Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/05/2009

L'Interview des McCann a SIC : Duperies ou encore Duperies ou Antichambre du Chant du Cygne?

par Paulo Sargento (auteur invité)

L'interview que Rita Jordão, journaliste correspondante de la SIC à Londres, a réalisé au  couple McCann, et que la chaîne a transmis en Mai 2009, semble avoir constitué encore une opportunité d'une désespérée et inconsistante défense de deux questions, en pratique, indéfendables: la première, que Madeleine soit vivante, et la seconde, qu'elle n'ait pas encore été retrouvée à cause d'un blocage résultant de la propagation de la thèse de Gonçalo Amaral qui, en dehors d'affirmer que la fillette soit morte, insiste sur le fait que les parents aient connaissance de cela  et, éventuellement, aient occulté le cadavre.


Le début de l'interview est marqué par un style discursif Mitchelien ou Gerry McCann est plus compétent que sa femme Kate. Considérant les deux dernières années comme les "plus longues" de sa vie, Gerry est parvenu, simultanément et subtilement, a affirmer que le temps a passé très vite, “trop vite", paradoxe qui a donné à Kate l'opportunité de, encore une fois, par mégarde, suggérer son parcours de deuil irréparable, lorsqu'elle a soutenu que les premiers temps ont été les plus durs de sa vie et que, malgré le fait que par la suite ils n'aient pas été "aussi brusques", ils sont encore douloureux. Mais ce n'est qu'une question de style à laquelle nous sommes déjà habitués.
Les jumeaux, toujours introduits dans les conversations du couple, par leur propre initiative ou par  suggestion des journalistes, donnent l'opportunité parfaite pour introduire le thème d'une famille incomplète qui attend le retour d'un élément pour consacrer une espèce d'union originelle, pleine de la plus suprême des félicités, ou une espèce d'omniprésence mystique ("elle est toujours avec nous") est matérialisée par la manutention  exhibitionniste excessive d'artefacts ( que  la chambre de Maddie soit restée intacte) et démontrant dans , implantées, les mémoires et dans la nostalgie "par procuration" de Sean et Amélie. Toutefois, au sujet du: tout est harmonieux en permanence en attendant Maddie (depuis les, tourments (attribués)  de son frère et sa sœur jusqu'à la manutention de ses affaires) ne cesse pas d'être, au minimum, grotesque le fait d'habiller Amélie avec ses habits et, par dessus tout, le lui faire remarquer. Que dire de l'appropriation de ses croyances relativement aux évènements, lorsque Gerry dit "qu'ils croient que (Maddie) a été enlevée"? C'est clair que les enfants croient dans ce que les adultes leur disent, même si c'est un vain et très incertain espoir ou, pire, un mensonge évident. Mais les adultes disent aussi souvent ce qui leur convient sur la pensée des enfants même  si cela constitue, à peine, une interprétation distortionnée ou, aussi, une manipulation délibérée.
Permettez que je vous confesse une chose. De mon point de vue, la journaliste Rita Jordão a posé des questions simples, d'une manière simple, mais très, très, intelligentes. D'ailleurs, c'est une de ces questions intelligemment simple qui a ouvert le chemin à la question plus centrale de toute l'interview: la rage démesurée et l'énorme crainte au sujet de l'exposition médiatique de Gonçalo Amaral, et de ses thèses, et la tentative d'assumer l'exclusivité pro-activité dans la (pseudo) recherche de Madeleine McCann.

La question-clé a été la suivante: "Quelle a été votre plus grande peur sur ce qui aurait pu arriver à Madeleine?"

Une telle question a permis de centrer toute la stratégie de démontage des faits, au travers de duperies de divers types (en particulier argumentum ad ignorantium, argumentum ad autoritatum, modus tollens et modus ponens résultant d'inversions illogiques dans la négation du conséquent et dans l'affirmation des antécédents).

Si au début ils ont craint que leur fille ait été enlevée par un pédophile et, postérieurement, maltraitée et morte, par, la supposée, absence d'indices de cette thèse ils ont conclu qu'on ne peut pas conclure que quelque chose de mal lui soit arrivé. Je présente mes excuses au lecteur par la rédaction, en particulier sur ce qui concerne l'expression " ils ont conclu qu'on ne peut pas conclure", mais c'est le moyen le plus efficace pour démontrer les deux dernières duperies référées. Mais, à titre pragmatique, soyez attentifs a une autre phrase " Si on ne sait pas qui l'a emmenée, alors on ne peut pas conclure qu'elle soit morte" (argumentum ad ignorantium). Bien, mais les faits qui cosubsancient la thèse d'enlèvement, PAS UNE! Il n'y en a jamais eut, il n'y en a pas et, je le crois, il n'y en aura pas.
Il est resté patent que les documentaires réalisés par les McCann ont été des réponses, in extremis, au documentaire de Gonçalo Amaral, inspiré de sont travail " La vérité du Mensonge". Si ce n'est pas ça, et puisqu'un autre documentaire n'est pas prévu, on ne comprend pas pour quelles autres raisons les acteurs engagés pour le documentaire, en particulier l'actrice qui jouait le rôle de Kate McCann, ne sont pas apparus dans la version finale. ET PAR ICI IL N'Y A PAS D'HISTOIRE A DORMIR DEBOUT QUI RESULTE! CELA A ETE UNE REPONSE DESORGANISEE ET RATEE, SANS AUCUN SENS! Le désespoir, patent dans la rage, pas toujours contenue, en particulier de Gerry McCann, nous mène à anticiper ce qui est venu à se concrétiser: un procès contre Gonçalo Amaral.
Bien, en dehors de recommander les derniers articles de Duarte Levy et de Paulo Reis à ce propos laissez-moi avancer une (nouvelle) vieille question.
La stratégie classique anglo-saxonne d'intimidation a pour coutume de faire peur aux plus fragiles pour avertir les plus forts. On attendait, bien sur, que les McCann poursuivent un tel ou tel journaliste ou un tel ou tel bloggeur avant de poursuivre Gonçalo Amaral. Ils ne l'ont pas fait!

