre la possibilité que moins de 5 minutes, quelqu'un pourrait sortir de la table de l’Océan Club, avoir pris la fillette en voiture, aller jusqu'à l'église, revenir et en 5 minutes il serait à nouveau en train de discuter avec ses amis.
Ça, c’est une démonstration claire.

DL : À ce jour nous savons qu’il y a eu coupure dans les informations. On sait plus ou moins l'espace de temps qui a été à la disposition du couple, de certains des amis pour s'absenter du dîner de l’OC et une première donnée qui apparaît, on parle d’un espace de temps de 12 minutes. 12 minutes seraient alors un temps pour faire évacuer un corps d'un appartement ?

PS : La moitié de ce temps serait plus que suffisant, confortablement suffisant.

DL : En relation au cas Madeleine McCann, ces portraits-robots qui sont apparus successivement, jusqu'à ce quel point on peut donner de la crédibilité soit aux témoins que ont donné origine à ces portraits-robots, soit les portraits-robots eux-mêmes, car ils sont très différents entre eux ?

PS : Oui, ils sont différents. Je trouve que ces portraits-robots sont une complète tromperie et il y a des erreurs à tous les niveaux. Le premier duquel, avec la photo. Le portrait-robot est une production disons, exécutée, en règle générale par un dessinateur ou un technicien de la police ayant en vue un témoignage. Donc, première question que nous devons nous poser est si le témoignage est crédible. Dans deux situations le témoignage a été d’une dame appelée Jane Tanner, qui appartenait au groupe des Tapas n'est-ce pas ? Et cette dame comme on peut vérifier dans les productions discutables qu’elle a eut avec la police, il y a eu des modifications. Ceci est plus qu’une raison suffisante pour que nous restions prudents. Quand nous regardons le portrait-robot, donc le croquis du dessinateur de la police, qui est le résultat ou une tentative de transformer le résultat d'une production disons, discutable d'une personne qui est constamment en train de modifier son témoignage. Pour donner un exemple de ça, dans la première esquisse, nous avons quelque chose comme avoir vu un homme qui transportait quelque chose dans les bras, genre ça semblait un enfant enroulé dans une couverture, et dans le second c'était Maddie qui allait dans les bras de cette personne si bien que dans le portrait-robot on voit le dessin d’une fillette portée dans les bras, d’une manière même très étrange, car personne ne transporte ainsi dans l’espèce humaine... ainsi, c’est seulement dans des circonstances très spéciales sauf si manifestement elle était morte mais je ne vois personne avec un enfant mort passer dans une rue, la montrant au public.
Pourtant, ceci est trompeur. Ce qui m’étonne c’est qu’une dessinatrice expérimentée, par exemple d’une police scientifique, peut tomber dans une erreur primaire comme celle-ci et d’après les relations, les proportions, un enfant de 3 ans, la proportion qu’elle prend sur celui qui la porte, est mal reproduit dans le sens que les jambes sont purement et simplement trop grandes par rapport aux canaux anthropométriques que je répète, d’une dessinatrice scientifique à l’obligation de connaitre et de le reproduire ce cette manière. C’est pour cela que c’est complètement trompeur.
Mais il y a encore là une question très intéressante, c’est que ce portrait est déjà produit, avec un pyjama et qui est un pyjama qui est seulement apparu au public, l'image de ce pyjama donc... après que Jane Tanner ait produit la première histoire, le deuxième elle l’a modifié. Donc un premier portrait-robot en rapport avec le témoignage, ensuite ce qui est en rapport avec les circonstances techniques avec lesquelles un dessinateur scientifique doit avoir dans sa formation et clairement elle ne peut pas faire des erreurs primaires comme celles-là. Et ensuite un portrait-robot prétend presque toujours identifier ce que les êtres humains ont de plus identifiable et nous savons que nous sommes plus identifiables, les bébés regardent une partie plus spéciale de notre corps qui est le visage, triangle, yeux, nez, bouche et toute personne ayant vu une autre personne instinctivement où regarde-t-elle ? C’est le visage.
Et si quelqu'un a vu quelqu'un et qu’il soupçonne ce quelqu'un d’amener cette fillette, il y a de quoi s'étonner comment il remarque les chaussures classiques, le pantalon beige, le manteau marron, la chemise beige, des ingrédients de couleur si difficiles d'observer la nuit et aussi attentifs aux détails et les maintient tout au long d'un certain temps et qu’il n’y ait aucune trace du visage.
Bon, ceci n'est pas un portrait-robot.

