Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/08/2008

L’affaire McCann: Pourquoi 15 marqueurs sur 19 ne sont pas suffisants (*)

64fbccf35f4940040e2b1dc468617ac8.jpgComme le sujet fait la première page de la plupart des journaux britanniques, il est intéressant de connaître, avec plus de détails, ce que les experts en médecine légale, biologie et génétique du laboratoire britannique, le Forensic Science Service (FSS) ont dit à police portugaise, le 4 septembre 2007, quelques jours avant que Gerry et Kate McCann soient constitués "arguidos."

Selon un document du FSS, signé par J.R. Lowe, l’analyse des échantillons rassemblés dans le coffre de la Renault Scénic a produit un résultat d’ADN complexe, utilisant le procédé du Low Copy Number, qui semble provenir d’au moins trois personnes. Le profil de l'ADN de Madeleine comporte 19 éléments, chacun représenté par un pic sur un diagramme, explique Lowe.

Comme Madeleine a hérité d'un même composant d'ADN de ses deux parents, le nombre de pics sur le diagramme est de 19, au lieu des habituels 20. Ces deux marqueurs apparaissent, sur le diagramme, comme un seul pic. Le document du FSS déclare que 15 des 19 marqueurs de Madeleine sont présents dans le résultat de l'analyse de cet échantillon spécifique. Mais, le nombre total des marqueurs est de 37, parce qu'il y a au moins trois donateurs, peut être même cinq, dans cet échantillon.

L'opinion de J.R. Lowe était que le résultat était trop complexe pour avoir une interprétation ou arriver à une conclusion significative.

Mais, à propos de la question posée, quand les échantillons ont été envoyés au laboratoire britannique - s'il pourrait s’agir, ou non, de l'ADN de Madeleine - le scientifique de l’FSS admet qu'il serait très simple de dire oui, en raison du nombre de marqueurs présents dans l'échantillon, qui sont également présents dans le profil d'ADN de Madeleine - 15 sur 19.

Cependant, comme J.R. Lowe souligne dans le document mentionné, les experts en médecine légale doivent décider si la correspondance est véritable et légitime. Autrement dit, ils doivent déterminer si l'ADN de Madeleine était dans la voiture ou si le résultat correspondant à l’ADN de Madeleine est uniquement un hasard.

Pour expliquer cette question de manière plus détaillée, l’expert du FSS rappelle que les différents composants de l'ADN de Madeleine sont également présents dans le profil de plusieurs des scientifiques qui travaillent dans le laboratoire de Birmingham. Lowe va plus loin et mentionne son propre profil d'ADN comme preuve de ce fait.

Comme l'échantillon analysé était un mélange d’éléments provenant de plus de deux personnes, il n'est pas possible, selon le même expert, de déterminer ou d’évaluer comment les éléments spécifiques se lient entre eux. Une autre difficulté mentionnée est le fait qu'il n'est pas possible de séparer les éléments de trois différents profils d'ADN.

Comme conclusion, l’expert, J.R. Lowe, écrit qu'il n’est pas capable de dire si la correspondance partielle était authentique ou fortuite.

Duarte Levy and Paulo Reis

English version

(*) à titre d’information complémentaire, une correspondance de 15 sur 19 est, au Portugal, suffisante pour établir la filiation d’une personne. En Belgique, le même résultat est considéré suffisant pour amener un suspect devant la justice, c’était d’ailleurs le cas dans une affaire de meurtre d’enfants jugé récemment.

31/07/2008

Documents de l’enquête ouverts aux avocats des McCann

Deux avocats appartenant au cabinet de maître Carlos Pinto de Abreu, l’avocat portugais des McCann, ont commencé ce matin, dans les installations du Tribunal de Portimão, l’analyse des documents en rapport avec l’enquête de la disparition de Madeleine McCann.

Les avocats du couple britannique avaient introduit une requête au cabinet du Procureur afin de réserver l'accès aux documents, dans une première fasse, uniquement aux avocats des arguidos.

Selon une source proche de l’enquête, les avocats auront un accès prioritaire pendant un certain lapsus de temps, après quoi les journalistes auront à leur tour la possibilité de consulter les documents.

Tous les documents ne sont pas accessibles aux avocats et aux journalistes, car une partie du dossier d’enquête reste sous secret de justice.

