Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/03/2008

Après six mois les McCann n’ont plus le droit de s’attaquer aux médias portugais

Au Portugal, six mois après la publication d’un article, les McCann ne peuvent plus présenter une plainte en procès criminelle contre l’auteur ou le journal. L’affirmation est de l’avocat Miguel Reis, expert dans le domaine des média, en déclarations au SOL.

Après ce délai, si le couple n’a pas demandé à exercer son droit de réponse au déposé une plainte criminelle, les avocats de Kate et Gerry McCann sont limités à des actions dans le civil, ou ils doivent produire la preuve de que les journaux et les journalistes ont agit avec faute afin d’obtenir la publication des excuses, jamais une compensation financière.

Selon l’avocat, "si les McCann n'ont pas présenté une plainte criminelle dans un délai de six des mois ni ont exercé leur droit de réponse dans les délais de la loi portugaise (30 jours pour les quotidiens et 60 pour les autres publications) toute décision dans ce sens n’est pas viable."

La particularité de la loi portugaise explique probablement l’annonce fait par un porte-parole du couple McCann qui a dit, cette après-midi, que "le couple n’a pas l’intention, pour le moment, d’intenter des actions en justice contre les médias portugais", même si Adam Tudor, un des avocats de Carter-Ruck au service de Kate et Gerry, admet que cette possibilité continue à être analysé.

2aec7ebcddcd8fd2249da4aeb57f1571.gifd6af64f561dfb9659140e0ba10a9a9ed.gif7935487696b9ac8686f3d3c27763675e.gif

18/03/2008

Les McCann ont été payés par l'Express qui publie des excuses en première page

"Le pouvoir des McCann semble ne pas avoir des limites"

9a8a2691ea956bd77fcca30650fd1609.jpg

Deux des journaux du Groupe Express, le Daily Express et le Daily Star, ont été contrains de publier en première page, dans leur édition de ce mercredi, des excuses à Kate et Gerry McCann et de leur payer une importante somme en argent.

Cette mesure sans précédentes dans l’histoire de la presse outre-manche, est l’épilogue des négociations entre le cabinet d’avocats Carter-Ruck, représentant le couple McCann, et les responsables du Groupe afin d’éviter un procès pour diffamation en justice.

"C’est la première fois, depuis que j’ai commencé ma carrière, que j’ai honte de dire pour quel journal je travaille", à avoué un journaliste du Daily Express contacté par SOS Madeleine. Selon le même professionnel, "au Royaume-Uni le pouvoir des McCann semble ne pas avoir des limites. Ils ont réussi à échapper aux services sociaux malgré le fait qu’ils ont laissé leurs enfants seules pendant qu’ils ont fait la fête, ils ont crée une machine de communication aussi efficace que celle du premier ministre… plus rien ne m’étonne".

Ce mercredi, sous la contrainte, les deux journaux du Groupe Express s’excusent d’avoir "suggéré que Kate et Gerry McCann ont pu avoir causé la mort de leur fille Madeleine."

Les journaux publient encore que Kate et Gerry McCann sont "complètement innocents", mais une source du Groupe, en declarations à SOS Madeleine, affirme "espérer sincèrement que le couple soit obligé à répondre en tribunal pour la disparition de leur fille, pour qu’ils soient obligés à expliquer ce qu'est vraiment arrivé la nuit du 3 mai."

Fonds Madeleine plus riche

37f85b3adeddeea1fd37cef8d333a472.jpgLes avocats de Kate et Gerry avaient entamé des contacts avec plusieurs médias britanniques les menacent des poursuites en justice mais le groupe Express était devenu le principal visé, les McCann cherchant à obtenir un règlement en dehors des tribunaux qui passerait par le versement d’une compensation financière d’un montant proche des cinq millions d’euro.

Le Daily Express, principal publication du groupe, avait déjà retiré de son site internet tous les articles publiés à propos de la disparition de Madeleine McCann. Le Groupe Express publie également le Sunday Express, le Daily Star et le Daily Star Sunday.

Clarence Mitchell, ancien journaliste du Daily Express et actuel responsable en relations publiques de Gerry et Kate McCann, avait accusé le journal d’être "le plus mauvais parmi tous les tabloïds."

Les sommes versés par les deux journaux ont été payées au Fonds Madeleine, qui n’arrivait plus à obtenir le même nombre de donations que la disparition de la petite britannique avait initialement provoqué.