Pour finir et plus important et que, de mon point de vue, traduit effectivement la volonté qu’il y a de maintenir la thèse du rapt à tout prix en passant par des erreurs aussi grossières comme celles que je finis de dire et de redire encore ; bon, mais attention c’est un portrait effectué par un dessinateur scientifique avec une formation du FBI. Or, qu’est-ce que nous avons ici ? L'imposition claire d'un argument d'autorité en faveur de l'autorité de l'argument. Si l'argument est bon peu importe le fait qu’il soit, fait par le FBI ou fait par n’importe qui d’autre et plus encore, ni toutes les institutions connues comme compétentes ont 100 % de gens compétents, donc ceci est une erreur absolument extraordinaire et c’est sur cette base qu’on a essayé de montrer cette vidéo purement et simplement pour dire que ce portrait-robot serait une tromperie et plus encore, le troisième qui apparait, un croquis avec un type barbu et très ressemblant comme on l’a souvent déjà dit en plaisant, très ressemblant à l'ex. Beatles le timide Georges Harrison, il est produit non pas par la témoin Jane Tanner comme on le fait croire, mais par une citoyenne anglaise, britannique, qui n'était pas à Praia da Luz au  moment où la petite a disparu, mais c’est environ un mois après qu’elle a vu un type avec ces caractéristiques et il est basé sur ces caractéristiques après quelques discours qui avaient dit que c'était quelqu'un avec un air méditerranéen qui est reproduit ce troisième portrait-robot.

Ce qui veut dire...... c’était trop de coïncidences que le type reste là, après avoir kidnappé, presque un mois et que cette dame ait vu ce même type. Maintenant, cela a bien servi une agence de détectives privés qui travaille avec les McCann, pour trouver à Altura au Algarve près de Vila Real de Sao Antonio un type avec une barbe aussi, avec des cheveux bien longs, qui par hasard avait aussi un blouson marron et qui était là, à Altura qui est à mi-chemin, par exemple, entre Praia da Luz et Huelva où il avait eu aussi, au même moment, passant le pléonasme, une fillette avait été enlevée au moment ou l’on a découvert que, réellement, elle avait été enlevée et assassinée par un pédophile. Seulement, à ce moment-là, on ne savait pas cela et probablement ça a beaucoup arrangé un type qui en plus on le démontre clairement par la comparaison faciale de la reconstitution anthropométrique disons les proportions faciales qui n'ont rien à voir avec le portrait-robot, et qui en plus est un citoyen qui souffre de perturbations psychosociales.

Cela a bien servi pour maintenir encore quelque temps un portrait-robot qui est lui-même un portrait-robot trompeur et construit, je risquerais et je dirais artificiellement, car purement et simplement la partie de l'arcade sourcilière et la partie faciale plus basse, ne coïncident pas dans les proportions et nous sommes en train de créer une espèce d'être humain ambigu, car la partie d'au-dessus est typiquement masculine quant aux traits sourciliers en accentuant les traits un peu du style… il avait des bosses crâniennes plus distinctes et avait un air méchant. Quand nous voulons par exemple... même dans le cinéma quand voulons mettre un acteur à jouer le criminel nous n’allons pas faire jouer un acteur avec des traits fins, on met un type plus brut, cette arcade sourcilière type Neandertal fait peur non ? Cette partie du haut est ainsi, mais cette partie du bas est très ressemblante avec le citoyen, par exemple plus anglo-saxon tandis que la partie du haut ressemble à un Maghrébin. Ou soit, nous avons ici une espèce de figure hybride qu’il faille maintenant savoir si c’est encore une incompétence de la dessinatrice ou si c'est quelque chose de plus dangereux que cela, une fabrication pour dessiner une espèce de stéréotype criminel ancestral.