Selon une source proche de l’enquête, plusieurs documents, jugés ‘d’extrême importance’, sont restés entre les mains de la Police judiciaire (PJ) et d’autres services de sécurité.

25/07/2008

Maddie : la mort annoncé de l’investigation

Le Ministère public portugais a archivé l´affaire Madeleine McCann, le 21 juillet passé, après plus d´un an d’enquête. Gonçalo Amaral, le responsable de la Police Judiciaire qui a dirigé les investigations dans les premiers cinq mois a été écarté l´année passée, en octobre. Il a pris sa retraite et publie aujourd´hui au Portugal un livre dans lequel il révèle des faits inédits et maintient sa conviction : Maddie “est morte dans l´appartement 5A de l´Ocean Club (…) la nuit du 3 mai de 2007” et ses parents ont engendré “une simulation d´enlèvement.”

03f7a8c168eb8cf1d80042c177ef151f.jpgLe 28 juin 2007, les McCann ont demandé l’accord de la Police Judiciaire (PJ), pour qu´un supposé spécialiste en localisation de cadavres vienne à Praia da Luz : le Sud-Africain Danie Krugel, “inventeur” d´une “machine” capable de localiser n´importe quels corps, utilisant uniquement quelques cheveux de la victime. L´équipe d´enquêteurs portugais et britanniques, qui depuis mai cherchait à savoir ce qu’était devenue Madeleine McCann, a reçu la demande du couple avec total surprise. La petite Anglaise, a disparu la nuit du 3 mai, pendant qu’elle dormait avec sa sœur Amélie et son frère Sean, dans l’appartement de vacances loué par ses parents situé dans un ressort touristique, l’Océan Club, à Praia da Luz, Algarve, la région le plus au sud du Portugal. Ses parents et un groupe de sept amis dinaient, dans un restaurant, à une centaine de mètres de distance, c´est d’ailleurs sa mère, Kate, qu’aux alentours de 22 h se rend compte que l´enfant avait disparu.

5285ee94b97b11bf31c6a329e41b9dcf.jpgJusque-là, Gerry et Kate McCann insistaient sur la thèse que leur fille avait été enlevée, affirmant comme preuve le fait que les volets roulants de l´appartement avaient été forcés. La surprise des enquêteurs est décrite par Gonçalo Amaral, l´homme qui commandait l´enquête jusqu´au 2 octobre de l´an dernier, dans le livre “Maddie : La vérité du mensonge”, qui fut lancé hier à Lisbonne et auquel nous avons eu accès.

“Le couple admettait maintenant, ouvertement la mort de l´enfant, a l´inverse de ce qu´ils affirmaient publiquement”, écrit l´ex-investigateur de la PJ. Gonçalo Amaral a été écarté de l´enquête le 2 octobre, après qu’un journal portugais publie ses déclarations critiquant la police anglaise. Peu de temps après, il demande sa retraite anticipée afin de parler librement, rétablir son bon nom, jusque-là critiqué par les médias britanniques, et “contribuer à la découverte de la vérité”.

Dans le livre qui hier a été officiellement présenté, l´ex-investigateur de la PJ décrit, en détail les premiers mois de l´investigation, avec des milliers d´informations qui arrivait à la PJ donnant compte d’observations de la présence de Madeleine dans des pays a des milliers de kilomètres de distance, parfois dans des endroits différents, le même jour et à la même heure – le résultat d´une gigantesque campagne médiatique, monté par les parents, avec la contribution financière d´un groupe de millionnaires britanniques et le soutien du gouvernement anglais, y inclut le premier ministre, qui téléphone régulièrement de Londres au père de l´enfant.

Tournant décisif

Après le voyage de Danie Krugel à Praia da Luz – sans succès — les policiers anglais qui accompagnaient l´investigation ont suggéré l´utilisation de deux chiens spécialement formés pour flairer l´odeur d’infimes particules de sang et détecter l´odeur de cadavre. L´enquête, explique Gonçalo Amaral, était arrivée à une impasse : il n´y avait aucun signe ou indice d´un enlèvement et ils ont décidé d´accepter l´offre anglaise. Au début juillet, Marc Harrison, un des plus qualifiés officiers britanniques, avec une large expérience dans en crimes de ce genre, arrive au Portugal. Pendant une semaine, Harrison a analysé le procès, de bout en bout, a parcouru le petit village de Praia da Luz à pied, a vérifié les distances, les parcours, et étudié les résultats des recherches antérieurs et analyse avec attention tous les témoignages, de tous les témoins.

