Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/07/2008

Documents de l’enquête ouverts aux avocats des McCann

Deux avocats appartenant au cabinet de maître Carlos Pinto de Abreu, l’avocat portugais des McCann, ont commencé ce matin, dans les installations du Tribunal de Portimão, l’analyse des documents en rapport avec l’enquête de la disparition de Madeleine McCann.

Les avocats du couple britannique avaient introduit une requête au cabinet du Procureur afin de réserver l'accès aux documents, dans une première fasse, uniquement aux avocats des arguidos.

Selon une source proche de l’enquête, les avocats auront un accès prioritaire pendant un certain lapsus de temps, après quoi les journalistes auront à leur tour la possibilité de consulter les documents.

Tous les documents ne sont pas accessibles aux avocats et aux journalistes, car une partie du dossier d’enquête reste sous secret de justice.

Selon une source proche de l’enquête, plusieurs documents, jugés ‘d’extrême importance’, sont restés entre les mains de la Police judiciaire (PJ) et d’autres services de sécurité.

21/07/2008

PJ refuse d’abandonner l’affaire Maddie malgré “l’affaire McCann”

cee167698c1662c365127727398fc401.jpgLa Police judiciaire n’est pas prête d’abandonner l’enquête à la disparition de Madeleine McCann malgré l’annonce du cabinet du Procureur-Générale de la République (PGR) de que le procès serait archivé.

Le Département d’Investigation criminelle (DIC) de Portimão de la Police judiciaire (PJ), qui a enquêté la disparition de Madeleine, “va être renforcé brièvement”, a confirmée une source de la police en déclarations à l’Agencia Lusa.

Selon la même source, le renforcement des moyens de la PJ à Portimão prétend faire face à l'éventualité de nouvelles pistes ou éléments susceptibles d'être analysés dans le contexte de l’affaire Maddie. 

La Direction nationale de la PJ, dirigée par Almeida Rodrigues, a donné des instructions de forme à que toute piste en rapport avec l’affaire Madeleine “soit immédiatement investiguée”.

La décision du Ministère public (MP) d’archiver l'enquête à la disparition de Madeleine McCann et de lever le statut d’arguidos à ses parents, Kate et Gerry McCann, n’a pas été accueillie avec surprise par les enquêteurs de la PJ ou de la police britannique : une partie des enquêteurs affirment “avoir été victimes d’un accord qui les dépasse et que ne tiens pas compte des intérêts de la victime, Maddie”.

“L’affaire Maddie est devenue l’affaire McCann, nous passons d’une enquête de police à une affaire de protections politiques et manipulations de la justice,” accuse un officier britannique en déclarations à SMM.

Duarte Levy & Paulo Reis

17/07/2008

14 Portugais ont succombé au lobbying McCann

14 des 24 eurodéputés portugais ont succombé au lobbying crée par le Britannique Edward McMillan-Scott, Vice-président du Parlement européen (PE), et ont signé la “déclaration écrite” crée pour promouvoir la campagne médiatique du couple McCann, censé soutenir la création d’un système d’alerte du type Amber, à l’image de celui qui existe aux États-Unis, utilisée dans une partie des cas de disparition d’enfants.

McMillan-Scott, auteur de cette déclaration écrite, d’ailleurs la seule qu’il aura rédigée et défendue pendant la 6e législature du Parlement, à utilisé tous les moyens pour garantir à Kate et Gerry McCann d’être associés à la scène européenne.

Les 14 signataires risquent d’être mal perçues par les électeurs portugais, car le document, sans aucune contrainte légale pour les institutions européennes, a été utilisé par le responsable de la machine McCann, Clarence Mitchell, comme un argument en défense de l’image du couple dans sa lutte contre la justice portugaise ou n’oublions pas, Kate et Gerry McCann continuent comme suspects dans l’enquête à la disparition de leur fille.

Il s’agit de : Paulo Casaca (PS), Maria da Assunção Esteves (PSD), Edite Estrela (PS), Emanuel Jardim Fernandes (PS), Ilda Figueiredo (PCP-PEV), Ana Maria Gomes (PS), Pedro Guerreiro (PCP), Joel Hasse Ferreira (PS), Jamila Madeira (PS), João de Deus Pinheiro (PSD), Luis Queiró (CDS), José Ribeiro e Castro (CDS), Manuel António dos Santos (PS) e José Albino Silva Peneda (PSD).

87976ed05ca44c101d4a375b7e1fd4d1.png

Au sein des 78 eurodéputés britanniques le lobbying a obtenu de meilleurs scores, uniquement huit représentants du Royaume-Uni ont, pour diverses raisons, résisté : Thomas Wise, John Whittaker, Michael Henry Nattrass, Ashley Mote, Roger Knapman, Timothy Kirkhope, Daniel Hannan et Godfrey Bloom.

“Je reconnais que ces questions relèvent principalement des États membres,” affirmait McMillan-Scott en janvier, avant la présentation de sa déclaration écrite, au moment de voter une résolution du Parlement européen vers une stratégie européenne en matière de défense des enfants, ou il était déjà question d’un système européen d’alerte en cas d’enlèvement, ainsi que la mise en place d’un numéro de téléphone gratuit permettant d’apporter plus rapidement aux autorités les signalements et les témoignages. Reste alors la question : Pourquoi promouvoir cette déclaration si les institutions européennes y travaillent depuis longtemps ?