Je reviendrai sur ce thème.

Je termine, pour aujourd’hui, en affirmant, comme je l'avais déjà fait en Octobre 2007, TOUTE MA SOLIDARITE A GONCALO AMARAL ! L'Autorité des Arguments vaincra les arguments de l'Autorité! L'Histoire nous l'a ainsi appris...

Português - Español - English

13/05/2009

"Les parents de Maddie font un show pour camoufler leur mensonge"

cover.jpg.pngExtraits de l’interview de Gonçalo Amaral à Christian Rappaz publié par l’illustré en Suisse.

"Ce sont des accusations particulièrement graves et vous porterez une immense responsabilité si d’aventure la thèse des parents se vérifie…
Elle ne se vérifiera pas. Maddie est morte, ses parents le savent. Leur comportement le démontre. Après avoir mis en scène le kidnapping, ils ont d’emblée fait passer la thèse de l’enlèvement auprès des médias sans accepter une autre hypothèse. A ce propos, vous connaissez beaucoup de parents qui, alors que leur fille a prétendument été enlevée, engagent un chef de communication avant un avocat? Je me souviens également d’une déclaration de Kate McCann à la presse, faite quelques jours après le drame : "Dans deux ans, nous nous retrouverons encore pour chercher Maddie." Comment pouvait-elle se montrer aussi catégorique ?"

"Le porte-parole des McCann a t-il évoqué l’idée d’une plainte contre vous ?
Je l’attends avec impatience depuis la sortie de mon livre au Portugal, il y a un an. Cela permettrait de rouvrir l’enquête et de m’expliquer avec eux devant un tribunal. Mais les parents de Maddie n’ont visiblement pas envie que la vérité éclate."

lire ICI

11/05/2009

Maddie : l'interview chez Oprah a été une opération financière

_McCann-story_1396445c.jpgL'interview de Kate et Gerry McCann chez la présentatrice vedette de la télévision nord-américaine Oprah, (voir vidéo) a fini par se révéler une opération financière de succès avec des résultats immédiats pour le fond crée par le couple neuf jours après la disparition de Madeleine à Praia da Luz en mai 2007.
Selon les derniers numéros connus, le montant accumulé dans le fond a augmenté considérablement grâce aux très nombreux dons provenant des États-Unis. Une source proche de la direction du Fond Madeleine "Leaving No Stone Unturned" a confirmé que "l'un des objectifs du couple" en acceptant l'interview dans le "Oprah Show", qu'ils avaient refusé auparavant, était précisément d'avoir de l'argent frais pour financer la recherche de l'enfant puisqu'en Europe "plus personne ne contribuait financièrement".
Gerry McCann, ainsi que son porte-parole, Clarence Mitchell, avaient déjà lancé l’alerté indiquant que l’organisme privé courrait le risque de rester à sec, sans ressources financières pour poursuivre la campagne du couple.
Le site internet du fond Madeleine "Leaving No Stone Unturned" a même fait des changements facilitant ainsi les dons provenant du continent américain : au système de payement "Paypal" pour l’Angleterre, il a été rajouté sa version américaine, ce qui augmente la rapidité des transactions financières. La boutique virtuelle du fond propose aussi de nouveaux t-shirts avec les inscriptions "Ne m'abandonnez pas" et "N'abandonnez jamais" accompagnés d'une image de Madeleine.

