Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/03/2009

Elise et sa mère ne sont pas en Russie

ae_20090320.gifMise à jour - Dimanche 10H20 - Recherches élargies à toute l’Europe

Finalement, Elise, la fillette franco-russe enlevée en France, n’était pas dans l’avion parti à destination de la Russie comme les enquêteurs l’avaient cru. L’information a d’ailleurs été confirmée ce matin par un diplomate français en poste à Moscou qu’a confirmé à l’agence AFP qu’Elise, et sa mère, Irina Belenkaya, n'ont pas rejoint la Russie.

Hier, pendant quelques heures, les enquêteurs avaient cru Elise à bord d'un vol Genève-Moscou après que quatre personnes, correspondant au signalement des ravisseurs, ont été signalées à bord de l’appareil. Contrôlées à leur arrivée, les personnes ne sont pas celles qui étaient recherchées.

Vendredi, quelques heures après son enlèvement, une ressortissante helvétique a dit avoir aperçu l'enfant dans un train Montpellier-Bellegarde, en compagnie de sa mère. Celle-ci aurait demandé quelle est la distance entre Bellegarde et Genève.

La mère d'Elise, Irina Belenkaya, désignée par le père de l'enfant franco-russe comme faisant partie du commando qui a kidnappé Elise à Arles, aurait demandé en anglais à cette voyageuse suisse quelle était la distance entre Bellegarde et Genève. Le témoin n'a hélas alerté la police que samedi matin. Les recherches pour retrouver la fillette ont été étendues à toute l'Europe, particulièrement en Suisse où "la surveillance est très accrue".

Après que la voiture dans laquelle la fillette a été capturée avait été retrouvée vide dans une avenue de Montpellier, la France avait intensifié les recherches et, selon une source de la police, Interpol aurait été appelé en aide afin d’étendre les recherches à tous les pays européens.
Elise était kidnappée, vendredi, à 11 h 50 alors qu'elle se promenait à vélo avec son père dans le centre-ville d'Arles. Selon le procureur de la République de Tarascon, Antoine Paganelli, l'agression aurait étais préparée, car le commando semblait connaître les habitudes du père, un chercheur océanographe, prénommé Jean-Michel André, et de sa fille.

Le scientifique a été violemment frappé avec des matraques électriques par deux hommes tandis qu'"une femme vêtue de noir qui portait une perruque" détachait la fillette du siège installé sur le porte-bagages et la faisait monter à bord de la Renault Modus. Selon un témoin, vêtus de noir comme des agents de sécurité, les deux agresseurs communiquaient entre eux dans un langage codé. Leur voiture a démarré en trombe, laissant Jean-Michel A. évanoui sur le bitume. Ce dernier a dû être transporté à l'hôpital Joseph-Imbert à Arles.

Le père de la petite a été très violemment frappé au visage. Selon les medecins, il pourrait perdre la vision d'un œil.

A.F. (Genéve)

Commentaires

Sans juger du bien-fondé ou non de ce retour en Russie, (puisque je n'ai aucun renseignement ni sur la maman ni sur le papa), je me demande tout de même comment, repérés et surveillés comme ils étaient, ils ont pu, en toute tranquillité monter dans un avion, sans se faire interceptér, avec tous les contrôles qu'il y a à l'enregistrement.
Ils appartiennent à la mafia, ce n'est possible autrement ????

Pauvre petite fille déchirée entre ses deux parents !!!!

Écrit par : michelle | 22/03/2009

Comment se fait il que la voiture des suspects étant repérée par un hélicoptère, ses occupants aient pu embarquer dans un avion sans avoir été appréhendés auparavant ?

Il y a quand même un contrôle dans les aéroports ! Et la fameuse autorisation de sortie de territoire que doit délivrer celui des 2 parents qui n'accompagne pas l'enfant, elle est pourtant obligatoire !

J'ai raté un maillon ? ou ils ne sont pas passés par les contrôles de police ?

En tous cas, tout était bien combiné d'avance ! Et il y avait des complices !

Pauvres enfants tiraillés !

Écrit par : Dannie | 22/03/2009

Bonjour

- Il paraît que le vol vers la Russie était une fausse piste.
"A l'heure actuelle, nous n'avons aucune certitude d'un embarquement vers la Russie" d'Elise, a-t-il déclaré samedi soir lors d'un point presse. Les photos des quatre passeports ont été présentées au père de l'enfant qui n'a pas reconnu ni la mère ni l'enfant ni ses agresseurs présumés. "C'est moi qui leur (aux policiers, ndlr) ai dit 'ce n'est pas eux'", a fait savoir le père de la fillette, Jean-Michel A. à des journalistes. Source:AP