A suivre...

Duarte Levy & Paulo Reis

English version

Aussi "Gonçalo Amaral et son livre" & "FSS les resultats" 

10/07/2008

L’affaire McCann : Magistrats ont 3 semaines pour conclusions

88b535c3526a2c8f2aeb7712bd5328d2.jpg

Le Procureur général de la République (PGR), Pinto Monteiro, vient de demander aux magistrats du Ministère Public de lui adresser un rapport final de l’affaire Madeleine McCann, le tout dans un délai de trois semaines.

Pinto Monteiro prétend déterminer quelle est la suite à donner aux investigations de la Police judiciaire après que les inspecteurs ont envoyé au MP un rapport à propos du travail d’investigation effectué depuis la disparition de Madeleine. Un rapport plus qu’accablant dans les faits, mais où les inspecteurs, volontairement, n’ont pas voulu dresser des conclusions ou accusations, laissant aux magistrats la responsabilité de décider de la suite.

Selon un haut responsable de la PJ dans la région d’Algarve, “l’absence de conclusions ou d’accusations dans le rapport envoyé au Ministère public doit être interprétée comme une responsabilisation du rôle des magistrats et du pouvoir politique dans cette affaire.”

“La PJ n’a eu la possibilité de conduire l’enquête d’une manière tranquille… il y a eu des ingérences et des pressions, en particulier des autorités britanniques et leurs représentants au Portugal,” accuse le même responsable, soulignant qu’au Royaume-Uni les officiers qui avaient fait le voyage au Portugal “ont reconnu avoir souffert les mêmes pressions”.

Le Procureur Pinto Monteiro a analysé les dizaines de pages du rapport de la Police judiciaire et n’attend plus que la décision des magistrats : effectuer de nouvelles diligences, rester en attente de nouvelles preuves ou indices, sachant que l’enquête ne peut pas être pure et simplement archivée, contrairement à ce que certains médias ont prétendu.

“Maintenant, les magistrats doivent avoir le courage de lire, comprendre et analyser notre rapport. À eux de décider de la suite à donner et de savoir s’ils ont le courage de faire face aux Britanniques,” conclu le haut responsable de la Police Judiciaire.

Un rappel...

Pour rappel, en octobre 2007, les médias britanniques donnaient compte de que l’équipe d’avocats au service des McCann était occupée à effectuer leur propre enquête, avec des “entrevues” à chaque témoin qu'ils peuvent retrouver des événements du mois de mai.

“Les avocats donneront leur dossier de défense directement au Procureur Luis Bilro Verão. Ils espèrent qu’il comparera leurs preuves à celles retrouvées par la police à Algarve et qu’ils abandonnent l’affaire.”

Un ami de la famille, cité par les médias britanniques, affirmait alors que l'équipe d’avocats des McCann, qui incluaient à l’époque le Président en exercice de l’Ordre des Avocats, Rogério Alves, et le Président de la Commission des Droits de l'homme au Portugal, Carlos Pinto de Abreu, “fera une approche directe au Cabinet du Procureur. Ils diront : voici ce que nous avons. Nous vous conseillons de ne pas aller plus loin.”

Duarte Levy & Paulo Reis

English version

08/07/2008

Ministres de l’Union Européene ont rejeté “l’alerte Madeleine”

La mise en place d'un système d'alerte Amber européen a été rejetée, hier, par les ministres de la Justice de l'Union Européene (UE), au cours d'une réunion informelle, à Cannes, France. “Nous ne devrions pas lancer une alerte européenne quand un enfant a juste disparu pendant quelques heures,” a dit la ministre de la Justice allemande aux médias. “La grande majorité d'enfants retournent à la maison après deux ou trois jours.” Cependant, les ministres de justice de l'UE ont convenu sur la nécessité d'une coopération plus étroite entre les forces de police et les systèmes d'alerte déjà utilisés dans des pays de l'UE.

Selon le “MailOnline”, au cours de cette réunion, “Bruxelles rejette l’appel des McCann pour un système d'alerte européen pour les enfants disparues”. L'annonce “a été bien accueillie” par Kate et Gerry, qui ont fait campagne pour un système d'alerte de l'UE à adopter par chacun des 27 pays : “Cette annonce est très encouragent, car il souligne le fait qu'il y a un désir au niveau européen pour que les choses s'améliorent,” a dit Clarence Mitchell, le porte-parole de la famille McCann, au MailOnline.

La ministre française de la Justice, Rachida Dati, a invité ses homologues à adopter le système utilisé par Paris, car, selon elle, il a fonctionnait à six reprises sur six. “Quand il s’agit de protéger les enfants en Europe, aucune ressource ne devrait être épargnée,” a-t-elle dit. “Nous devons absolument rassembler tout ce que nous avons.”

Au Parlement européen, une “déclaration écrite,” signée par un groupe d’eurodéputés et soutenue par les McCann est parvenue à rassembler, jusqu'à aujourd'hui — le dernier jour — 351 signatures. Pour être prise en compte, la déclaration écrite aurait dû recueillir 393 signatures, soit la majorité des membres du Parlement européen, après quoi elle aurait été transmise au Président, afin d’être citée en procès-verbal et archivée.