Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/01/2009

Le papa de Maddie est retourné au Portugal

getimage.jpg18:25 Lisbonne — Gerry McCann est arrivé aujourd’hui au Portugal ou il a rencontré l’avocat Rogério Alves. Le père de Maddie s’est également entretenu avec diverses personnes liées au gouvernement portugais, notamment grâce à l’intervention des diplomates britanniques à Lisbonne qui l’ont toujours accompagné.

Aux journalistes, il a garanti qu’il s’agit de la première de "plusieurs visites" pour établir de nouvelles diligences dans la recherche de sa fille, mais il s’est refusé à expliquer quelles seraient ces diligences et pourquoi il n’avait pas jugé opportun de coopérer avec la Police judiciaire dans le passé.

Gerry et Kate McCann ont quitté le Portugal en septembre 2007 après été constitués arguidos par les autorités portugaises, depuis le couple avait toujours refusé l’idée de retourner au Portugal et de coopérer avec la Police judiciaire, notamment dans la reconstitution des événements de la nuit du 3 mai 2007.

Selon une source du Home Office à Londres, le père de Madeleine McCann, avant d’entamer son voyage au Portugal, a obtenu toutes les garanties de qu’il ne serait pas inquiété par les autorités portugaises.

L’investigation à la disparition et mort de sa fille Madeleine a été mis en attente de meilleure preuve par décision du Ministère public que refuse depuis lors à le rouvrir, ceci malgré des demandes introduites dans ce sens, comportant des éléments nouveaux.

Gerry McCann aurait retrouvé l’envie de travailler avec les autorités portugaises

Arrivé à l’aéroport de Faro pour une visite de deux jours sans la compagnie de sa femme Kate, le père de Maddie a exprimé aujourd'hui son intention de coopérer avec les autorités portugaises dans les recherches de sa fille, disparue en mai 2007, estimant qu'il existe encore "de très bonnes chances de que Maddie puisse être retrouvé en vie et en bonne santé".

Gerry McCann, sans expliquer pourquoi le couple n’a pas demandé lui-même la réouverture de l’enquête pendant qu’il était temps, a voulu souligner sa "volonté de travailler avec les autorités, autant que possible".

Selon le père de Maddie, il a discuté avec son avocat, Rogério Alves, la meilleure façon de collaborer avec les autorités portugaises avec "le but est de voir ce qui peut encore être fait dans la recherche de Maddie", car, affirme’ il, la police britannique et la police de plusieurs autres pays continuent à recevoir des informations de différentes sources "sur ce qui est arrivé à Madeleine", ainsi que les rapports de “possibles observations."

Dans une interview Gerry McCann à affirmé ne pas avoir l'intention, au moins pour l'instant, de procéder à une procédure judiciaire contre l’État portugais ou toute autre entité, y compris les médias, en soulignant vouloir "aller de l'avant et non en arrière".

Mise à jour 21 h 12

29/11/2008

"Alerte Enlèvement" adopté par l’UE

Les ministres de la justice de l’Union européenne (UE), réunies hier à Bruxelles, ont analysé et adopté les conclusions des exercices de simulation organisées par la France avec d'autres États membres.

Le document, élaboré par la présidence française de l’UE, invite les États membres à mettre en place et a développer des mécanismes nationaux d'alerte du public en cas d'enlèvement criminel d'enfants, selon le modèle testé et qui se base sur l’expérience des autorités de Paris qui ont obtenu des résultats probants.

Selon les conclusions des exercices "Alerte Enlèvement", les États membres sont encore appelés à définir des modalités de mise en œuvre permettant un déclenchement transfrontalier des dispositifs nationaux. Pour la mise en place et le développement de ces dispositifs, les États membres doivent s’inspirer des bonnes pratiques établies par la Commission européenne.

Système "Alerte Enlèvement" portugais suit le modèle français

Au Portugal, selon son ministre de la Justice, Alberto Costa, le système "Alerte Enlèvement" — suivant l’exemple français — va être mis en place avant la fin de l’année. La version portugaise du système d’alerte rapide d’enlèvement d’enfants prévoit une étroite collaboration avec les autorités de la voisine Espagne.

Si la création d’un système d’alerte européen était déjà un sujet de travail des intuitions européennes depuis plusieurs années (lire article), pendant la présidence portugaise, de janvier à juillet 2008, le sujet est devenu une des priorités du gouvernement portugais auquel la présidence française, avec Rachida Dati, à donné continuité.

Selon le ministre portugais, Alberto Costa, la version portugaise du système d’alerte enlèvement passe pas une meilleure collaboration entre le Ministère Public (MP), la Police Judiciaire (PJ), les médias de toute sorte et autres instruments de communication de masse.

La version portugaise de l'alerte rapide contre le rapt d'enfants, dont la mise en place a été attribué au directeur national adjoint de la PJ, Pedro du Carmo, sera un système qui en ayant application interne, sera compatible avec autres systèmes déjà existants, ou à exister, dans l'UE.