Le rapport des diligences effectuées par Mark Harrison, d´après Gonçalo Amaral, a présenté comme scénario le plus probable, l´hypothèse de que Madeleine était morte et a proposé un nouveau plan d´action pour l´investigation. Le 30 juillet, des équipes spéciales de la police britannique arrivent à l´aéroport de Lisbonne, avec les chiens Eddie et Keela. Le 3 août, le plan de travail suggéré par Harrison commence. Les nouvelles recherches ont permis d´obtenir des échantillons de sang et de cheveux dans le coffre de la voiture loué par les McCann. Les échantillons sont analysés dans un laboratoire britannique, le Forensic Science Service (FSS). Mais les résultats traînent, ou sont contradictoires ou inconclusifs. Dans le même rapport, souligne l’ex-investigateur, on confirme la présence de 15 des 19 marqueurs de l’ADN de Madeleine, dans les échantillons de la voiture, mais après ils expliquent que ça ne signifie pas que le sang rencontré soit de l´enfant.

Parfois, des choses surprenantes arrivent d´Angleterre. Fin aout, la police Anglaise informe la PJ que les McCann n’ont aucune carte de crédit ou de débit à leur nom ou utilisés par eux, ceci en réponse à une demande d’enquête faite par la PJ au mois de mai à la situation financière, sociale et familiale du couple et ses amis, révèle le livre de Gonçalo Amaral. Il s’agit de l’unique information obtenue par la PJ : “La réponse à cette demande n´est jamais venue, mais on savait que la police anglaise disait avoir un fichier complet”, écrit Amaral.

Rupture finale

784a7a8c63625f0c855c0666109598e1.jpgLa décision d’interroger à nouveau le couple McCann est prise de commun accord et les questions sont élaborés au cours d’une réunion entre les enquêteurs portugais et anglais. Le 6, Kate McCann effectue le déplacement jusqu’aux installations de la PJ. Elle regarde la foule et les journalistes concentrées au centre de Portimão, “elle rit, franchissant la porte, en disant que c´était bon pour le tourisme” raconte l´ex-enquêteur.

Kate, pendant son interrogatoire, refuse de répondre aux questions des enquêteurs, mais son mari répond et rejette toute responsabilité dans la disparition.

Le 7 septembre, les deux sortent de la PJ avec le statut d’arguidos (suspects). C’est à ce moment-là que tout éclate : “Après les interrogatoires du couple et leur sortie du pays, ça a été la débandade finale de la police anglaise.” Ceci après avoir déterminé une stratégie commune, étant donné que l´enquête incluait la police de Leicester et la Scotland Yard : “poursuivre la consolidation des preuves à propos du crime d´occultation de cadavre et simulation de crime, en parallèle avec des diligences qui mèneraient à la localisation du cadavre de Madeleine,” indique Amaral.

45485e3ca421b57a4fcd91a0a7cb4956.jpgQuelque temps après, en octobre, Amaral est écarté de l´enquête. Le nouveau responsable, Paulo Rebelo, envoyé de Lisbonne, après neuf mois arrive à la conclusion qu´il n´y pas assez de preuves que les trois suspects aient commis un crime. Beaucoup de questions restent sans réponses. Gonçalo Amaral avait déjà laissé des “indices”, dans une précédente interview, en disant “qu´il y a eu plus politique que de police”, dans cette affaire. Dans son livre, il éclaircit des faits, mais il laisse également quelques questions : “Quels sont les pouvoirs qui ont difficulté et nui à l´enquête ?”

Les super chiens – Saumon et air conditionné

Les dépenses annuelles avec Keela, la chienne entraînée pour renifler l’odeur du sang, s’ellevent à quelques 250.000 €. Le salaire annuel du chef de la police du South Yorkshire ne dépasse pas les 163.000 €.

