Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/06/2008

Parents de Maddie à Strasbourg

2454847b94e2dcb4c2d8905ba77a8144.jpgKate et Gerry McCann ont confirmé cette après-midi qu’ils vont effectuer le déplacement, mardi prochain, au Parlement européen à Strasbourg ou les auteurs d’une déclaration appelant à la création d'un système européen d'alerte pour enfants disparus vont essayer de convaincre 182 députés à signer le document.

Les McCann n’ont joué aucun rôle dans la rédaction de cette déclaration – une initiative de cinq parlementaires –, mais le couple avait effectué sa présentation à Bruxelles malgré les protestations de plusieurs parlementaires.

Le document n’apporte rien de nouveau aux intentions du Parlement ou la création d’un système d’alerte européen est à l’étude depuis plusieurs années.

La France, qui assume la présidence rotative au mois de juillet, indépendamment de la déclaration présentée à Bruxelles le 10 avril, avait déjà fait connaître son intention de faire approuver un système européen semblable à celui qui existe dans l’hexagone.

"Jusqu'à présent, nous avons 211 signatures et nous avons besoin de la signature de 393 députés européens, une majorité simple dans le Parlement" a dit le porte-parole de Kate et de Gerry McCann, Clarence Mitchell.

Le couple a prévu de rencontrer, en privé, plusieurs députés européens avant de conclure sa journée par l’habituelle conférence de presse.

Introduits au Parlement européen par le conservateur Edward McMillan-Scott, vice-présidente du Parlement, Gerry et Kate McCann, arguidos dans l’enquête à la disparition de leur fille Madeleine, avaient déjà été fortement critiqués à Bruxelles par plusieurs parlementaires, jugeant inopportune la visite du couple.

Récemment, le couple avait trouvé le moyen de ne pas effectuer le voyage au Portugal afin d’y participer à la reconstitution des événements entourant la disparition de leur fille Madeleine, comme les autorités portugaises l’avaient exigé.

Les McCann n’y sont pour rien

98005d25d99012cbbd313038a14a8e42.jpgLa déclaration présentée initialement le 10 avril au Parlement européen à Bruxelles n’a pas été rédigée ou suggérée par le couple McCann mais, grâce à l’appui du gouvernement britannique, les parents de Madeleine ont obtenu le droit de s’y associer malgré leur statut d’arguidos au Portugal.

Edward McMillan-Scott, Roberta Angelilli, Glenys Kinnock, Evelyne Gebhardt, et Diana Wallis sont les cinq députes à l’origine du document qui propose la coopération d'urgence entre les états membres de l’Union européenne pour retrouver les enfants disparus.

Le document invite les États membres à conclure des accords de coopération avec tous les États frontaliers afin de se donner les moyens de lancer l'alerte rapidement sur les territoires concernés.

Malgré l’importance des lignes d’orientation proposée par le document, on est encore loin d’un accord entre tous les états membres.

Hier, la France – pays où le dispositif Alerte Enlèvement a déjà fait ces preuves – a organisé une simulation d’enlèvement en collaboration avec la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg. L’exercice a été conclusif et a permis aux quatre organisateurs de tester leurs moyens de réaction, mais également la collaboration avec les médias.

Les polices du Portugal, de l’Espagne, de la Suède, de l’Allemagne et de la Tchéquie ont participé comme observateurs. Le Royaume-Uni, invité, a préféré ne pas y participer.

Duarte Levy & Paulo Reis 

10/06/2008

L’affaire Madeleine : Ambassadeur britannique nie des contacts entre les gouvernements

f5709d6fbda69283cc40febf81952b04.jpg“La seule chose que je connais de l’enquête c’est que Madeleine reste introuvable”, a dit Alexandre Ellis, l’ambassadeur britannique au Portugal, au quotidien Jornal de Notícias. Alexandre Ellis a dit que ce que l'ambassade britannique a fait, dans le cas de Madeleine McCann, était juste “faciliter des réunions entre les autorités compétentes et donner tout appui nécessaire aux citoyens britanniques impliqués dans l’affaire.”

Questionné s'il y avait des contacts entre les gouvernements britannique et portugais a propos de l’affaire, prenant en compte le fait que Clarence Mitchell, alors haut fonctionnaire du cabinet du Premier-Ministre britannique, a été envoyé à Praia da Luz, pour aider le couple McCann, Alexandre Ellis a répondu : “Je ne crois pas. C'est une question pour la police, pas pour les gouvernements, et les autorités ont fonctionné en bonne coordination.”

