Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/01/2010

Présence des McCann à Lisbonne a été une erreur

Daily Express 13.01.2010.pngClarence Mitchell, l’expert en Communication qui a agi comme porte-parole de Kate et Gerry McCann depuis la disparition de Maddie, a informé le couple du danger, en termes d'image, qui pourrait représenter leur présence dans la salle d'audience du tribunal civil de Lisbonne, où a eu lieu le procès de l'injonction interdisant la vente du livre de Gonçalo Amaral.
Selon une source proche de Clarence Mitchell, le spécialiste en Communication a averti Kate et Gerry McCann que leur présence en tribunal irait motiver les médias britanniques à se déplacer en masse à Lisbonne, ce qui pourrait conduire à la divulgation, en Angleterre, des arguments présentés par la défense de l'ancien coordonnateur de la police judiciaire (PJ), ce qui fut le cas.
Les directs des envoyés des chaines de télévision (britanniques, espagnoles et portugaises) pendant le premier jour d'audience, et les premières pages des journaux britanniques, le lendemain, ont fini par confirmer les craintes de Clarence Mitchell de que la présence du couple ne ferait que causer plus de problèmes (en photo, la première page du Daily Express du mercredi matin avec le titre "Maddie est morte dans l'appartement").

Clarence Mitchell : porte-parole cherche à devenir député

Selon la même source, Clarence Mitchell entretient toujours des relations amicales avec les parents de Madeleine McCann, mais il n’a plus la même disponibilité pour participer dans les initiatives du couple. Il a été le grand absent de la scène médiatique qui a entouré la présence de Kate et Gerry McCann à Lisbonne poussant Claudia Nogueira, la responsable en Relations publiques de Lift Consulting — la société portugaise qui aide la campagne du couple – à multiplier les contacts et actions d’information auprès des journalistes présents au tribunal (avec patience et disponibilité, elle a pris le soin de parler avec tous les journalistes, un par un). Elle a d’ailleurs tenu à démentir que son homologue britannique se serait opposé au voyage des parents de Madeleine.
Lift Consulting est une société de conseil stratégique avec vocation dans les secteurs de la communication, gestion de réputation, relations publiques et gestion de relations avec la presse.
Le manque de disponibilité de Clarence Mitchell, selon la même source, s'explique par ses exigences professionnelles et politiques — le porte-parole des parents de Madeleine prévoit, aux prochaines élections, son entrée au Parlement britannique comme député conservateur.
Ancien journaliste, il a quitté les rangs de la BBC pour prendre la direction de l'unité de surveillance des médias dans le cabinet de Tony Blair (le premier ministre que le premier a aidé les McCann), Clarence Mitchell était l'homme fort de la campagne des McCann et le lien entre le couple et les deux premiers ministres travaillistes (Labor Party).
Envoyé au Portugal à la demande de Tony Blair, Mitchell a dirigé la campagne internationale des parents de Maddie en utilisant ses contacts officiels dans le gouvernement britannique pour obtenir l'accès de Kate et Gerry au Vatican et au Parlement européen, parmi d’autres.

Note : original publié sur le blog en portugais le 17.01.2010, plus de détails disponibles dans la page abonnées. Traduction espagnole disponible ICI. En anglais sur le blog d'Anna Andress.

10/01/2010

McCann retournent à Lisbonne pour le procès contre Amaral

610x.jpgKate et Gerry McCann, les parents de la fillette disparue au Portugal en May 2007, assisteront à l'ouverture, mardi à Lisbonne, du procès de l'injonction interdisant la vente du livre "Maddie – L’enquête interdite" de Gonçalo Amaral.
L'information a été confirmée par une source proche de la famille en Angleterre, qui avance également que le couple envisage son déplacement au village de Praia da Luz, s'ils obtiennent l’accord pour rentrer dans l'appartement de l’Océan Club d’où Maddie a disparu.
C'est la deuxième fois que le couple retourne au Portugal à la demande de leur avocate, maître Isabel Duarte, pour assister à l'audience, devant la 7éme Chambre du Tribunal civil de Lisbonne, où la défense de l'ancien coordinateur de la Police Judiciaire (PJ) va faire opposition aux arguments utilisés par la famille McCann dans l’interdiction du livre et de la vidéo expliquant le travail de la police dans l’enquête à la disparition de Maddie.
Le 11 décembre, la 1re session du procès avait été reportée après que l’avocat Antonio Cabrita, qui représente Gonçalo Amaral, a été mis en quarantaine pour suspicion de grippe H1N1.
Kate et Gerry McCann allèguent que le livre "Maddie — L’enquête interdite" et son adaptation vidéo, un documentaire diffusé par la chaine portugaise TVI atteignant véritables records d’audimat, sert à promouvoir la thèse de la participation du couple dans la disparition de leur fille.
L'injonction qui va maintenant être jugée, et qui a déjà donné lieu à la saisie de certains actifs de l'ancien coordinateur de la police vise également l'éditeur "Guerre et Paix", le producteur Valentim de Carvalho et la chaine de télévision TVI. En marge de cette action, les McCann réclamant à Gonçalo Amaral la somme de 1,2 million à titre de compensation.
En Angleterre et au Portugal, les McCann poursuivent la surveillance d’internet et en particulier des blogues qui sont donnés comme proches de la thèse de l’ancien coordinateur de la police. Le porte-parole des McCann en Angleterre a confirmé que "les avocats surveillent tout ce qui est publié sur Internet et qui peut nuire aux intérêts des parents de Maddie".