DL : Une dernière question, peut-être concernant la campagne qui a été créée autour du cas. D'un point de vue psychologique jusqu'à quel point on peut considérer que l'utilisation du Cuddle Cat, ces promenades près de la mer, ces allées à l'église, jusqu'à ce quel point on peut expliquer cela dans des termes de manipulation publique ?

PS : Je crois que... les propres actions en elles-mêmes sont une évidence de manipulation de l'opinion publique parce que normalement dans la disparition d'un enfant, dans la perte d’un enfant, on se doit de distinguer le comportement le plus fréquent chez les êtres humains ce qui ne veut pas dire qu’il est plus fréquent, il n’y a pas des personnes avec un autre type de comportement sans que cela signifie qu’ils deviennent des suspects ou n’importe quelle autre chose et les accuser. Mais le plus naturel c'est que toute personne à qui un enfant a disparu, un être cher, qui que ce soit, préfère être entouré par la police et les personnes qui techniquement les aide à trouver et ne cherchent pas comme, par exemple, la première nuit on a cherché un prêtre et aussitôt suivi par un conseiller d'image.

Ce sont des questions de base fondamentales. Cette préoccupation amène à penser une chose fondamentale outre l'éventuelle disparition, dont nous ne savons pas ce que c’est ou ce qui a été. Il y avait d’autres préoccupations accessoires et celles-ci ont gagné en prépondérance, et elles ont gagné tant de prépondérance que les promenades étaient marquées, qu’il y avait un seul type de presse informée, le Cuddle Cat a été utilisé dans certaines circonstances d'une forme plus démonstrative pour les caméras, mais moi, aujourd'hui, que le couple McCann m'excuse, je n’ai plus jamais plus vu le Cuddle Cat et ils ont continué à être filmés. Si le Cuddle Cat a servi de fait, d’une intention du point de vue de la manipulation de l'image. Ayant ceci, tant positif comme négatif, je ne suis pas ici à créer un jugement de valeur que les personnes peuvent vouloir manipuler l'image avec, disons, une intention très bonne qui est de ce fait de maintenir vivant l'intérêt pour la recherche, disons, de sa fille et naturellement ce serait légitime de penser que cette manipulation était faite pour maintenir l'intérêt. Maintenant, on ne comprend pas pourquoi on change d’attitude et pourquoi certaines choses sont utiles et d’autres non, donc là, je n'ai aucun  doute d’informer qu'il y avait manipulation et comme ils étaient conseillés pour le faire, cela est venu à se démontrer.

DL : Une question qui s’éloigne un peu du chapitre de la psychologie, mais qui s'encadre dans l'expérience que vous avez. Jusqu'à quel point, en partant du principe que ce cas sera rouvert et que ce cas sera un jour jugé au tribunal, jusqu'à  quel point il sera possible, au Portugal, si on place ces parents ou qui que ce soit d'autre face à un juge ou à un jury et de penser qu'un juge ou un jury aura l'indépendance suffisante face à la médiatisation qu’il y a eu pour juger ce cas ?