Mais Gordon Brown, parlant aux journalistes à Lisbonne, avant le sommet de l'UE, en octobre 2007, a dit qu'il allait parler, avec le Premier-Ministre portugais a propos des questions liées à la 4c3a0abf876d425afacb9a7074d787a7.jpgdisparition de Madeleine McCann. Le cabinet de presse du Premier-Ministre portugais a nié que la question de l’investigation du cas Madeleine a pu être abordée, au cours de la réunion avec Gordon Brown.

“Les seuls sujets abordées au cours de la réunion entre Gordon Brown et José Sócrates ont été liés au sommet de l'UE. Tout le reste est spéculation”, selon la même source, citée par le quotidien portugais Correio da Manhã. Un porte-parole de Gordon Brown a nié ceci et a affirmé aux médias britanniques que le Premier-Ministre Gordon Brown a parlé à son homologue portugais Jose Socrates à propos de Madeleine pendant le sommet de l'UE à Lisbonne.

Le porte-parole officiel Gordon Brown a dit : “Tous les deux ont convenu que ce qui compte c’est qu’il devrait y avoir une coopération la plus étroite possible entre la police portugaise et britannique.”

Le gouvernement britannique “croit également que Durão Barroso est dans une très bonne position” pour devenir le premier président de l'UE pos-Traité de Lisbonne, affirme alors l'ambassadeur britannique. Alexandre Ellis est marié avec une portugaise et pendant les deux années précédant sa nomination comme ambassadeur à Lisbonne, il était l'un des conseillers de Durão Barroso, président en cours de l'UE.

Duarte Levy & Paulo Reis 

EnglishEspañol

09/06/2008

Clarence Mitchell invité par L'Assemblée Générale du Conseil des Médias de l’Église

a1507981594ab0a257d7f498da01b379.jpgLe Conseil des Médias de l’Église (Churches Media Council) a demandé au porte-parole des McCann d'être l'un des principaux orateurs à leur Assemblée Générale qui a commencé aujourd'hui, 9 juin, au Centre de Conférence de Hayes, à Swanwick, Derbyshire.

Lire la suite

08/06/2008

Le Foreign Office britannique a aidé les McCann à rentrer à la maison

6b433a4d6560f0eb07573344f1e2ed25.gifEntre 7 et 10 septembre de l'année dernière, Kate McCann luttait pour sa vie, selon The News Of The World parce que les autorités portugaises essayaient de l'incriminer. "Ils veulent que je mens- je suis incriminé", dit Kate McCann au Sunday Mirror. La raison, explique Kate, était le fait que la Police Judiciaire "manquait de budget pour poursuivre les investigations et voudrais y mettre un terme". Une autre raison, dit’ elle, était que la police portugaise "ne veut pas d’un meurtre au Portugal ni de la publicité à propos du fait qu’ils n’ont pas de lois contre la  pédophile ici, ainsi ils nous accusent."

Au même temps, Gerry McCann a admis qu'il avait déjà été informé par ses avocats de que la PJ "a pu rassembler assez d’éléments pour les accuser." Malgré qu’il était "absolument confiant de qu’il n’y avait preuve que puisse lier Kate et lui a tout soupçon du meurtre" de leur fille, Gerry a admis que la "dernière tournure des événements", pendant les premières semaines de septembre, "l'avait provoquait quelques 'inquiétudes". Selon l'édition du 9 septembre du The News Of The World, "les McCann craignent maintenant que les enquêteurs puissent être sur le point de les arrêter et accuser. Gerry a dit : "Notre avocat a dit que le poids est tell que, sous le système légal portugais, ils ont assez pour avancer contre nous."

371305c7001cf32cc42a81e0b3f7d439.jpgLe père de Madeleine McCann a considéré également la possibilité de que "tôt ou tard, il y aura un processus formel dans lequel nous pourrons réfuter les choses devant le tribunal. Alors il sortira tout". Gerry a expliqué que les McCann "étaient en pourparlers avec la police" de manière "à être autorisés à rentrer à leur maison au Royaume-Uni," après avoir été constitués "arguidos", ou suspects formels dans la disparition de Madeleine McCann.

Pendant que ces négociations continuaient, "le Foreign Office était en feu sur tous fronts" dans ses efforts pour aider les McCann", comme The Telegraph l’écrit le 10 septembre.