Lire aussi :

McCann veulent s’approprier du mérite d’un travail qui n’est pas le leur

Système d’alerte pour enfants disparus est priorité européenne depuis 2006

Les McCann n’y sont pour rien

"Le couple McCann a fait une politique de relations publiques en essayant de s'approprier d'une initiative (du Parlement) qui était déjà en cours"

L'accusation a été faite par le député Carlos Coelho, membre du groupe des démocrates-chrétiens au Parlement européen et collègue de Parti du Président Barroso. L’eurodéputé sait d’ailleurs de quoi il parle, car il était parmi les 54 députés qui avaient adopté, en commission, la stratégie européenne en matière de droits de l’enfant, document approuvé en janvier 2008 après plusieurs années de travail.

30/09/2008

Portugal : PJ met fin à rapt parental de 3 enfants belges

5eaa7b6ac72216cbafe3302b927658ce.jpgCette nuit, les autorités portugaises ont mis fin au rapt parental de trois enfants de nationalité belge, disparues le 4 janvier de la ville de Deurne, Anvers. Les trois filles, Godelieve, Gerda et Truke Otto, âgés respectivement de 14, 10 et 7 ans, avaient été amenés par leur père, Cornelis Otto, contre la volonté de leur mère, Marie Castermans.

L’homme a été arrêté par la PSP dans la région de Viseu en collaboration avec la Police judiciaire qui a également placé les enfants dans une institution sociale en attendant d’être livrées à leur mère. L’organisation belge Child Focus, qui maintient un contact direct avec la maman, a été informée cette nuit, vers 3 h , par SOS Madeleine McCann.

Hier après-midi, l’Institut d’Appui à l’Enfant (IAC – Instituto de Apoio à Criança), organisme portugais responsable des dossiers d’enfants disparus ou en risque, avait une alerte nationale demandant de l’aide pour localiser d’urgence les trois enfants belges.

L’organisme avait mis à disposition des éventuels témoins le numéro de téléphone 116000, la ligne SOS Enfant disparue.

En janvier, quelques jours après leur enlèvement, Cornelis Otto, de 39 ans, et les trois enfants avaient été vus à Montijo, mendiant dans les rues de la ville. La police locale – PSP – avait même procédé à l’identification du père sans toutefois l’arrêter, car les autorités belges n’avaient pas émis de mandat de capture internationale. Après la divulgation de ce mandat, le 20 aout, la Police judiciaire avait intensifié les recherches.

Les autorités portugaises ont travaillé en collaboration avec la police fédérale et l’organisation "Child Focus".

Selon les autorités belges, les enfants, accompagnées par leur père, ont traversé l’Europe à bord d’une Peugeot Partner blanche, immatriculée XXH-802 et d’une caravane immatriculée YBE-6882. Pendant leur voyage, les enfants et leur père ont séjourné dans des campings pour de courtes périodes de temps ayant comme seul moyen de subsistance la mendicité, notamment en jouant d’un orgue de Barbarie.

Duarte Levy

01/09/2008

"Maddie : La Vérité du Mensonge" confirmée en italien et en néerlandais

96dd7b3df6a0a902949075174cb1c0b0.jpgSelon un responsable de l’éditeur portugais "Guerra e Paz", le livre de Gonçalo Amaral, l’ancien responsable de l’enquête à la disparition de Madeleine McCann, va être édité en italien et en néerlandais.

"Maddie : La Vérité du Mensonge " est une description des faits et des témoignages de l’affaire Madeleine McCann.

"Ce n'est pas ma conviction personnelle, il s’agit de tout le travail d'une équipe de policiers portugais, de policiers anglais et dûment surveillé par le Ministère public," affirmait l’ancien coordinateur du Département d’Investigation Criminelle (DIC) de la Police Judiciaire (PJ) à propos de son livre.

Best-seller au Portugal, "Maddie : La Vérité du Mensonge " est présentée cette semaine en Espagne. Une version en français est confirmée tandis que la traduction anglaise n’attend qu’une date de sortie soit connue, ceci malgré le véritable "embargo" décrété par les McCann.

En espagne avec "Esquilo"

23d3fb7e52ba2d323751661bccb4ea4f.gif

Pendant la première quinzaine de septembre, l’édition espagnole, MADDIE, LA VERDAD DE LA MENTIRA, éditée par Esquilo – Ediciones y Multimedia, sera presenté a Madrid, Barcelone, Seville et en Galice. L’éditeur a déjà mis à disposition des internautes un blogue avec plus d’informations à propos du livre :http://maddie-laverdaddelamentira.blogspot.com/

18/07/2008

“El Corte Inglês” de l’affaire McCann

786c477c56f2a0ccd1daec88eadeecf1.jpg“Maddie la Vérité du Mensonge,” le livre avec lequel l’ancien coordinateur du Département d’Investigation Criminelle (DIC) de Portimão de la Police Judiciaire (PJ), Gonçalo Amaral, révèle les détails de l’enquête à la disparition de Madeleine McCann, sera présenté mercredi prochain chez “El Corte Inglês”, à Lisbonne, endroit ce que, par hasard ou ironie, se traduit en français par “la coupe anglaise.”

Édité initialement en portugais chez “Guerra e Paz”, le livre de Gonçalo Amaral sera présenté par un ancien Directeur national de la PJ, Dr. Marques Vidal, avant d’être disponible à la vente au public le jour suivant.

Plusieurs informations contenues dans le livre, révélées dernièrement par un quotidien portugais, ont provoqué l’inquiétude des autorités britanniques, liées directement à l’avance de l’enquête, provocant la tenue d’une réunion de crise et l’envoi au Portugal d’une délégation de la police britannique.