Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/10/2009

Maddie : tabloïde anglais parle d’une "commande" vers le Maroc

Suspeito maio 2009.jpg

Português - Español - English

La théorie n'est pas nouvelle, mais, selon l’édition d’hier du quotidien britannique Daily Star, le supposé rapt de Maddie serait un crime sous commande, perpétrée par un dangereux criminel algérien qui, en échange de cent mil euros, aurait emmené l'enfant vers le Maroc.
D'après cette même information, Maddie a été transportée dans le nord de l'Afrique à bord du ferry qui relie le sud d'Espagne au Maroc.
Le quotidien britannique, qui dit avoir reçu ses informations du "monde du crime", avance que l'information a été connue après que le criminel algérien se soit vanté du rapt auprès de deux trafiquants de drogue anglais, Paul Bennet et James Neil.
L'algérien, qui répond aux noms de Younis ou Tariq, est décrit comme ayant la peau foncée, cheveux bouclés et présentant des cicatrices faciales, correspondant à l'un des portraits-robots déjà connus dans le cas. L'homme serait, d'après la source citée par le quotidien anglais, "connu des services de police au Portugal".
Le 24horas (le quotidien portugais) à pu constater entretemps que les informations citées par le Daily Star, et soi disant provenant "du monde du crime" avaient déjà été avancées au Portugal par un avocat lié à l’affaire et qui se basait dans un rapport des détectives espagnols de Método 3 qui ont été au service de Kate et Gerry McCann.
L'agence espagnole a réalisé divers rapports au sujet de la disparition de Maddie, mais aussi au sujet de la vie privée des inspecteurs de la PJ responsables de l'enquête, notamment sur Gonçalo Amaral — rapports que les détectives ont mis à disposition de cet avocat et qui ont été utilisés publiquement.
"Il n'existe aucune enquête en cours, sur cette ou une autre quelconque piste, et le cas continue à être de la responsabilité des autorités portugaises," dit une source de la police de Leicestershire, contactée par le 24horas.

Des policiers à l’humour britannique

Ce n'est pas la première fois que des "supposées informations" et "spéculations" autour du cas Maddie font la manchette des journaux anglais. Encore la semaine dernière le gouvernement britannique a démenti officiellement que son premier ministre serait en contact avec les autorités américaines à qui, d'après le Sunday Express — journal du même groupe que le Daily Star — Gordon Brown aurait voulu demander des images du satellite qui surveillait supposément la côte portugaise.
L'information avancée hier par le Daily Star "à la valeur de sa promotion de dimanche, pour 40 pennies (à peu près 50 centimes) le lecteur amène deux journaux," a ironisé une source du Home Office en réponse au 24horas.

Duarte Levy

* Publié dans le quotidien portugais 24horas

21/10/2009

Gonçalo Amaral à la télévision agace le couple McCann

"Il n'y a que le citoyen Gonçalo Amaral qui persiste à ne pas respecter l'injonction du Tribunal"


1232111120.jpgNote : Au dernier moment, l’émission de W9 à propos de l’affaire Maddie à finalement été suspendue pour raisons de justice du à l’intervention des avocats du couple McCann et remplacé.