Et l'accord autorisant le retour de Gerry et Kate au Royaume-Uni a été conclu par des contacts directs entre le Foreign Office, les ministres des affaires étrangers, de la Justice et la PJ, avec l'aide de John Buck, à l’époque l’ambassadeur britannique au Portugal.

Justine McGuiness et David Hughes, membres de l'équipe de conseillers des McCann, ont également  joué un rôle important dans ces contacts.

Une source de PJ a expliqué que si le couple avait essayé de quitter le Portugal avant les interrogatoires qui ont eu lieu entre 7 et 8 de septembre, le cabinet du Procureur avait instruit les inspecteurs de PJ de les arrêter et était prêt à les constituer "arguidos" imposant des restrictions plus sévères à leurs mouvements. Les autorités portugaises ont accepté un accord verbal, après que le Foreign Office a garanti que le couple reviendrait au Portugal, toutes les fois que le cabinet du Procureur demanderait leur présence.

b8695697b572b5e2621c6df0b0a6a3ea.jpgLe changement soudain d’attitude des McCann, prétendent rentrer à nouveau au Royaume-Uni, après qu’ils ont promis qu'ils ne partiraient jamais sans Madeleine, s’est produit deux mois après qu’une équipe spéciale de la police britannique soit venu à Praia da Luz, avec Eddie et Keela, les chiens dressés pour détecter l'odeur du sang et des cadavres.

Mais, un mois avant qu’ils soient constitués "arguidos", le porte-parole de la PJ, Olegário de Sousa, avait déjà indiqué, dans une entrevue a la BBC, le 10 août, que la police suivait une nouvelle ligne d'enquête qu’inclus la possibilité de que Madeleine était morte.

Duarte Levy & Paulo Reis

Español - English

07/06/2008

Que fuient-ils ?'*

Encore une fois, Clarence Mitchell apparait avec une histoire pour essayer de justifier une chose que le commun des mortels a des difficultés à accepter. Une partie des amis des McCann ont refusé de retourner au Portugal pour participer à la reconstitution des événements de la nuit de la disparition de Madeleine McCann. Analysons le dialogue entre Pat Kenny et Clarence Mitchell lors d’une interview radiophonique sur RTE Radio 1 (**).

d97b8d54e46d0000a52df1e5aa11ecc8.jpg

Pat Kenny a eu la gentillesse de poser les questions de manière très “sympathique”: (...)

Pat: "Bon, la dernière chose (en fait il voulait dire : ce qui est arrivé dernièrement) est un développement assez incroyable (…) dans le sens qu’il s’agit de l’annulation de la reconstitution de ce qui était arrivé ce soir-là. Mais, la reconstitution n’allait pas être filmée pour la télé, alors quel en était le but? "

CM: "Et bien, voilà exactement la question que se posaient Gerry, Kate et leurs amis. Il y a tout un tas de raisons pour lesquelles ils ont été fortement préoccupés par ce que cela pourrait réellement apporter. Ils ont tous dit, de manière constante - et ils continuent à le dire - qu’ils feraient n’importe quoi qui pourrait aider à retrouver Madeleine. Cette proposition en particulier… sa formulation, la manière dont elle a été présentée… ils ont eu le sentiment que cela n’aurait aidé d’aucune manière à la retrouver. Et comme vous aviez dit, elle (la reconstitution) n’aurait pas été filmée pour la télé, donc elle n’aurait pas généré de nouvelles pistes… Pourquoi… à quoi est-ce que cela aurait pu servir une bonne année après les faits ? Personne ne semble avoir pris en compte le bien-être mental de Kate, vous savez, est-ce qu’on s’attendait à ce qu’un enfant joue le rôle de Madeleine devant elle ? Toutes sortes d’autres questions… (...)

J’admets trois possibilités comme explication de ce charabia cité de cette interview :

1 – Clarence Mitchell et les avocats des McCann au Royaume-Uni s’en fichent de ce que les avocats portugais essaient de leur expliquer;

2 – Rogério Alves et Carlos Pinto de Abreu sont nuls comme avocats et ne connaissent même pas les procédures de base d’une enquête criminelle;

3 – Clarence Mitchell ment.

Pourquoi? Parce que, selon le Code pénal portugais, la reconstitution des événements et/ou des faits liés à un crime est une façon d’obtenir des preuves admissibles pour un tribunal, à la suite d’une décision formelle de la PJ et des autorités judiciaires, sous certaines circonstances et conditions spécifiques.

