Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/08/2008

L’affaire McCann : "la chasse" à la fillette mystérieuse était déjà faite

7433e87796521958e060f0011bdf5f27.jpg"Mystérieuse fille dans la chasse à Maddie" était le gros titre en première page de l’édition d'aujourd'hui du journal britannique, Evening Standard. "Les images photo retirées des vidéos de surveillance (CCTV) enregistrées quelques heures après qu'elle ait disparu de la villa d'Algarve. Pourquoi la police l'a-t-elle maintenu secret ?", demande le journal.

L'image a été prise le 4 mai et la Police judiciaire (PJ) connaissait la prétendue observation de Madeleine.

Le même jour, les inspecteurs J.C. Franco et C. Lucas sont allés à cette station d’essence, appartenant à la compagnie portugaise GALP, sur l’A22, une autoroute qui traverse l’Algarve, d'est en ouest. Les deux inspecteurs, selon le rapport qu’ils ont signé et qui figure dans les documents du DVD donné aux journalistes, ont obtenu les vidéos (CCTV) et ont montré la photo de Madeleine à tous les employés du magasin.

047b5ecbbe800d8ee869584d9ab89dfb.jpgLes employés ont confirmé que la fillette qu’ils ont vue quelques heures au par avant (11h10) n'était pas Madeleine McCann. Les vidéos ont été regardées et analysées par les techniciens de la police et le résultat était négatif — ce n'était pas Madeleine. Les deux inspecteurs de la PJ sont allés également à la station d’essence du côté opposé de l’autoroute (dans la direction d'Ouest en Est), et le résultat était identique.

À titre de curiosité, le journal Metro indique que ces images ont été vues par les McCann, qui ont également éliminé la possibilité de qu’il puisse s’agir de leur fille. Quoi qu'il en soit, l’Evening Standard a même écrit qu’"elle n'est pas claire si l'image divulguée aujourd'hui avait était complètement vérifiée par les inspecteurs portugais." Clarence Mitchell est cité par le journal : "Cette apparition, a-t-elle été suivi et éliminé correctement ? Nous ne le savons pas."

bc49627528622362e21cdcdd198b023a.jpgLa PJ a reçu une deuxième information, le même jour – le 4 mai – à propos d’une fille blonde aperçue dans un autre magasin, dans une autre station d’essence. Celle-ci était une station d’essence de la Repsol, situé à Vale do Paraiso, près d’Albufeira.

L’inspecteur A. Silva a été sur place, il a vu les vidéos de surveillance (CCTV), il a parlé avec les employés et il était facile de conclure qu’il était impossible qu’il puisse s’agir de Madeleine. Comme l'inspecteur de la PJ l’a écrit dans son rapport (disponible également sur le DVD donné aux journalistes) l'enfant avait les cheveux très longs, clairement évidents, jusqu'à la moitié de son dos. Comme les cheveux se développent à un taux d’environ 1 cm par mois, Madeleine ne pourrait pas avoir des cheveux aussi longs, le 4 mai. Le "The Daily Mail" a publié la photo avec une légende : "Pistes : Une autre possible apparition contenue dans le dossier "…

Duarte Levy & Paulo Reis 

English version 

Le cas McCann : Jeremy Wilkins et la femme en robe violette

68fa7882d1bf6621f1110852578a0259.jpgD’après les dépositions faites à la police par le partenaire occasionnel de tennis de Gerry McCann, il croit avoir quitté la maison entre 20 h 15 et 20 h 30 le 3 mai pour promener son fils, dans une poussette. Il a tourné à droite et, en jetant un coup d’œil à l’immeuble avoisinant celui où habitaient les McCann, il a vu une femme qui portait une robe violette.

Il a continué son parcours sur la route, a visité les WC à proximité de la piscine, en passant par la réception de l’Océan Club. Il a croisé un couple, un homme aux cheveux style "rasta" et, en sortant des WC, a continué sa promenade et est passé derrière le cours de tennis.

Il a traversé plusieurs rues, étant donné que son fils avait du mal à s’endormir. Il a rencontré un autre couple, un touriste dénommé Curtis avec sa compagne. Après sa longue promenade, il s’est retrouvé au bout d’une rue, entre l’appartement des McCann et le Tapas Bar.

Il a vu Gerry McCann de l’autre côté de la rue, près du portail qui donnait accès aux escaliers de cet appartement de plain-pied (le 5A), et a traversé la rue pour lui parler. D’après ses souvenirs, ils ont parlé pendant 3 à 5 minutes. Son fils s’était déjà endormi et, à la fin de leur conversation, Gerry est descendu en direction du Tapas Bar et Jeremy Wilkins a remonté la rue, a tourné à gauche et est retourné à son appartement.

 Pendant qu’il parlait à Gerry, il a dit qu’il ne pouvait pas garantir ne pas avoir aperçu quelqu’un tout en haut de la rue, car soit il était en train de regarder Gerry ou son bébé dans sa poussette et avait probablement le dos tourné vers le haut de la rue.