03/11/2009

Une vidéo révèle une image de Maddie style "au nord de l'Afrique"

madeleine-mccann-pic-pa-image-3-772173650.jpgLa nouvelle campagne inclut un appel vidéo et des interviews avec Kate McCann

Portugais - Español

Une vidéo avec des images inédites de Maddie, à six ans, bronzée et les cheveux foncés, comme si l'enfant avait passé deux ans dans le nord de l'Afrique ou dans le Sud de la péninsule ibérique, c'est le point principal d'un nouvel appel à témoins que le centre de protection contre l'exploration infantile (CEOP) a lancé hier, en Angleterre, autour de la campagne de Kate et Gerry McCann.
Ce nouvel instrument de la campagne représente une série de photos et d'images vidéos de Madeleine, déjà connues, mais aussi trois images de l'aspect que l'enfant pourrait avoir maintenant, si elle était encore vivante.

La vidéo, traduite en sept langues — anglais, arabe, français, allemand, italien, portugais et espagnol — et spécialement préparée pour internet, prétend faire appel à la conscience d'un éventuel témoin "qui sait ce qui est arrivé à Maddie".
En accord avec Jim Gamble, responsable du CEOP, la vidéo a été préparée avec l'aide de psychologues et vise à convaincre "un ami ou un parent de la personne responsable de la disparition de la fillette" qu'elle serait en train de "faire une chose juste". "La personne que nous prétendons toucher est probablement un conjoint, un familier, un ami ou un collègue de travail de la personne ou des personnes qui ont été impliquées dans la disparition de Madeleine," a dit le responsable du CEOP soulignant qu'il "était plus que probable qu'ils, ou quelqu'un de proche d'eux utilisent internet pour rechercher toutes les actualisations qui peuvent suggérer que la police soit très proche de découvrir la vérité."
La vidéo révélée maintenant inclut de nouvelles images virtuelles de Maddie qui viennent s'additionner à la précédente photo élaborée aux États-Unis par le Centre National pour les Enfants Disparus et Exploités (NCMEC), et qui représentait Maddie avec un aspect "plus américain".
Le CEOP parie sur Internet pour divulguer le nouvel appel — le premier dans son genre — et espère que le message parvienne au monde entier au travers des blogs, mais aussi via les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter.

La Police Judiciaire exclue de la campagne

Le CEOP ne travaille pas avec la Police Judiciaire, pourtant l'autorité à qui est confié l'enquête de la disparition de Madeleine McCann, mais promet que toutes les informations reçues et pertinentes seront transférées à la police du Leicestershire, "qui va partager avec les détectives portugais".
"Je n'ai pas connaissance de cette nouvelle campagne ni de l'appel", a dit une source de la PJ montrant une certaine réserve quant à la collaboration avec le CEOP :" c'est cet organisme qui en 2007 a demandé aux touristes les images prises à Praia da Luz et de qui l’on n'a rien reçu par la suite," a dit le même inspecteur.
Après la disparition de Maddie, cet organisme a demandé aux touristes qui ont visité Praia da Luz d'envoyer les photos de leurs vacances pour qu'elles puissent être comparées avec une banque de données d'images de pédophiles du Royaume-Uni et d'autres criminels.
La nouvelle campagne, d'après un responsable du CEOP, a l'appui de la police du monde entier, en particulier Interpol, de Europol, de la police australienne, nord-américaine, canadienne et des Émirats Arabes Unis. Le nouvel appel lancé par le CEOP, en accord avec Jim Gamble — connu en Angleterre pour sa responsabilité dans l'opération ORE — prétend répondre à la frustration de Kate et Gerry du manque de nouveaux indices et pistes.
"On est extrêmement gréés au CEOP pour le lancement de ce nouveau message dans le monde entier de manière si efficace. Il est vital qu'il soit vu de la manière la plus ample", a dit le couple dans un communiqué.