- Le père aurait été tabassé à coupe de matraques électriques.
« Deux hommes habillés comme des agents de sécurité étaient devant moi. L'un d'eux était accoudé à la balustrade » qui borde une roubine. « Un des hommes m'a accroché, j'ai essayé de maintenir le vélo car il y avait la petite. Pendant que l'un me maintenait au sol, l'autre me tapait. Il m'a frappé à plusieurs reprises avec une matraque électrique. Je ne me suis pas battu, je me suis juste défendu. C'étaient des professionnels. Ils n'ont pas dialogué entre eux. J'ai fait semblant d'être K.-O. et me suis laissé tomber en arrière. Avant qu'ils ne partent à toute vitesse, j'ai encore reçu un coup. » Ce père terriblement choqué parvient à se saisir de son téléphone mobile pour appeler le 17. Source: Midilibre

- Le papa pense avoir reconnu son ex-femme, mais le procureur reste prudent.
Le procureur de la République de Tarascon, Antoine Paganelli, tenait hier à se montrer prudent sur la piste familiale. "La mère est une hypothèse de travail mais nous ne voulons pas en écarter d'autres. D'autant que les informations qui nous arrivent sont souvent contradictoires."
Source: Laprovence

- Et, pour compliquer le tout, la justice française aurait octroyé la garde au père (qui l'avait déjà "exfiltré" de la Russie), mais la justice russe l'aurait octroyée à la mère...

Jean-Michel A. et son ex-femme sont bien connus du juge des affaires familiales. En 2007, alors qu'ils étaient en instance de divorce, Irina B. avait déjà enlevé sa fille. Le père avait dû aller chercher l'enfant en Russie et la ramener à Arles.

Selon les éléments fournis par les enquêteurs, Irina B. fait depuis le début de l'année 2008, et à la suite de cet enlèvement, l'objet d'un mandat d'arrêt international. Mais la situation est d'autant plus confuse que la justice française a confié la garde de l'enfant à son père et la justice russe à la mère. AP

A suivre...

Écrit par : claude2 | 22/03/2009

Comme quoi rien n'est simple...
- La question posée dans le train était-elle une fausse piste aussi? Si la mère avait posé une question dans ce train en anglais, il faudrait croire qu'elle était incapable de la poser en français, malgré le fait d'avoir été mariée à un français pendant cinq ans. Hmmm.

- Plus grave, à mon avis, est le fait que les deux parents auraient des mandats d'arrêts contre eux...

Et la puce dans toute cette histoire????

« Je veux arrêter avec cet engrenage infernal »
LE PERE D’ELISE, hier

22.03.2009, 07h00

Jean-Michel ANDRÉ, 49 ans, le père d’Elise, confie avoir un droit de garde exclusif de sa fille en France, tandis qu’il est considéré comme marié en Russie et donc bénéficiaire d’un droit de garde partagé là-bas.
Un imbroglio juridique complexe autour de deux pays qui n’ont pas signé de convention permettant d’arranger des relations conflictuelles entre parents français et russes.

Avez-vous la garde de votre fille ?
Jean-Michel André. J’ai obtenu, par décision d’un juge en France en décembre 2007, l’autorité parentale exclusive de ma fille. Ma femme ne s’est pas présentée à l’audience, elle était en fuite en Russie après avoir enlevé Elise une première fois, c’était en novembre 2007. C’est son comportement et le fait qu’elle n’a pas répondu à la convocation du juge qui me confie un droit de garde aussi large.

Etes-vous sûr que votre épouse russe est à l’origine de cet enlèvement ?
Je l’ai reconnue lorsque les deux hommes m’ont frappé, on a échangé un regard furtif. Je n’ai aucun doute. Lorsqu’elle m’a pris ma fille la première fois, je ne l’ai plus revue pendant plus d’un an, elle appelait quelqu’un d’autre papa. En septembre dernier, je suis allé la chercher à Moscou pour la ramener en France, je l’ai exfiltrée en quelque sorte. Depuis, j’ai un mandat international d’arrêt dans ce pays, car je suis sorti avec la petite. En Russie, je suis encore considéré comme marié et j’avais donc droit à une garde alternée avec la mère, mais elle n’a jamais répondu à des tentatives de conciliation.

Que diriez-vous à votre femme maintenant ?
Que l’on arrête tout cela pour le bonheur de notre fille. Je ne porterai pas plainte contre la mère de ma fille, je souhaite tout simplement que notre enfant puisse compter sur sa maman et sur son papa. Que nos avocats s’arrangent autour d’un droit de garde partagé et que l’on en finisse avec tout cet engrenage infernal.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/je-veux-arreter-avec-cet-engrenage-infernal-22-03-2009-450496.php

Écrit par : claude2 | 22/03/2009

Il faudrait peut-être (une fois retrouvée) placer cette petite fille dans un centre social afin qu'elle soit en sécurité. Et que les deux parents aient le droit de visite bien sûr... Mais ils ne vont pas se l'arracher comme cela indéfiniment... C'est un calvaire pour la petite... Il y a de ces situations vraiment dramatiques !...