 

Voici une traduction de l’article 150 du Code pénal portugais :

"Chapitre V – Concernant la reconstitution des événements

Article 150

Conditions et procédure

1 – S’il y a un besoin de déterminer qu’un fait aurait pu arriver sous certaines circonstances, la reconstitution de celui-ci est admissible. Cette reconstitution consiste en la reproduction, aussi exacte que possible, des conditions sous lesquelles les faits sont supposés avoir eu lieu et la répétition de la manière dont se sont déroulés les événements.

2 – La décision formelle octroyant la reconstruction d’un fait doit contenir une brève mention du sujet, du jour, de l’heure et de l’endroit où cela aura lieu, et comment, et éventuellement en effectuant un enregistrement sur vidéo. La même décision formelle peut désigner un expert pour l’exécution de certaines opérations.

3 – Autant que possible, toute publicité par rapport à la reconstitution devrait être évitée."

 

Pat Kenny était surpris par le fait que la PJ souhaitait utiliser les McCann et leurs amis pour la reconstitution, plutôt que des acteurs : (...)

Pat: "C’est… ils allaient utiliser les McCann et les gens qui étaient effectivement là ce soir-là plutôt que des acteurs."

CM: "Et bien, exactement, et de combien de reconstitutions en avez-vous entendu parler en Irlande, en Grande Bretagne ou n’importe où ailleurs, dans lesquelles les  gens originellement impliqués dans une affaire y ont effectivement participé ? C’est pratiquement inconnu. Et donc, encore une fois, ceci nous a fait… ceci a fait que nos avocats se sont demandés, vous savez,  qu’est-ce qui se passe ici ? Et, en plus, normalement, les Portugais ne font pas de reconstitutions. L’année dernière, juste après l’abduction de Madeleine, BBC Crimewatch avait proposé une telle reconstitution avec des acteurs. Et la PJ avait dit : « Non, non, on ne fait pas cela ici, on ne pratique pas de reconstitutions. » Puis, tout à coup, ils reviennent plus d’une année plus tard pour dire : "Si, on en fera une, selon nos termes." Et, vous savez, il y a eu un peu de débat à l’intérieur du groupe. Bon, Gerry et Kate, en tant qu’arguidos, en tant que suspects, auraient été obligés d’y retourner s’ils y avaient été forcés  -légalement – à y retourner. Il n’en était pas question qu’ils disent : "Non, on ne peut pas y aller." Mais les amis ne sont suspectés de rien, ou n’y sont pas impliqués directement dans ce sens-là, à ce degré-là. Et donc, comme résultat, ils en avaient la liberté du choix. Et, ils en ont discuté entre eux – longuement – et ont décidé de faire savoir à la PJ que, vous savez, que : "Merci de cette offre, mais à cette occasion-ci, nous ne pensons pas que ce soit utile." Et voilà ce qui est arrivé. Et la PJ a fait également savoir qu’elle voulait que tout le monde y soit, sinon la reconstitution n’aurait pas lieu. Et dès qu’un ou deux des amis ont dit non, et bien, c’est tombé à l’eau."

Pat: "Il y avait une certaine suspicion qu’ils essayaient de confondre les gens. Vous avez fait une déposition… Bon, allez-y, effectuez les gestes selon votre déposition et voyons voir si on peut y trouver des incohérences."

CM: "Je dois faire très attention à ce que je dis, Pat, car la police est toujours en train d’investiguer, et nos avocats sont toujours en train de l’examiner, mais, hmm, vous pouvez en tirer cette conclusion si vous le souhaitez… je ne voudrais pas commenter là-dessus." (...)

Donc, certains des amis des McCann ont refusé de participer à la reconstitution, en la rendant impossible d’un point de vue juridique. Ils ont "discuté entre eux" – longuement – et ont décidé de faire savoir à la PJ: "Merci de cette offre, mais à cette occasion-ci, nous ne pensons pas que ce soit utile." (…) Est-ce que la raison aurait pu être la "suspicion qu’ils essayaient de confondre les gens. Vous avez fait une déposition… Bon, allez-y, effectuez les gestes selon votre déposition et voyons voir si on peut y trouver des incohérences," comme disait Pat Kenny?

"Vous pouvez en tirer cette conclusion, si vous voulez," était la réponse de Clarence Mitchell.

Oui, on peut le faire, comme diraient les supporters de Barak Obama.

Duarte Levy & Paulo Reis

English version

(*) Titre original: Why did the chickens run away?

(**) L’entrevue commence aux dix minutes de l’enregistrement.