 Lorsque la police l’a interrogé par rapport à Jane Tanner, qui avait dit dans ses déclarations à la police qu’elle les avait vus tous les deux en train de parler pendant qu’elle parcourait le même trajet pour vérifier que sa fille allait bien, autour de 21 h 15, Jeremy Wilkins avait dit qu’il ne se souvenait pas de l’avoir vue pendant sa conversation avec Gerry McCann

Par contre, il croit l’avoir vue, lorsqu’il avait quitté son appartement : elle été dans la rue, arrêtée juste devant l’appartement d’un des amis des McCann, et il ne sait pas s’il s’agissait de son propre appartement à elle ou pas. Il se souvient que cette femme portait une robe violette. À l’époque, il savait qu’il s’agissait d’une des amies des McCann, mais il ne connaissait pas son nom.

Le comportement de Gerry était parfaitement normal et Jeremy admet que la lumière à cet endroit aurait pu suffire à des gens qui se seraient trouvés au même endroit que lui et Gerry de reconnaître quelqu’un qu’ils connaissaient déjà ou de donner une description générale d’un inconnu qui se promenait tout en haut de la rue.

Duarte Levy & Paulo Reis

English version 

L’affaire McCann: Pourquoi 15 marqueurs sur 19 ne sont pas suffisants (*)

64fbccf35f4940040e2b1dc468617ac8.jpgComme le sujet fait la première page de la plupart des journaux britanniques, il est intéressant de connaître, avec plus de détails, ce que les experts en médecine légale, biologie et génétique du laboratoire britannique, le Forensic Science Service (FSS) ont dit à police portugaise, le 4 septembre 2007, quelques jours avant que Gerry et Kate McCann soient constitués "arguidos."

Selon un document du FSS, signé par J.R. Lowe, l’analyse des échantillons rassemblés dans le coffre de la Renault Scénic a produit un résultat d’ADN complexe, utilisant le procédé du Low Copy Number, qui semble provenir d’au moins trois personnes. Le profil de l'ADN de Madeleine comporte 19 éléments, chacun représenté par un pic sur un diagramme, explique Lowe.

Comme Madeleine a hérité d'un même composant d'ADN de ses deux parents, le nombre de pics sur le diagramme est de 19, au lieu des habituels 20. Ces deux marqueurs apparaissent, sur le diagramme, comme un seul pic. Le document du FSS déclare que 15 des 19 marqueurs de Madeleine sont présents dans le résultat de l'analyse de cet échantillon spécifique. Mais, le nombre total des marqueurs est de 37, parce qu'il y a au moins trois donateurs, peut être même cinq, dans cet échantillon.

L'opinion de J.R. Lowe était que le résultat était trop complexe pour avoir une interprétation ou arriver à une conclusion significative.

Mais, à propos de la question posée, quand les échantillons ont été envoyés au laboratoire britannique - s'il pourrait s’agir, ou non, de l'ADN de Madeleine - le scientifique de l’FSS admet qu'il serait très simple de dire oui, en raison du nombre de marqueurs présents dans l'échantillon, qui sont également présents dans le profil d'ADN de Madeleine - 15 sur 19.

Cependant, comme J.R. Lowe souligne dans le document mentionné, les experts en médecine légale doivent décider si la correspondance est véritable et légitime. Autrement dit, ils doivent déterminer si l'ADN de Madeleine était dans la voiture ou si le résultat correspondant à l’ADN de Madeleine est uniquement un hasard.

Pour expliquer cette question de manière plus détaillée, l’expert du FSS rappelle que les différents composants de l'ADN de Madeleine sont également présents dans le profil de plusieurs des scientifiques qui travaillent dans le laboratoire de Birmingham. Lowe va plus loin et mentionne son propre profil d'ADN comme preuve de ce fait.

Comme l'échantillon analysé était un mélange d’éléments provenant de plus de deux personnes, il n'est pas possible, selon le même expert, de déterminer ou d’évaluer comment les éléments spécifiques se lient entre eux. Une autre difficulté mentionnée est le fait qu'il n'est pas possible de séparer les éléments de trois différents profils d'ADN.

Comme conclusion, l’expert, J.R. Lowe, écrit qu'il n’est pas capable de dire si la correspondance partielle était authentique ou fortuite.

Duarte Levy and Paulo Reis

English version

(*) à titre d’information complémentaire, une correspondance de 15 sur 19 est, au Portugal, suffisante pour établir la filiation d’une personne. En Belgique, le même résultat est considéré suffisant pour amener un suspect devant la justice, c’était d’ailleurs le cas dans une affaire de meurtre d’enfants jugé récemment.