Le Fonds Madeleine à été utilisé jusqu’à présent pour rembourser deux mensualités de l’emprunt que les McCann ont contracté pour l’achat de leur maison, pour payer une campagne d’affichage pratiquement invisible en Espagne et au Portugal, sans oublier les versements mensuels à l’agence de détectives Metodo 3.

2aec7ebcddcd8fd2249da4aeb57f1571.gifd6af64f561dfb9659140e0ba10a9a9ed.gif7935487696b9ac8686f3d3c27763675e.gif

 

17/03/2008

Faux signalement de Maddie à Sydney

a0c68a8c1764d4631380e9f4678968b5.jpgLa police australienne est intervenue après un appel signalant la présence de Madeleine McCann dans une station de trains, situé dans le quartier d’affaires de Sydney. Une fois encore il s’agissait d’une fausse alarme car l’enfant, une fillette aux cheveux blonds, était bien accompagnée par son père.

Le temps que la police arrive, le personnel de la compagnie de trains surveillait discrètement le "suspect," un homme dans la quarantaine portant un béret noir. L’information à été révélé ce matin par le journal australien The Daily Telegraph (photo de Stephen Cooper).

Depuis sa disparition, il y a presque un an, un nombre important de personnes, un peux partout dans le monde, ont affirmée avoir aperçue la petite britannique. Si certains témoignages sont considérées comme suspects par les autorités, notamment au Maroc, d’autres sont vus comme le résultat d’une trop grande médiatisation.

14/03/2008

Ossements ne sont pas humains

(Mise à jour) Les ossement retrouvées cette après-midi dans le barrage d’Arade, après la vérification de leurs dimensions et caractéristiques, sont d’origine animale. L’information à été confirmée pas la Police Judiciaire (PJ) après une première analyse. Un échantillon à, toutefois, été envoyé pour analyse dans le laboratoire de la police.

Une équipe de la PJ, accompagnée par la GNR était arrivée au barrage après la découverte, cette après-midi, d’un sac contenant des ossements.

L’endroit avait été isolé par les forces de sécurité qui ont également procédé à l’identification des personnes présentes dans le local, notamment des éléments de l’agence espagnole Metodo 3.

L’avocat Aragão Correia, à l’origine des fouilles avait fait appel à la police, comme la loi l’oblige, ne sachant pas se prononcer  à propos de l’origine des ossements. Sa petite taille et le fait qu’ils soient disposés à l’intérieur d’un sac attaché par des cordes avait poussé l’avocat à affirmer qu’il serait sur la bonne piste, ce que n’a pas été le cas.

"Les premiers éléments indiquent que le contenu du sac n’a aucune liaison à la disparition de Maddie," avait avancé une source de la police immédiatement après l’arrivée des investigateurs du cas Madeleine.

156f771b5c1df2cba9d15f5b4701bc28.jpgSelon l’assistante de l’avocat, le sac serait attaché avec des cordes et son état rend impossible de voir s’il présente des inscriptions ou autres signes distinctives.

Depuis lundi qu’une équipe de plongeurs d’une école local, aidés par des professionnels spécialisés en recherche de cadavres dans des eaux profondes, sont en train de procéder à des fouilles dans le barrage de l'Arade.

Plusieurs cordes, sacs plastiques et une chaussette auront été trouvés dans les eaux du barrage.

13/03/2008

Détective de M3 à payé des témoins au Maroc

M3 à tout fait pour garder les McCann 

Un des détectives travaillant pour Metodo 3 aurait payé des témoins qui ont affirmé avoir aperçue Madeleine au Maroc. L’accusation est faite par une source de la sureté marocaine, responsable de l’interrogatoire des témoins dans le royaume, ou les méthodes de travail de Metodo 3 sont mises en cause par les autorités.

L’arrestation, d’António Jiménez, un des détectives privés au service des McCann, accusé d’implication dans le vol de plusieurs centaines de kilos de cocaïne et de corruption de fonctionnaires publics, est venu renforcer les suspicions des autorités à propos du travail de l’agence.

Dans le rapport d’audition, un des témoins entendues par la sureté marocaine à admis avoir reçu plusieurs milliers d’euros du détective espagnol qui lui avait demandé de garder l’arrangement secret "pour ne pas affecter les investigations".