PS : Bon, la première chose, j'ai la sensation en premier lieu que cela ne se produira jamais, mais c’est une sensation, un point de vue, il n’y a rien que je ne puisse dire. Il y a un ensemble de facteurs qui me font affirmer que... bon dans ma perspective et l'un de ces facteurs est de fait, l'excessive médiatisation qui fait qu’en règle générale les vrais coupables n'apparaissent jamais. Je vais rappeler seulement un cas célèbre. Un cas, curieusement Britannique Jack the Reaper. Jack l’Éventreur a été la première grande médiatisation historique dans le crime, c’est la première fois que l’ont a vendu des journaux sérieusement à cause d'un crime, cela a donné une telle confusion qu’on n’a jamais découvert la vraie identité de ce Jack, qui a un nom qui, pense-t-on, a été créé par la presse elle-même, c’est un nom qui jamais été signé nulle part. Et donc, celui-là a été le premier grand exemple, curieusement anglais où la médiatisation fonctionne pour confondre, fonctionne en règle générale en faveur de celui qui a pratiqué le crime et non le contraire. Pourtant, il y a ici un paradoxe que l'information excessive pose des problèmes par rapport a tous, car il ne faut pas oublier, qu’on informe tout le monde pas seulement nous, mais le criminel aussi. Et le couple McCann était informé de cela depuis le début.

Bon, mes amis... plus de publicité vous ferez... plus de publicité... de montrer le problème de l’œil de la fillette et je ne sais quoi, vous mettrez plus en danger s’il y a eut rapt la fillette, parce que le ravisseur en voyant cette médiatisation, n'aura rien d’autre à faire sinon que d’éliminer la fillette. Et sur cela, le couple McCann a été informé. Bien, mais cela mène à autre chose qui est rapport avec la question. Après la médiatisation c'est évident que l'ensemble des informations et disons de redondance, on va mettre ici entre guillemets "d’information poubelle" est si grande que n’importe quel juge ou jury va avoir des difficultés à analyser avec objectivité le cas. Donc ce cas est un cas condamné dès le début du point de vue de l’information pure. Ce qui veut dire qu’ils le sont tous parce que l’information pure n'existe pas, mais cette idée de l'impartialité de la justice et de la cécité de la justice est impossible dès lors pour des critères fondamentaux d'un philosophe qui est décédé il y a peu, qui disait que la justice pouvait seulement être juste un jour si elle était faite avec un voile d'ignorance. C'est-à-dire, si je pouvais faire une justice à laquelle je n’aurais pas à me soumettrai, là, j’aurais une justice juste, mais ce serait une justice. Mais ainsi je n’arriverai qu’à faire une justice biaisée et ici elle serait très biaisée de ce  fait et c’est un des vecteurs entre autres par exemple des influences politiques, influences religieuses comme le Vatican qui ne s'est pas aperçu comment on entre et on sort plus ou moins secrètement du cas. Tout ça fait que je n’y crois pas, concernant le fait d'un jour d’avoir un jugement sur le cas. Mais cela comme je l’ai déjà dit plusieurs fois aurait des conséquences politiques sérieuses et très ennuyeuses.

Commentaires

Je relirais tout demain, car là, beaucoup de questions sont soulevées et méritent un grand intérêt :

- le role de la presse au RU qui a donné une large part de divulgation fausse et entretenue par le porte parole des MC :

Au RU : les journaux se vendent très bien, (mieux qu'en France) on y mélange, le people, les faits divers et l'Economie politique.

Les MC savaient cela.

(évidemment, pas de comparaison avec Léonor ... sauf que
nous ne naissons pas égaux .... et que la Justice est coinçée, en France et ailleurs).

Je crois qu'il faut garder tous ces éléments en chacun de nous et ne jamais rester impassible, ne jamais baisser les bras..


Merci à Duarte et Paulo et les rédacteurs.

Je serais présente le temps qu'il faudra et que Dieu me le permettra, pour M a d d d i e .

Écrit par : Cassandre | 23/01/2009

Et pour mieux se rendre compte de ce dont monsieur Sargento parle, regardez la vidéo qu'il a crée :


http://fr.youtube.com/watch?v=WZI35dtAEFo&eurl=http://www.truveo.com/3DVideo-on-McCanns-Suspect/id/2272465725

Écrit par : marie(f) | 23/01/2009

Bonsoir à tous,

Je re signe le commentaire de Cassandre, qui me touche aussi beaucoup, sous plusieurs aspects.

