Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/07/2008

PJ refuse d’abandonner l’affaire Maddie malgré “l’affaire McCann”

cee167698c1662c365127727398fc401.jpgLa Police judiciaire n’est pas prête d’abandonner l’enquête à la disparition de Madeleine McCann malgré l’annonce du cabinet du Procureur-Générale de la République (PGR) de que le procès serait archivé.

Le Département d’Investigation criminelle (DIC) de Portimão de la Police judiciaire (PJ), qui a enquêté la disparition de Madeleine, “va être renforcé brièvement”, a confirmée une source de la police en déclarations à l’Agencia Lusa.

Selon la même source, le renforcement des moyens de la PJ à Portimão prétend faire face à l'éventualité de nouvelles pistes ou éléments susceptibles d'être analysés dans le contexte de l’affaire Maddie. 

La Direction nationale de la PJ, dirigée par Almeida Rodrigues, a donné des instructions de forme à que toute piste en rapport avec l’affaire Madeleine “soit immédiatement investiguée”.

La décision du Ministère public (MP) d’archiver l'enquête à la disparition de Madeleine McCann et de lever le statut d’arguidos à ses parents, Kate et Gerry McCann, n’a pas été accueillie avec surprise par les enquêteurs de la PJ ou de la police britannique : une partie des enquêteurs affirment “avoir été victimes d’un accord qui les dépasse et que ne tiens pas compte des intérêts de la victime, Maddie”.

“L’affaire Maddie est devenue l’affaire McCann, nous passons d’une enquête de police à une affaire de protections politiques et manipulations de la justice,” accuse un officier britannique en déclarations à SMM.

Duarte Levy & Paulo Reis

10/07/2008

L’affaire McCann : Magistrats ont 3 semaines pour conclusions

88b535c3526a2c8f2aeb7712bd5328d2.jpg

Le Procureur général de la République (PGR), Pinto Monteiro, vient de demander aux magistrats du Ministère Public de lui adresser un rapport final de l’affaire Madeleine McCann, le tout dans un délai de trois semaines.

Pinto Monteiro prétend déterminer quelle est la suite à donner aux investigations de la Police judiciaire après que les inspecteurs ont envoyé au MP un rapport à propos du travail d’investigation effectué depuis la disparition de Madeleine. Un rapport plus qu’accablant dans les faits, mais où les inspecteurs, volontairement, n’ont pas voulu dresser des conclusions ou accusations, laissant aux magistrats la responsabilité de décider de la suite.

Selon un haut responsable de la PJ dans la région d’Algarve, “l’absence de conclusions ou d’accusations dans le rapport envoyé au Ministère public doit être interprétée comme une responsabilisation du rôle des magistrats et du pouvoir politique dans cette affaire.”

“La PJ n’a eu la possibilité de conduire l’enquête d’une manière tranquille… il y a eu des ingérences et des pressions, en particulier des autorités britanniques et leurs représentants au Portugal,” accuse le même responsable, soulignant qu’au Royaume-Uni les officiers qui avaient fait le voyage au Portugal “ont reconnu avoir souffert les mêmes pressions”.

Le Procureur Pinto Monteiro a analysé les dizaines de pages du rapport de la Police judiciaire et n’attend plus que la décision des magistrats : effectuer de nouvelles diligences, rester en attente de nouvelles preuves ou indices, sachant que l’enquête ne peut pas être pure et simplement archivée, contrairement à ce que certains médias ont prétendu.

“Maintenant, les magistrats doivent avoir le courage de lire, comprendre et analyser notre rapport. À eux de décider de la suite à donner et de savoir s’ils ont le courage de faire face aux Britanniques,” conclu le haut responsable de la Police Judiciaire.

Un rappel...

Pour rappel, en octobre 2007, les médias britanniques donnaient compte de que l’équipe d’avocats au service des McCann était occupée à effectuer leur propre enquête, avec des “entrevues” à chaque témoin qu'ils peuvent retrouver des événements du mois de mai.

“Les avocats donneront leur dossier de défense directement au Procureur Luis Bilro Verão. Ils espèrent qu’il comparera leurs preuves à celles retrouvées par la police à Algarve et qu’ils abandonnent l’affaire.”

