Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/12/2007

Liste de pédophiles anglais établies au Portugal divulgué dans l’après Maddie

563b980f0fa5b0ee79d56402afae0a5d.jpg"Nous n’avons pas attendu cette liste pour vérifier la possibilité d’un enlèvement par un pédophile. Ce que je ne peux pas comprendre c’est pourquoi le leur gouvernement à attendu la disparition d’un enfant anglais pour nous faire connaître l’identité de leurs citoyens présents au Portugal, déjà connus pour des faits de pédophilie et mœurs", affirme un inspecteur de la Police Judiciaire portugaise, contacté par SOS Madeleine.

Les dernières informations, au Royaume-Uni, font état d’une liste de 52 pédophiles d’origine britannique avec une connexion au Portugal, que la police aurait reçu du CEOP - Child Exploitation and On-line Protection Centre. Parmi cette liste, il y aurait un suspect que la police n’a pas réussi à localiser jusqu’à aujourd’hui.

"Nous avons vérifié touts les suspects connus pour des faits de pédophilie et de mœurs qui ont pu se rendre à Praia da Luz au moment de la disparition", affirme un inspecteur de la Police Judiciaire (PJ), soulignant que "la première ligne d’enquête que nous avons suivi c’était celle d’un enlèvement. Ce n’est qu’après l’arrivée de l’équipe anglaise, au mois de juillet, que les choses ont changé".

70da9874502f26cf1473c4d1599454d7.jpg"C’est vrai que, depuis le début,  nous avons énormément de doutes à propos du rôle des parents, et pas uniquement à cause de leur manque de collaboration, mais ce sont les collègues britanniques qui ont renforcé la ligne d’enquête qui nous à amené à considérer le couple comme des suspects officiels", affirme la même source.

Plusieurs centaines de potentiels suspects ont été interroges et leurs alibis vérifiés. Ceci au Portugal mais aussi dans d’autres pays de l’Europe. Une excellente collaboration entre la police portugaise et leurs collègues européens, à permis la vérification de plusieurs touristes qui ont séjourne à Algarve au moment de la disparition de Madeleine. Une particulière attention à été donné aux citoyens d’origine britannique, vu la grande communauté qui réside dans la région d’Algarve mais aussi de l’autre coté de la frontière, en Espagne, ou la police à gardé sous surveillance, pendant plusieurs mois, un britannique avec un passé marqué par des faits de pédophilie.

Madeleine, qui avait trois ans au moment de sa disparition, ne correspond pas au profil de l’enfant recherché par les pédophiles en général, comme le confirme le professeur David Barclay, un expert britannique qui confirme que l’enlèvement pour des buts sexuels serait plutôt un enfant de huit, neuf ou dix ans. Une opinion partagée par plusieurs autres experts portugais mais qui n’a pas empêché la Police Judiciaire de considérer la piste du kidnapping par un pédophile.

Rachel avant Madeleine

Avant la disparition de Madeleine, le seul cas connu, à Algarve, de disparition d’un enfant britannique c’était celui de Rachel Charles. Agé de 10 ans, Rachel vivait avec sa mère et son beau-père à Albufeira. C’est la qu’elle à disparue en novembre 1990. Deux jours après sa disparition, sa mère, Carol Charles, avait reçu un appel téléphonique, en anglais, avec une demande de rançon de 51 millions d’escudos.

Au troisième jour de sa disparition, Rachel à été retrouvé morte. Elle avait été étranglé et son corps abandonné au milieu d’une sapinière.

Après plusieurs semaines d’investigation, la Police Judiciaire à arrêté un britannique, Michael Cook, ami de la famille et qui aurais profité de ce fait pour convaincre Rachel à monter dans sa voiture. L’homme avait même participé aux recherches à coté des parents de la jeune fille. Confondu par le témoignage du jardinier de la famille, Michael Cook à été jugé et condamné à 19 ans de prison. Malgré un recours en justice, le deuxième tribunal à maintenu la sentence.

ab7dd2b5dbbfa251995d8b36ac354be5.jpgDéjà à l’époque, la politique britannique avait marqué présence dans le cas : Robert Spink, membre de la Chambre des Communs au Parlement britannique, avait intervenu pour critiquer les autorités portugaises. Contacté par un journal portugais, après la disparition de Madeleine McCann, le député affirme se souvenir de l’affaire : "J’avais la conviction qu’il était coupable, mais j’avais l’obligation de garantir que Michael Cook puisse avoir un jugement juste", affirme Robert Spink. Après quelques années en prison, et suite à l’intervention britannique, l’assassin à été libérée et est rentré au Royaume-Uni.