António Jiménez, ancien inspecteur-chef de l’Unité de Drogues et Crime Organisé (Udyco) de la police à Barcelone, était l’homme de confiance de Francisco Marco, le directeur de M3, au Maroc. C’est lui qui avait "retrouvée" plusieurs témoins qui ont affirmé avoir vu Madeleine dans le nord du pays. L’homme à même conduit plusieurs journalistes britanniques à la rencontre des témoins.

Selon la même source, le versement d’argent aurait pu avoir été fait à l’insu de Gerry et Kate McCann, ce que poussent les investigateurs à croire que le détective aurait agit avec l’intention  de permettre à l’agence de Barcelone de "marquer des points" auprès de l’opinion publique et de garder ainsi, pour plus longtemps, le contrat avec les parents de Madeleine, leur plus gros client en ce moment.

"Nous avons pu déterminer, avec ce que le témoin nous à appris et les informations que nous avons reçu d’Espagne, que les parents de Madeleine n’ont pas demandé au détective d’agir de la sorte," affirme le responsable de la sûreté marocaine, rajoutant "qu’il n’est pas exclu que l’agence de détectives puisse être la seule responsable de ces faits".

Déjà en novembre de 2007, en marge de la 76éme assemblée-générale d’Interpol, à Marrakech, le Ministre de l’Intérieur marocain, Chakib Benmoussa affirmait "qu’il n’y avait aucune raison de penser que la petite Madeleine McCann puisse être au Maroc", une opinion confirmée par les investigateurs sur le terrain.

Plusieurs voix liées à la police portugaise et britannique se sont soulevées, à diverses occasions, pour critiquer le travail de Metodo 3. C’est le cas de Mark Williams-Thomas, criminaliste britannique et expert en matière de protection d'enfant, pour qui la piste invoquée par Metodo 3 de que Madeleine aurait été enlevée, sur commande, par un réseau pédophile et transportée vers le Maroc, "démontre un manque de connaissance des pédophiles et de comment ils fonctionnent."

Depuis la disparition de Madeleine McCann, le 3 mai 2007, plusieurs dizaines de témoins ont affirmé avoir aperçue la petite britannique, mais c’est après l’engagement de Metodo 3 que les témoignages dans les médias sont devenues plus réguliers, indiquant à chaque fois une piste vers le Maroc, sans que l’agence de détectives puisse, à ce jour, apporter la moindre preuve.

Francisco Marco, le directeur très médiatique de Metodo 3, avait fait son apparition avec la promesse de que la fillette serait retrouvée avant la fin d’un contrat de six mois avec Kate et Gerry McCann. Francisco prétendait même connaître l’identité des auteurs de l’enlèvement et que Madeleine serait auprès de ses parents pour noël.

Ce n’est pas la première fois que les membres de M3 sont mis en cause. Dans le passé, cinq membres de l'agence de Barcelone avaient déjà été arretés par la police dans une sombre histoire d’ecoutes illégales et de corruption, notamment Francisco Marco, sa mère, Maria Fernandez Lado, son père, Francisco Marco Poyuelo, son frère Francisco Gabriel Fernandez Lado, et un employé, Oscar Trujillo.

"Tous les moyens sont bons"

Clarence Mitchell, questionné à propos des accusations faites à Metodo 3, commence par affirmer "qu’il n'en sais rien", et qu’il "n’est pas en mesure de faire un commentaire," mais vite il reprend son rôle de responsable en communication et relativise affirmant que "tous les moyens sont bons" pour les investigations des détectives privées : "C’est possible que au cours de l’investigation ils ont pu payer des renseignements", à admis le responsable en communication au service des McCann.

85f4a549bf34b9cdab32d4b708e38f45.jpgMetodo 3, affirme Clarence Mitchell, "garde la confiance de ceux qui paient leurs frais, car ils trouvent qu'ils démontrent leur engagement et passion à retrouver Madeleine".

"Les mécènes sont contents avec leur travail sur le terrain... des fois ils ont pu traquer des signalements très rapidement… dans certains cas dans l'espace de trois heures et  ils sont tout simplement plus rapides, beaucoup plus rapides qu'Interpol ou les services de police dans les pays où ils opèrent et donc les mécènes pensent qu''ils font du bon travail," affirme Clarence rajoutant "bien sûr, ils n'ont pas encore trouvé Madeleine, mais la police non plus". Nous savons que M3 travaille bien, ils n'ont pas besoin de le prouver", conclu Clarence Mitchell.

 

Ecouter un court extrait audio des déclarations de Clarence Mitchell :podcast

English version