Un ami de la famille, cité par les médias britanniques, affirmait alors que l'équipe d’avocats des McCann, qui incluaient à l’époque le Président en exercice de l’Ordre des Avocats, Rogério Alves, et le Président de la Commission des Droits de l'homme au Portugal, Carlos Pinto de Abreu, “fera une approche directe au Cabinet du Procureur. Ils diront : voici ce que nous avons. Nous vous conseillons de ne pas aller plus loin.”

Duarte Levy & Paulo Reis

English version

08/07/2008

Ministres de l’Union Européene ont rejeté “l’alerte Madeleine”

La mise en place d'un système d'alerte Amber européen a été rejetée, hier, par les ministres de la Justice de l'Union Européene (UE), au cours d'une réunion informelle, à Cannes, France. “Nous ne devrions pas lancer une alerte européenne quand un enfant a juste disparu pendant quelques heures,” a dit la ministre de la Justice allemande aux médias. “La grande majorité d'enfants retournent à la maison après deux ou trois jours.” Cependant, les ministres de justice de l'UE ont convenu sur la nécessité d'une coopération plus étroite entre les forces de police et les systèmes d'alerte déjà utilisés dans des pays de l'UE.

Selon le “MailOnline”, au cours de cette réunion, “Bruxelles rejette l’appel des McCann pour un système d'alerte européen pour les enfants disparues”. L'annonce “a été bien accueillie” par Kate et Gerry, qui ont fait campagne pour un système d'alerte de l'UE à adopter par chacun des 27 pays : “Cette annonce est très encouragent, car il souligne le fait qu'il y a un désir au niveau européen pour que les choses s'améliorent,” a dit Clarence Mitchell, le porte-parole de la famille McCann, au MailOnline.

La ministre française de la Justice, Rachida Dati, a invité ses homologues à adopter le système utilisé par Paris, car, selon elle, il a fonctionnait à six reprises sur six. “Quand il s’agit de protéger les enfants en Europe, aucune ressource ne devrait être épargnée,” a-t-elle dit. “Nous devons absolument rassembler tout ce que nous avons.”

Au Parlement européen, une “déclaration écrite,” signée par un groupe d’eurodéputés et soutenue par les McCann est parvenue à rassembler, jusqu'à aujourd'hui — le dernier jour — 351 signatures. Pour être prise en compte, la déclaration écrite aurait dû recueillir 393 signatures, soit la majorité des membres du Parlement européen, après quoi elle aurait été transmise au Président, afin d’être citée en procès-verbal et archivée.

Association crée pour exiger la poursuite en justice des McCann

56350187cb03dad33fa1390b5d32c22c.jpgLe controversé Tony Bennett, un avocat britannique à la retraite, à une nouvelle fois réussie à mettre Kate et Gerry McCann en colère après la révélation de qu’il aurait mis en place une association dénommée “The Madeleine Foundation” qui vise la poursuite du couple en justice pour négligence d'enfants. 

Contrairement aux attentes, Kate et Gerry McCann n’ont pas manifesté la moindre inquiétude à propos de l’objectif de la fondation. Selon Clarence Mitchell, porte-parole des McCann, le couple craint que le public puisse, par distraction, verser de l'argent à cette nouvelle fondation et non à leur propre fondation, Fonds Madeleine.

Tony Bennet avait déjà entamé une action en justice à l’encontre de Kate et Gerry McCann, accusant le couple de négligence pour avoir laissé ses trois enfants — Madeleine, Sean et Amelie – sans aucune surveillance pendant que le couple et ses amis dinaient dans un restaurant proche. La Cour n’a pas donné suite aux accusations estimant qu’elle n’avait aucune juridiction dans l’affaire, car Madeleine avait disparu au Portugal.

Selon le fondateur, Tony Bennet, une partie de l'argent sera employée pour payer l’avis d’un avocat à propos de la meilleure manière d’entamer une action en justice contre les McCann : “Nous sommes un groupe de personnes, qu’augmente rapidement, qui veulent obtenir la vérité de ce qui est arrivé à Madeleine”. 