04/08/2008

Témoins ont "démonté" la version des McCann à propos des volets de l’appartement

3af90c2306a3807f0e34b0e77928320d.jpgL’appartement 5A où les McCann ont séjourné jusqu’à la disparition de Madeleine avait été occupé par d’autres Britanniques que l’enquête de la Police Judiciaire à retrouvé, tous ont confirmé le bon état des volets, initialement décrits par des proches de Kate et Gerry comme vieux, usagés et cassés.

Parmi ces témoins, Saleigh et Paul Gordon, accompagnés de leurs deux enfants, ont occupé l’appartement 5A avant les McCann, entre le 21 et le 28 avril 2007. Le couple, interrogé à plusieurs reprises par les enquêteurs, affirme que "les portes, les fenêtres et les volets de l’appartement étaient tous en bonnes conditions," soulignant même que vu le bruit fait par les volets des chambres, il serait impossible de les ouvrir ou fermer sans se faire remarquer par les voisins ou les passants.

4de85a111e82d2a4704f872be23027b7.jpgLes McCann, depuis le premier moment ont prétendu que les volets étaient cassés et que la porte avait été forcée. C’est la version que Kate a donnée à un ami proche, Jon Corner, à qui elle aurait dit "qu’ils ont cassé le volet sur la fenêtre et ont pris ma petite fille."

La même version est d’ailleurs donnée par Gerry McCann au grand-père de Madeleine, Brian Healy : "Gerry m'a dit que quand ils sont retournés, les volets de la fenêtre de la salle étaient cassés (…). La porte était ouverte."(voir McCannfiles)

"La chambre tournée vers le parking était aussi aperçue par d’autres appartements, vu ceci je trouve que si quelqu'un avait essayé ouvrir les volets depuis l’extérieur, quelqu'un l’aurait remarqué," affirme Saleigh Gordon. Son mari, Paul, confirme également que le couple s’est toujours senti en sécurité et que la porte de devant était équipée d’une double serrure, tandis que celle d’arrière se fermait exclusivement depuis l’intérieur de l’appartement.

L’homme "bizarre" n’en était pas un

C’est également Paul Gordon qui a vu et parlé avec un homme décrit par plusieurs médias britanniques, citant des sources proches des McCann, comme bizarre et suspect. Pourtant, dans ses déclarations à la police, Paul affirme que l’individu n’a jamais "surveillé" les enfants ou l’appartement : "Je décrirais l'homme comme instruit, avec bonne apparence (...). Je me rappelle de lui avec un aspect propre et rasé et avec un léger duvet facial".

"Je me suis dirigé à l'homme qui m’a demandé si je serais intéressé à contribuer avec une donation à un Orphelinat (…). J'ai parlé avec lui et ai remarqué qu'il avait un crachat avec l'identification et qu'il avait ce que m'a semblé un livre de récépissés," confirme Paul Gordon à la police rajoutant qu’il aurait même reçu un récépissé qu’il aurait oublié au Portugal.

Depuis janvier que Paul Gordon a été contacté à plusieurs reprises par Brian Kennedy, Kate et Gerry McCann : "Il y a certains moments ou je me sens comme un pion d’échecs".

"Les McCann ont manipulé des preuves"

f65760388cd94c262a5c90f062271b6d.jpgLa Police Judiciaire (PJ) est convaincue que les McCann ont manipulé des preuves et ont simulé l’enlèvement de leur fille et avance que les parents de Maddie ont modifié la disposition des meubles et des objets de l'appartement. L’information a été publiée ce matin par le quotidien portugais Correio da Manhã, citant l’enquête de la PJ.

Selon le quotidien, la coïncidence entre la signalisation d'odeur à cadavre et de sang donné par Eddie et Keela, les deux chiens pisteurs britanniques, derrière le sofa, prouve sans aucun doute que celui-ci a été appuyé au mur après le décès de l'enfant. Les enquêteurs, vu le peu d’indices trouvés sur ce meuble, ont conclu qu’il aurait pu avoir été lavé.

Détail également cité par le Correio da Manhã, cuddle cat, la peluche rose appartenant à Madeleine et que Kate McCann à promené partout, a été placée dans le lit de l'enfant après son décès, vu que, au contraire de la peluche, aucune odeur à cadavre a été signalée sur le lit.

Duarte Levy & Paulo Reis 

Journalistes ont reçu le DVD "Maddie"

d55a0428bba84eff6d068325059c99b4.jpgAprès plus de 14 mois d’enquête à la disparition de Madeleine McCann, une trentaine de journalistes, à majorité des Britanniques, ont reçu cette après-midi un DVD contenant les 21 volumes, sous format PDF, de comptes-rendus du travail des enquêteurs et magistrats, soit plus d’un gigaoctet de documents.

On y trouve les déclarations de témoins, la transcription des entrevues avec les McCann et autres détails.

Le DVD, solution trouvée par les autorités portugaises, ne contient pas tous les documents qui font partie du dossier d’enquête de la Police judiciaire ou de sa congénère britannique, une partie étant toujours sous secret de justice, sans oublier détails qui ne figurent pas encore dans le procès.

Photo ® Paulo Reis