Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

18/02/2010

Une décision en manque de synchronie

Avez-vous déjà regardé un film ou le son n’est pas correctement synchronisé avec l’image, ou quand le doublage n’a rien à voir avec les gestes des acteurs ?
C’est exactement la sensation que j’ai eue en lisant les arguments avec lesquels la juge Maria Gabriela Cunha Rodrigues justifie sa décision ( ?) de manutention de la prohibition du livre "Maddie, l’enquête interdite" et du documentaire vidéo.
J’ai accompagné les trois jours du jugement sur place – le quatrième je me suis fait remplacer, car j’ai du suivre la "visite" à Praia da Luz d’un privé, ce que m’a permis d’effectuer l’entrevue d’un des témoins de cette étrange affaire – et j’avoue qu’après avoir consulté tous les documents cités et entendu tous les témoins le résultat final n’est pas "synchronisé" avec le contenu du procès.
C’est comme si la décision avait été prise par quelqu’un qui n’a pas été présent dans la même salle du tribunal ou je me suis assis… Sur le moment, je ne peux pas m’empêcher de songer à une information, certes très confidentielle, à propos des difficultés – voire l’incapacité – que certaines personnes ont à prendre des décisions.
Au moment de faire le bilan de ce procès reste la question : qu’ont-ils gagné Kate et Gerry McCann ? – En pratique ? Rien !
Malgré les apparences, la décision du tribunal n’est pas une victoire du couple, et ils le savent.
Certes, Amaral n’a pas récupéré son droit à parler sur la disparition de Maddie, mais en revanche il lui reste le recours en justice – quelle sera la décision d’un tribunal européen ? — et la certitude que d’autres voix vont continuer à parler à sa place. L’existence même d’un groupe de soutien à l’ancien coordinateur de la police portugaise en est la preuve.
Les McCann ont obtenu un sursis dans l’arrivée du livre version papier au Royaume-Uni, mais, hélas pour eux, n’ont jamais réussi à empêcher le contenu du livre d’Amaral d’arriver sur leur ile.
Un expert en communication, ancien journaliste, m’a confié un jour : "ce procès est une erreur".

Español