Oprah a relancé les apparitions

Autre conséquence du "Oprah Show", ou les McCann ont présenté une nouvelle image de l'aspect qu'aurait Madeleine aujourd'hui, plus de trente nouveaux témoins ont affirmé avoir vu l'enfant sur le continent américain.
Malgré le fait que Kate et Gerry n'utilisent plus que les services de deux anciens policiers anglais, Clarence Mitchell, le porte-parole du couple, a déjà garanti que par rapport aux informations obtenues, "là où il existe un fragment d'espoir les appels sont en train d'être vérifiés."
Comme la PJ et la police britannique le craignaient, la transmission du talk-show a provoqué une nouvelle vague de témoignages, qui, pour l'instant, sont concentrés sur le continent américain, pourtant il est à prévoir que la "fièvre Maddie" vienne à s'élargir au monde entier puisque l’Oprah Show est transmis dans 144 pays.
"Je ne sais pas comment deux ex-policiers, sans une aide quelconque, vont pouvoir contrôler ou enquêter les témoignages qui vont apparaître maintenant, si de ce fait, ils sont en train d'enquêter quoi que ce soit, ce n'est pas cela qui va les aider," a précisé un responsable de la police de Leicester.

"Madeleine a été ici" les McCann aussi"

"Le documentaire des McCann n'apporte rien de nouveau qui permette de relancer les investigations sur la disparition de l'enfant," a affirmé l'un des inspecteurs de la PJ qui au Algarve, depuis mai 2007, participé à l'enquête officielle.
Même si le nouveau documentaire n'a pas encore été transmis à la télévision au Portugal – il est programmé pour demain sur la SIC – l'inspecteur a pu visionner une copie de l'émission de Channel 4. Le documentaire, intitulé "Madeleine a été ici" (Madeleine was here), se base sur à peu près 4 800 pages du procès que le Ministère Public a divulgué et dans les versions données par neuf anglais du nommé "groupe du tapas". Le tournage a d'ailleurs été dirigé par Gerry McCann lui-même avec l'aide de Matthew Oldfield et Jane Tanner qui ont été à Praia da Luz début avril.
Questionné a propos du nouveau "suspect" indiqué dans le documentaire, l'inspecter s'est limité à confirmer qu'"il existe de nombreux individus qui ont été enquêté et écartés d'une quelconque suspicion dont l'identité n'est pas connue du couple ou de ses investigateurs" ce qui s'explique par la nécessité de "sauvegarder la sécurité et l'identité d'innocents".
Dave Edgar et Arthur Cowley, deux policiers à la retraite, sont les enquêteurs choisis par le couple pour succéder aux détectives espagnols et aux hommes de main engagés par les McCann, comme les précédents, ils ne parlent pas le portugais et leur spécialité n'a jamais été les disparitions d'enfants.
"Si réellement le couple McCann veut faire avancer l'investigation de la disparition de leur fille, l'unique suggestion que je puisse faire c'est de demander la réouverture du procès et de collaborer avec la PJ," a dit l'inspecteur rajoutant "ils ne l'ont jamais fait. Ils sont parvenus à écarter Gonçalo Amaral de la PJ comme madame Kate l'avait exigé, je ne vois pas maintenant quelles autres objections ils peuvent avoir pour qu'on ne continue pas notre travail".

Duarte Levy

09/05/2009

La manipulation des Mccann – Partie 1

Retrato robot 18.pngDerek Flack, l'un des témoins qui a servi de base au documentaire que Channel 4 a présenté, a dit à la Police Judiciaire que le mercredi 2 mai, ou le jeudi 3 mai , "pendant la journée ( il ne se rappelle pas mais il dit probablement dans l'après-midi), accompagné de sa femme et alors qu'il allait au "Supermarché Baptista", il a remarqué un individu (environ 1,70m, teint mat semblant être de nationalité portugaise, avec une barbe d'un jour, cheveux courts épais descendant la nuque jusqu'au niveau du col et vêtu d'un t-shirt jaune) se tenant debout à un angle du trottoir, regardant ( ceci étant la raison de soupçonner la dite personne) dans la direction de l'appartement d'où Madeleine allait disparaître plus tard.

Il a rajouté qu'en ligne droite d'où se trouvait l'individu en train de regarder, un véhicule, genre fourgonnette blanche, était garée de l'autre côté de la rue avec une personne (il ne se rappelle pas si celle-ci était à l'intérieur ou à l'extérieur du véhicule). Il ne peut pas décrire cette personne."
Le témoignage de Derek Flack est également noté dans le procès, pages 145 à 153 et 200 à 205, où figure également le portrait-robot (n°18) crée d'après les indications du couple.
Imagem1AAA.jpgLe même procès inclut l'identité d'un citoyen anglais qui a été identifié comme étant l'homme que Derek Flack a vu, ce qui a également été confirmé par d'autres témoins : il s'agit de BARRINGTON GODFREY NORTON, qui, comme Flack l'a mentionné, conduit une fourgonnette blanche, en particulier lorsqu'il va au supermarché Baptista pour faire les courses, ce qui s'est produit à cette date-là.

Português - Español - English

"Maddie, l’enquête interdite" en Belgique

"Maddie, l’enquête interdite", le livre de Gonçalo Amaral, l’ancien coordinateur de l’investigation à la disparition de Madeleine McCann est maintenant en vente en Belgique. À Bruxelles, il est disponible à la Librairie Filigranes, ouvert 365 jours par an du lundi au vendredi de 8h à 20h, le samedi de 10h à 19h30 et le dimanche de 10h à 19h.

Filigranes.jpg