07/07/2008

Britanniques délivrent documents confidentiels aux McCann sans l’accord des enquêteurs

39c75621fb422b3106fa9cd4cd877bc6.jpgSelon une source officielle au Portugal, la Police judiciaire (PJ) n’a pas eu un contact préalable avec les autorités anglaises donnant leur accord pour que le couple McCann puisse avoir accès à des documents relatifs à l’enquête à la disparition de leur fille, Madeleine. L’information a d’ailleurs été confirmée par la Direction nationale de la PJ que garant n’avoir jamais eu le moindre contact à ce sujet avec la police britannique et que, par cette même raison, ne connait pas quels sont les 81 documents que seront remis à la famille McCann.

 “Si effectivement la Police du Leicestershire à accepté de donner aux deux arguidos, Kate et Gerry McCann, des documents concernant l’enquête à la disparition de Madeleine, nous sommes devant un acte très grave et que remet en cause, à mes yeux, la collaboration entre les forces de police des deux pays,” accuse un haut responsable de la Police judiciaire en déclarations à SMM.

L’avocat Tim Scott, représentant Kate et Gerry McCann, est comparu ce matin devant la Cour Suprême de Londres, section Famille, ou la Juge Hogg aurait dû statuer à propos de la demande des McCann qui voulaient avoir accès aux documents concernant le dossier d’enquête de la PJ à la disparition de Madeleine. Documents en possession de la police du Leicestershire, couverts par le secret de justice et par les règles de coopération internationale entre les deux pays.

Un accord aurait été retrouvé entre les avocats du couple et la police britannique : les McCann ont accepté de retirer leur demande en échange de 81 documents d’information contenant, selon l’accord, des détails de plusieurs témoins qui ont pris contact avec la police et un résumé des informations qu'ils ont fournies à la police.

L’objectif initial de la démarche des McCann auprès de la Cour Suprême était, du moins officiellement, de forcer la police de Leicestershire à révéler 11.000 informations et documents appartenant à l’enquête concernant la disparition de Madeleine, en partie transmis par les autorités portugaises ou en provenance du public.

Selon Clarence Mitchell, porte-parole et responsable en communication du couple, les documents en question concernent des témoignages apparus les jours qui ont suivi la disparition de Madeleine et seront maintenant exploités par les différents détectives privés au service de Kate et Gerry McCann.

Pendant que le Ministère public “apprécie” le rapport de la Police judiciaire, visant à déterminer si d’autres diligences sont nécessaires ou possibles, le Procureur général de la République (PGR) doit encore se prononcer à propos de l’accord retrouvé entre la police du Leicestershire et les McCann.

Une Juge rendue à la cause des McCann

fc7ee39cca5f87c61d55ab58ba70dea0.jpgLoin de l’habituelle froideur et impartialité typique des magistrats britanniques, la Juge Hogg a confirmé avoir excusé les McCann d'assister à l'audition, car, selon elle, “ils ont souffert assez et j'ai souhaité soulager leur fardeau”.

La Juge, assez proche des milieux politiques, a également envoyé un message au responsable pour la disparition de Madeleine : “Je supplie cette personne, qui quelle est, pour qu’elle montre miséricorde et compassion et qui apparaisse maintenant et nous dise où ont peut retrouver Madeleine. J'attends qu'elle soit trouvée brièvement, vivent et sain ”, a déclaré.

Plusieurs officiers britanniques, contactés sur place par SMM, ont reconnu être surpris avec l’accord retrouvé et plus encore avec le comportement “anormalment different” de la Juge Hogg : “Elle ne doit pas ignorer que, jusqu’à aujourd’hui, les parents sont officiellement suspects au Portugal et qu’ils n’ont pas fait le moindre effort pour aider à la progression de l’enquête,” affirme un responsable de la police à Enderby.

Dame Mary Claire Hogg, de 52 ans, est originaire d’une dynastie célèbre dans la magistrature et la politique ; elle est la fille de l'ancien "Lord Chancellor" Lord Hailsham et soeur de l'ancien ministre de l’Agriculture Douglas Hogg.