* L’original de cet article est publié en portugais sur l’autre blog de Duarte Levy (ICI)

02/11/2009

Maddie: la nouvelle campagne démarre aujourd’hui

Kate frente a imagem de Madeleine.jpgL'heure de Kate est arrivée

Kate McCann, la mère de la fillette anglaise qui a disparu à Algarve il y a plus de 2 ans, est le visage de la nouvelle campagne que le couple lance aujourd'hui conjointement avec la police de Londres et le centre de protection contre l'exploitation des enfants (CEOP).
Maintenant que les jumeaux Sean et Amélie fréquentent quotidiennement l'école, la mère de Maddie prétend assumer un rôle plus actif dans la campagne que le couple a lancée neuf jours après la disparition et qui entre maintenant "dans une nouvelle phase".
La nouvelle campagne, avec l'aide de Lift Consulting, entreprise portugaise spécialiste dans la communication, vise notre pays où le couple McCann dit croire que quelqu'un pourrait encore détenir des informations au sujet de ce qui, de fait, serait arrivé à l'enfant la nuit ou elle a disparu.
Le lancement de la nouvelle campagne démarre aujourd'hui dans la capitale britannique ou la presse a été invitée à participer à deux briefings — "pour cause d'un changement d'horaire", comme l'a confirmé Claudia Nogueira de Lift Consulting, le premier rendez-vous doit seulement compter avec la participation des journalistes anglais, le second étant prévu pour la presse portugaise.
Les deux ex-policiers engagés par le couple, David Edgar et Arthur Cowley, croient que la réponse de la mystérieuse disparition de Maddie se trouve dans un rayon de 10 miles autour de l'Océan Club, d'où a disparu l'enfant le 3 mai de 2007. Avec la nouvelle campagne ils disent attendre que quelqu'un se manifeste et qui leur amène la réponse.
Pour le moment, Kate et Gerry McCann ne vont pas revenir au Algarve et vont recevoir les journalistes en Angleterre, mais ils disent être en train de préparer un voyage privé pour revenir à Praia da Luz, probablement avant la fin de l'année.
"Imaginez si elle (Maddie) avait été votre fille, imaginez la douleur et la souffrance, imaginez que quelqu'un comme vous ne se présenterait jamais. Si vous vous taisez, vous êtes aussi coupable que ceux qui l'ont emmenée," écrit le couple dans le site internet du fond privé qu'ils ont créé après le supposé rapt.
La campagne, lancée presque en parallèle avec l'action en justice contre l'ex-coordinateur de la Police Judiciaire qui a enquêté la disparition, Gonçalo Amaral, inclut des interviews que Kate McCann va donner cette semaine à la presse anglaise et portugaise.

Duarte Levy

Publiée aujourd’hui dans le quotidien portugais 24horas

Português

26/10/2009

Maddie : tabloïde anglais parle d’une "commande" vers le Maroc

Suspeito maio 2009.jpg

Português - Español - English

La théorie n'est pas nouvelle, mais, selon l’édition d’hier du quotidien britannique Daily Star, le supposé rapt de Maddie serait un crime sous commande, perpétrée par un dangereux criminel algérien qui, en échange de cent mil euros, aurait emmené l'enfant vers le Maroc.
D'après cette même information, Maddie a été transportée dans le nord de l'Afrique à bord du ferry qui relie le sud d'Espagne au Maroc.
Le quotidien britannique, qui dit avoir reçu ses informations du "monde du crime", avance que l'information a été connue après que le criminel algérien se soit vanté du rapt auprès de deux trafiquants de drogue anglais, Paul Bennet et James Neil.
L'algérien, qui répond aux noms de Younis ou Tariq, est décrit comme ayant la peau foncée, cheveux bouclés et présentant des cicatrices faciales, correspondant à l'un des portraits-robots déjà connus dans le cas. L'homme serait, d'après la source citée par le quotidien anglais, "connu des services de police au Portugal".
Le 24horas (le quotidien portugais) à pu constater entretemps que les informations citées par le Daily Star, et soi disant provenant "du monde du crime" avaient déjà été avancées au Portugal par un avocat lié à l’affaire et qui se basait dans un rapport des détectives espagnols de Método 3 qui ont été au service de Kate et Gerry McCann.
L'agence espagnole a réalisé divers rapports au sujet de la disparition de Maddie, mais aussi au sujet de la vie privée des inspecteurs de la PJ responsables de l'enquête, notamment sur Gonçalo Amaral — rapports que les détectives ont mis à disposition de cet avocat et qui ont été utilisés publiquement.
"Il n'existe aucune enquête en cours, sur cette ou une autre quelconque piste, et le cas continue à être de la responsabilité des autorités portugaises," dit une source de la police de Leicestershire, contactée par le 24horas.

Des policiers à l’humour britannique

Ce n'est pas la première fois que des "supposées informations" et "spéculations" autour du cas Maddie font la manchette des journaux anglais. Encore la semaine dernière le gouvernement britannique a démenti officiellement que son premier ministre serait en contact avec les autorités américaines à qui, d'après le Sunday Express — journal du même groupe que le Daily Star — Gordon Brown aurait voulu demander des images du satellite qui surveillait supposément la côte portugaise.
L'information avancée hier par le Daily Star "à la valeur de sa promotion de dimanche, pour 40 pennies (à peu près 50 centimes) le lecteur amène deux journaux," a ironisé une source du Home Office en réponse au 24horas.

Duarte Levy

* Publié dans le quotidien portugais 24horas