La participation de Gonçalo Amaral, l'ex-coordinateur de la Police Judiciaire qui a dirigé l'investigation de la disparition de Maddie, dans une émission de télévision, dans ce cas-ci en France, a énervé les parents de la fillette anglaise qui d'après un responsable de la campagne du couple, accusent maintenant l'ex-inspecteur de "ne pas respecter la décision du tribunal," menaçant que ce fait "ne restera pas sans réponse".
Malgré une injonction du Tribunal Civil de Lisbonne, qui lui interdit de parler à propos de quelques aspects du cas Maddie, Gonçalo Amaral est l'invité spécial de l’émission "Enquêtes" Criminelles", que la chaine W9 transmet aujourd'hui à 20 h 35 et qui sera également disponible sur internet (www.w9.fr).
"Dans n'importe quel endroit du monde, le citoyen Gonçalo Amaral est interdit de parler sur la thèse qu'il défend dans son livre... Que se soit au Portugal ou au Burundi," a dit au 24 horas l'avocate Isabel Duarte qui défend les intérêts du couple McCann et qui a été a l'origine de l'injonction qui interdit également la vente du livre "Maddie, a Verdade da Mentira" (en France : Maddie l'enquête interdite) ainsi que la diffusion du documentaire qui se base sur celui-ci.
La décision de la juge du Tribunal civil de Lisbonne impose que Gonçalo Amaral, ainsi que les éditeurs de Guerra e Paz et Valentim de Carvalho, soient interdits de parler publiquement autour de la thèse défendue par l'ex-inspecteur de la PJ sur le cas Maddie — on lit dans la décision que l'ex-inspecteur de la PJ et ses éditeurs sont prohibés de reproduire, commenter, ou de donner opinion ou interview qui puisse défendre cette thèse.
230942007.jpgL’émission de la télévision française, auquel le 24 Horas a eut accès, est présenté par les journalistes Sidonie Bonnec et Paul Lefèbre "et prétend donner aux Français une vision plus correcte de ce qui s'est passé avec Maddie," a dit un responsable rajoutant que "la chaine présente également le documentaire inédit (en France) d'Amaral qui soutient la culpabilité des parents". L'ex-inspecteur est ensuite appelé à commenter une version différente des faits qui s'appuient dans un reportage fait en Angleterre.
Appelée à commenter, l'avocate Isabel Duarte a dit au 24 Horas que "le citoyen Gonçalo Amaral persiste à ne pas respecter l'injonction du Tribunal," admettant que ce sujet va être présenté au Tribunal, mais que "la date de l'audience n'était pas encore connue".
"Aucune décision définitive ne va être connue cette année", a dit l'avocate.

Les McCann veulent interdire le livre d'Amaral à l'étranger

Amaral, qui avait déjà dit au 24 Horas que personne ne le ferait taire et que " si les McCann veulent empêcher que le livre soit traduit en anglais, ils se trompent lourdement," court maintenant le risque de voir "A Verdade da Mentira" interdite à l'étranger, c'est du moins l’intention des avocats des McCann.
Isabel Duarte, qui s'occupe de cette affaire seulement au Portugal, a confirmé au 24 Horas que "les avocats du couple en Angleterre s'occupent de cette question".
Les premiers pays visés seraient l'Espagne, la France et les Pays-Bas.
Ed Smethurst, avocat anglais des McCann, avait déjà reconnu que l'interdiction par le Tribunal Civil de Lisbonne de la vente du livre "Maddie, a Verdade da Mentira" se traitait de la première phase de l'action et que d'autres actions judiciaires étaient prévues dans d'autres phases.

Duarte Levy (aussi dans le quotidien portugais 24horas)

* photo Sidonie Bonnec de Cyril LAGEL/W9

Português - Español

11/10/2009

McCann veulent investigation à la photo d'un enfant qui "ressemble" à Maddie

Imagem1.pngPolice suédoise doute de la nouvelle piste et parle de spéculation
Les deux détectives privés, d’anciens policiers britanniques, qui travaillant pour Kate et Gerry McCann recherchent "désespérément" une fillette prise en photo au cours d’un salon auto à Stockholm, en Suède, et qui aurait, selon eux, une "très forte" ressemblance avec Maddie.
L'information a été révélée hier en Angleterre par le quotidien The Sun qui avance que Kate et Gerry McCann ont demandé une enquête urgente de l’affaire après que la police britannique aurait procédé à l'analyse de l’image, trouvée sur un site Web, concluant qu’il y aurait une correspondance entre le visage de l'inconnue et celui de Madeleine.
"Nous connaissons l’information, mais pour l'instant, tout se résume à une simple spéculation," a dit un porte-parole de la police suédoise, contacté par le 24horas (quotidien portugais) à Stockholm, avançant un certain étonnement à propos de l’information avancée par le quotidien anglais de que des analyses auraient été faites à la photo, retrouvée sur un site Web, concluant qu’il pourrait exister une correspondance avec celui de Maddie.
"L'image qui nous a été donnée à voir ne ressemble pas à Madeleine McCann et, plus importante encore, elle ne révèle pas la marque sur l'œil de l'enfant", a déclaré le même responsable.

Portugais - Español

(à suivre)

Duarte Levy

Publié dans le 24horas