Tel quel Eddie, capable de renifler la moindre odeur de cadavre, ces animaux voyagent uniquement à bord de voitures équipés avec l’air conditionné, ont un vétérinaire à leur coté 24 sur 24 et la base de leur alimentation consiste en saumon fumée.

Les deux chiens ont une carrière remplie de succès, à un tel point qu'ils sont loués, par la police de South Yorkshire, à d’autres forces de police, au prix de 670 € par jour, sans compter les frais  - tant des animaux que de leurs entraîneurs.

Récemment, Eddie s’est illustré dans une nouvelle affaire de police ou il a détecté la présence de vestiges humains dans un ancien orphelinat de l'Ile de Jersey. Le chien a désigné six endroits, à l'intérieur du bâtiment, que la police britannique est occupée à vérifier. Grâce à l’utilisation du chien, les restes mortels du corps d'un enfant ont été trouvés, dans un de ces endroits, en dessous d'une plaque de ciment d’une épaisseur aux alentours des 10 centimètres. Néanmoins, le quotidien britannique The Telegraph publiait, le 17 septembre de l'année passée, que les avocats du couple McCann prétendaient utiliser, en défense de leurs clients, les décisions d'un tribunal américain qui n'a pas admis les preuves rassemblées avec le recours aux chiens, l'utilisation d'un chien avec un entraînement identique, comparant sa fiabilité au hasard.

Plus de politique que de police

83d0db31b72fbae350e60b610289aab6.jpg"(...) eu sei que o vosso gabinete tem tomado um império sobre o nosso, mas sei também que já é tempo de acabar. Se os meus predecessores tiveram a fraqueza de vos conceder tudo quanto querieis, eu nunca vos concederei senão o que devo. É esta a minha ultima resolução; regulae-vos por ella (...)" *

Faute d’un politicien de la qualité du Marquis de Pombal, le gouvernement portugais n’a pas su donner aux Anglais la réponse qu’aurait pu apporter aux forces de police – aussi bien les Britanniques que les Portugaises – l’espace de manœuvre nécessaire pour mener à bien l’investigation sans s’inquiéter du “politiquement correct” ou de la diplomatie, c’est d'ailleurs ce que confirme Gonçalo Amaral dans son livre.

L’ex-coordinateur de l’enquête à la disparition de Madeleine McCann confirme dans son livre, parfois dans les entrelignes, souvent en discours directe, le presence et l’ingérence de la diplomatie britannique dans le travail de la police.

Il fallait écarter Gonçalo Amaral, c’était devenu une priorité pour les McCann, leurs amis et ceux qui leur ont donné protection : en octobre, c’est d’ailleurs le premier ministre britannique en personne, Gordon Brown, qui prend contact téléphonique avec Prior Stuart, le responsable de la police de Leicester, pour vérifier si l’enquêteur avait bel et bien été écarté de l’investigation et des McCann.

à suivre...

Paulo Reis & Duarte Levy

“(...) je sais que votre cabinet a pris un empire sur le nôtre, mais je sais aussi qu’il est temps d’en finir. Si mes prédécesseurs ont eu la faiblesse de vous accorder tout combien vous vouliez, je ne vous accorderai jamais plus que ce que je dois. C'est celle-ci ma dernière résolution ; régler vous par Elle (...)" - Lettre du Marquis de Pombal a Lord Chatam, du gouvernement britannique, en 1759, cité dans le livre de Gonçalo AMaral.

Gonçalo Amaral : “Je n'ai pas crainte…”

e7d1cf268bde916ce0d30af4cd671b69.jpgGonçalo Amaral est convaincu que l’enquête à la disparition de Madeleine McCann sera réouvert et a rejeté avoir tout sentiment de vengeance contre les McCann. Lors d’une conférence de presse qui a précédé le lancement officiel de son livre “la Vérité du Mensonge”, l’ancien inspecteur de la Police Judiciaire (PJ), responsable initial de l’enquête, a affirmé que “le livre n'est pas une attaque personnelle à qui que ce soit. C'est une description des faits, des témoignages. Ce n'est pas ma conviction personnelle, il s’agit de tout le travail d'une équipe de policiers portugais, de policiers anglais et dûment surveillé par le Ministère public.”