MERCI MESSIEURS, MERCI POUR CET ENORME TRAVAIL !!!

Que Madeleine et tous ceux qu'elle représente ne s'effacent pas de notre mémoire.

Écrit par : Dannie | 23/01/2009

cette entrevue mérite réflexion.
GA, Paulo Sargento... tout ce qu'ils évoquent est forcément digne d'intérêt et d'autant plus à prendre en considération.
les questions de DL sont ici très intéressantes.
certes l'aspect psychologique et la façon incroyable dont la manipulation a été menée sont très importants et soulèvent des tas de questions.

au-delà de commenter cette entrevue qui parle d'elle-même, j'aimerais beaucoup qu'un jour une analyse du dossier soit faite. l'aspect scientifique me semble également primordial et indispensable, afin que soient enfin discutés ces fameux résultats et les rapports des chiens de façon objective. je suppose que les spécialistes en la matière ne doivent pas manquer.

bonsoir Natfal, je suis très intéressée par ta théorie concernant le rapport avec la puce RFID. pourrais-tu la développer à l'occasion, si toutefois cela ne te gêne pas bien entendu. merci !

Écrit par : rachel | 23/01/2009

Bonsoir tout le monde,

Merci à Duarte Levy pour cet interview fort intéressante qui demande réflexion.

Marie f merci pour le lien.

A mon tour de partager une vidéo dans laquelle on aperçoit le couple particulièrement détendu et souriant.

Honnêtement, depuis le début de cette affaire (pour ne pas dire mascarade) j'ai toujours été étonnée de voir avec quelle facilité Kate et Gerry McCann parviennent à se détendre alors qu'ils sont convaincues que leur Fille Chérie est entre les mains d'un Réseau Pédophile avec tout ce que cela implique !

Lien de la vidéo en question qui illustre et résume pas mal les propos tenus par Paulo Sargento, je vous laisse apprécier .. :

http://fr.youtube.com/watch?v=7P-z5HJxr0o&feature=channel_page

Écrit par : NATFAL | 24/01/2009

Bonsoir tout le monde,

Merci à Duarte Levy pour cet interview fort intéressante qui demande réflexion.

Marie f merci pour le lien.

A mon tour de partager une vidéo dans laquelle on aperçoit le couple particulièrement détendu et souriant.

Honnêtement, depuis le début de cette affaire (pour ne pas dire mascarade) j'ai toujours été étonnée de voir avec quelle facilité Kate et Gerry McCann parviennent à se détendre alors qu'ils sont convaincues que leur Fille Chérie est entre les mains d'un Réseau Pédophile avec tout ce que cela implique !

Lien de la vidéo en question qui illustre et résume pas mal les propos tenus par Paulo Sargento, je vous laisse apprécier .. :

http://fr.youtube.com/watch?v=7P-z5HJxr0o&feature=channel_page

Écrit par : NATFAL | 24/01/2009

Bonsoir Rachel,

Entièrement d'accord avec ton commentaire, les propos de Sargento soulèvent des tas de questions concernant les aspects aussi bien scientifiques que psychologiques entourant cette Affaire, c'est plutôt cohérent !

Quant aux questions de Duarte Levy elles sont particulièrement pertinentes ! L'ensemble de l'interview me rappelle les nombreux points si souvent soulevés ici même par les bloggers, ça confirme que les remarques étaient loin d'être de la divagation et que parmi vous certains ont sans aucun doute des qualités d'observations et d'analyses psychologiques plutôt bien affutées ;-)

Rachel concernant l'hypothèse de la Puce RFID, je ne crois pas qu'il me soit possible d'en parler ici. Cependant je pourrais te faire parvenir copie d'un article que j'avais écrit à ce sujet dans lequel je donne tous les détails de mon hypothèse. Si tu souhaites avoir une copie, je peux te la faire parvenir sur ton email personnel par l'intermédiaire des BS avec leur accord.