Écrit par : michelle | 22/03/2009

Bonjour tout le monde ;-)

Dannie a écrit : "Comment se fait il que la voiture des suspects étant repérée par un hélicoptère, ses occupants aient pu embarquer dans un avion sans avoir été appréhendés auparavant ?"

Dannie je me pose exactement la même question que toi, c'est tout de même extraordinaire qu'une voiture suivie par Hélico (comme relaté aux infos nationales) ait pu échapper à la vigilance des autorités policières, et que ses occupants aient pu abandonner le véhicule ni vu ni connu, embarquer à bord d'un train puis d'un avion , honnêtement ça me dépasse !

D'autre part et sans vouloir faire l'avocat du diable, je me pose aussi la question de savoir pourquoi la mère tient absolument à éloigner sa fille de son père ? après tout que savons nous du papa ? souvenons nous de ces nombreux cas d'enfants victimes d'agressions sexuels paternelles dont la garde est malgré tout confiée aux pères obligent les mamans à kidnapper l'enfant et s'enfuir vers la Suisse grâce à des associations clandestines ...

Je reste néanmoins prudente et j'attends de voir la suite ...

Bonne journée dominicale à tous et toutes, ici quelques timides rayons de soleil après trois jours de grand ciel bleu ! soyez tous bénis et pensées d'Amour et de Lumière pour tous les enfants en souffrance.

Écrit par : NATFAL | 22/03/2009

tout comme Dannie et Naftal, je ne m'explique pas du tout non plus comment une voiture repérée par un hélicoptère a pu se garer, laisser descendre ses passagers, qui se sont volatilisés en toute tranquillité, se seraient rendus en gare, pris un train...alors qu'il y a un plan de recherche pareil lancé à leurs trousses ??? des contrôleurs SNCF, ... et que depuis personne ne les ai repérés à nouveau ???

Écrit par : michelle | 22/03/2009

encore une situation dramatique et terriblement choquante pour cette enfant tiraillée. encore une unième victime !
comment se peut-il que des adultes puissent se comporter ainsi face à une petite de 3 ans qui n'a rien demandé... et censés être ses modèles ?
ces gens-là ne peuvent-ils s'accorder autrement que par le recours à la violence, comment peut-on ainsi ne pas tenir compte des besoins de son enfant ??

Écrit par : rachel | 22/03/2009

Pas de confirmation officielle mais beaucoup de bruits circulent.

Le père avait bien réussi à aller "kidnapper" sa fille en Russie, en sachant qu'à ce moment précis, son ex-épouse était à l'étranger ...il est "tombé" sur la nourrice avec des roses, c'est sûr c'est moins traumatisant qu'un oeil poché !!


Je pense qu'aujourd'hui est peut-être bien en Russie et dans un pays qui la protège .... mais il y a peut-être le jeu du chat et de la souris (mauvais jeu de mot, mais qui ne fait qu'une allusion : laisser la police française qu'elle a laissé "filer" la voiture depuis le départ.

C'est bien une affaire familiale à cheval sur deux pays où aucune législation est en place. Chacun défend ses ressortissants !!!

Écrit par : Cassandre | 23/03/2009

effectivement le père ne dit pas tout et nous n'avons a ce jour toujours pas la version de la mère .... de plus nous savons que le père a agit le premier en kidnappant lui aussi sa fille de Russie vers la France ... que la Loi Russe concernant la garde accordée à la mère prédominait sur celle de la France étant donné que la mère et l'enfant résidaient toutes les deux en Russie et non en France. Nos médias français s'en font bien vite des gorges chaudes et balancent bien facilement des contre-infos sans avoir pris soin de mener un bout d'enquête. Pourquoi vouloir absolument victimiser le père ? Ce qui me choque principalement c'est pas une fois il est fait état et référence au bien-être de l'enfant ... Forcée d'admettre qu'au final ce sont toujours les enfants qui trinquent de l'égoïsme et de la stupidité des adultes dans ce genre de situation....

Écrit par : NATFAL | 24/03/2009

La police française diffusait tous les 1/4 d'heure à la radio, le numéro de la voiture où se trouvait Elise. (+ radars et hélicoptère )

Si la PJ portugaise a des scrupules pour s'être fait traitée de "mangeur de sardine" dans l'affaire Maddie, la petite Elise va peut-être traiter les français de mangeurs de cuisses de grenouilles et d'escargots, devant un bon gâteau que sa maman lui aura confectionné ! (rires)

Écrit par : Cassandre | 24/03/2009

Dans le cas d'Elise, le père parait à priori une victime à cause de la méthode violente contre lui, qui a été utilisée pour kidnapper cette petite fille.

Pour ce qui est du reste, nous ne savons rien des dessous, des tords, des raisons, ni du comportement de chacun des parents.

Sauf que la grande victime, une fois encore c'est une enfant, en l'occurence Elise dans ce cas d'aujourd'hui !

Écrit par : michelle | 24/03/2009

Les commentaires sont fermés.