Interrogé par une journaliste anglaise à propos de l’argent que l’inspecteur gagnerait en ce moment avec la tragédie qui est la disparition de l'enfant, Gonçalo Amaral indique avoir reçu une proposition, d'un quotidien anglais, pour la publication anticipée d'extraits du livre, en échange “d’une importante somme d’argent”, proposition qu’il a refusée parce “qu’il y a des choses plus importantes que l'argent — la dignité, par exemple”

À propos de la décision du Ministère public d’archiver la procédure, l’ex-inspecteur de la PJ a souligné que le communiqué du Procureur Général de la République “ne parle pas d’indices”, mais dans de “preuves” et Gonçalo Amaral admet que, “dans un autre tribunal, avec un autre ministère public” peut-être ces indices “pouvaient avoir une autre évaluation”. Sur le contenu du livre, Amaral dit qu'il n'a pas tout raconté, vu que, outre le fait qu’il admet la réouverture de l’enquête, il dit qu’il y a des “diligences qui peuvent encore être réalisées” et qu’aborder ces sujets “serait mettre en cause l’investigation qui convient de conclure ou de la faire avancer.”

À propos des menaces de procédure judiciaire, pour diffamation — hypothèse avancée hier par le porte-parole des McCann, Clarence Mitchel — Gonçalo Amaral a été très clair : “Je n'ai pas crainte, parce que je vis dans un pays où le 25 avril* a permit a nous tous de réacquérir nos droits et notre liberté d'expression.”

e5dc1bebedfffb317f36da69f7350cbf.jpgClarence Mitchel, ancien directeur de l’unité de surveillance des médias du gouvernement anglais, a affirmé que les avocats du couple et de leurs amis ils, sont occupés à analyser “chaque mot du livre, ainsi que chaque mot publié par les journaux portugais” et que, dans le cas où il y aurait raison pour que cela, ils "n'hésitent pas à trainer en justice Gonçalo Amaral, les journaux et les sociétés éditrices”. Le porte-parole des McCann promettait que cette action sera rapide, mais au moment où Kate et Gerry choisiront.

L'ex-coordinateur du département d’investigation criminelle (DIC) de Portimão s’est dit conscient “du bon travail” qui a été fait et, sur la constitution des McCann comme arguidos, a rejeté l'idée de qu’il y ait eu précipitation, assurant que s’il avait la possibilité de retourner dans le passé, il aurait fait quelques diligences, en rapport avec le couple e ses amis, “plus tôt”.

Paulo Reis & Duarte Levy

(*) 25 avril 1974, la révolution des oeillets et la fin de décennies de dictature.

Détectives des McCann sont suspects de tentative d’homicide

(Mise à jour) Les détectives privés au service des McCann, appartenant à l’agence catalane Metodo 3, sont suspects d’extorsion et d’une tentative d’homicide au cours de leur travail pour le couple britannique. L’affaire est sous investigation du Département d’Investigation Criminelle (DIC) de la Police Judiciaire (PJ) de Faro (Algarve), d’où dépend également l’enquête à la disparition de Madeleine McCann

L'information est confirmée ce matin par le quotidien portugais "Correio da Manhã" que révèle que les détectives espagnoles ont payé un ancien détenu pour qu'il leur communique de prétendues informations qu'il aurait obtenues en prison avec João Cipriano, l'oncle et assassin de Joana. L'homme, après avoir reçu l'argent de la main des détectives, n'a pas pu apporter la moindre information et aurait été, selon lui, victime d'une tentative d'homicide.

Ce n’est pas la première fois que Metodo 3 est mise en cause pour ses méthodes : Antonio Jimenez, un des détectives privés au service des McCann, à été arrêté pour implication dans le vol de 400 kg de cocaïne dans le port de Barcelone. L’information, un exclusif de SMM, a été confirmée par le Tribunal de Première Instance de Martorell (Barcelone) qui a dicté la prison préventive, sans recours, d’Antonio Jimenez, accusé de prévarication, corruption, corruption de fonctionnaires publics et association criminelle illicite.

Au service de Metodo 3 depuis 2005, le détective était chargé “d’opérations spéciales” dans le cadre du travail effectué au service de Kate et Gerry McCann. Selon une source de la Sureté marocaine, c’est lui qui a payé des témoins au Maroc et arrangé les entrevues de ces témoins avec quelques journalistes britanniques.