Écrit par : NATFAL | 24/01/2009

"l'excessive médiatisation qui fait qu’en règle générale les vrais coupables n'apparaissent jamais"

"plus de publicité vous ferez... plus de publicité... de montrer le problème de l’œil de la fillette et je ne sais quoi, vous mettrez plus en danger s’il y a eut rapt la fillette, parce que le ravisseur en voyant cette médiatisation, n'aura rien d’autre à faire sinon que d’éliminer la fillette. Et sur cela, le couple McCann a été informé. "

TOUT EST DIT DANS CAS 2 PHRASES...
Comment peut on encore croire à la thèse du rapt ?

Écrit par : nina | 24/01/2009

"l'excessive médiatisation qui fait qu’en règle générale les vrais coupables n'apparaissent jamais"

"plus de publicité vous ferez... plus de publicité... de montrer le problème de l’œil de la fillette et je ne sais quoi, vous mettrez plus en danger s’il y a eut rapt la fillette, parce que le ravisseur en voyant cette médiatisation, n'aura rien d’autre à faire sinon que d’éliminer la fillette. Et sur cela, le couple McCann a été informé. "

TOUT EST DIT DANS CAS 2 PHRASES...
Comment peut on encore croire à la thèse du rapt ?

CONCLUSION:
Plus vous médiatisez , plus vous faites prendre de risques à l'enfant.Et les MC avaient été informés.
Par contre plus vous médiatisez moins vous avez de risques de vous faire prendre...
Pour des parents qui "seraient coupables" le choix est vite fait !

Écrit par : nina | 24/01/2009

vous qui clamiez le non rapport entre ces deUx affaires pourquoi vous servez vous du cas joanna?Vous classez ces deux affaires ensemble..pourtant elles sont assez differentes..de plus la mere de joanna a avoué,pâs les mc...je continue a penser que c fait expres

Écrit par : lili | 24/01/2009

ca tourne au ridicule...la these du rapt tient au contraire de plus en plus..

Écrit par : bouchka | 24/01/2009

merci Natfal pour ton com,
pour ta demande, je vais voir ce que je peux faire et merci encore pour ta réponse.

en effet, tout porte à croire que Maddie est bel et bien décédée et son corps dissimulé par les MC eux-mêmes ou/et entourage.
une analyse aurait été appréciable suite au livre de GA, si l'on tient compte des éléments et même si les faits évoqués, nous les connaissions déjà plus ou moins.

mais, s'il s'avérait (peut-être une chance sur mille ?) que la théorie de l'homicide + dissimulation ne soit pas la bonne, que se passerait-il alors ?

Écrit par : rachel | 24/01/2009

lili

Non , tu as raison , le cas Joana et le cas Maddie n'ont rien à faire ensemble , mais maintenant un lien les unit : Marcos Aragao Correia !
Et ce n'est pas le bon choix , ni pour Leonor Cipriano et surtout pas pour les Mccann (Metodo=Mccann ou leur staff) Je pense qu'avec Aragao ils ont misé sur le mauvais cheval , gare au retour de baton

Écrit par : marie(f) | 26/01/2009

Cette interwiew très bien menée (et à relire plusieurs fois tant elle est dense) est vraiment très intéressante. Bravo.

Écrit par : michelle | 27/01/2009

les parents sont coupables du meurtre de maddie et toujours en liberté je pensse qu'ils ont tué leur fille en lui administrant une drogue pour qu'ils puissent diner tranquillement avec leurs amis noublions pas que le pere est medecin.cela me degoute car grace a leur fric échappent a la prison

Écrit par : delphine marchal | 20/04/2011

Les commentaires sont fermés.