15/12/2007

"Dans trois mois le cas Maddie sera résolu"

4f6f9bf6ab6e6e4f2dab6f1f5d6019fb.jpgL’affirmation est de l’avocat portugais Rogério Alves, un des défenseurs du couple McCann au Portugal. En déclarations au journal espagnol El Mundo, l’avocat s’est attaqué à toute la presse affirmant que presque rien de ce qu’a été publié à propos du cas Madeleine n’est vrai car "ces informations sont préjudicielles pour ses clients", Gerry et Kate McCann.

L’avocat, qui assure la présidence de l’Ordre des Avocats jusqu’en janvier, reconnaît que la situation légal de ses clients ne changera pas : "les suspects (arguidos) vont rester dans cette situation jusqu’à la fin de l’enquête".

"Au Portugal on peut juger un homicide même s'il n'y a pas cadavre - contrairement au Royaume Uni - ce qu’est déjà arrivé", affirme encore Rogério Alves, soulignant que ce n’est pas pour cette raison que les McCann sont rentrés à la maison. L’avocat, considérant que le cas touche à sa fin (dans trois mois), affirme, dans cette entrevue au journal espagnol, que le couple "viendra au Portugal, si la police portugaise le demande".

12/12/2007

Praia da Luz : retour à la normalité sans oublier Maddie

836c51c17342027605cd8f53e58fdd7f.jpg

Sept mois après la disparition de Madeleine McCann, le village de Praia da Luz suit l’exemple de Rothley et entame le retour à une apparente normalité. Les journalistes se font rares dans le village et les affiches d’avis de recherche ont commencé à disparaître des vitrines des cafés et magasins du village : "ça ne veux pas dire que nous avons oublié la petite… C’est vrai que nous avons des doutes à propos des parents mais, pour nous, le plus important reste de savoir ou est Maddie", affirme un commerçant britannique, résidant à Praia da Luz depuis plusieurs années, qui vient d’enlever, dans la semaine, les derniers affiches sur sa vitrine.

"Je voulais décorer la vitrine pour noël et j’ai enlevée l’affiche mais, à l’intérieur, sa photo reste à coté de la caisse", affirme le même commerçant, soulignant que, malgré tout, "ce n’est pas vrai que tout le monde l’a enlevée. Il y a encore beaucoup d’endroits ou on peux apercevoir la photo de Madeleine".

Avant même Praia da Luz, déjà au mois de juin, la municipalité de Rothley avait fait enlever plusieurs centaines de rubans, affiches, jouets et messages qui avaient décoré le Mémorial de la Guerre, monument installé dans le centre du village ou la population avait, surtout pendant le mois de mai, laissé ses marques d’inquiétude avec la disparition de Madeleine.

(photo du 12/05/2007) 

01/12/2007

Les McCann plus suspects

Police portugaise va retourner au Royaume-Uni pour interrogatoires

0203e9a5dc3297f9880a848363707c8d.jpg

La ligne d’enquête suivie par la Police portugaise dans l’affaire Madeleine McCann, est ressortie renforcé de leur voyage au Royaume-Uni et, dans quelques jours, une nouvelle équipe d’inspecteurs de la Police Judiciaire portugaise va y retourner, cette fois ci avec les lettres rogatoires, qui vont permettre à la police de Leicestershire de procéder aux nouveaux interrogatoires du groupe d’amis des McCann, pour le moment, témoins dans le procès, mais aussi de Kate et Gerry, les parents de la petite Madeleine. La décision à été prise hier, vendredi, dans une réunion qui à suivi le retour à Faro des quatre experts que les autorités portugaises avaient envoyé à Elderby afin de mieux connaître les détails des expertises, effectués par le Forensic Science Service (FSS), aux vestiges prélevés dans le cadre de l’enquête.

La réunion à eu lieu hier en présence du coordinateur des investigations, l’inspecteur Paulo Rebelo, du Directeur National Adjoint, Guilhermino Encarnação, et de José Magalhães e Menezes, le Procureur du Ministère Publique de Portimão.

De leur visite au Royaume-Uni, la Police Judiciaire à ramené des résultats, mais aussi des détails de plusieurs diligences effectués par leur collègues de Leicestershire, notamment les relevés des appels téléphoniques effectues par le groupe pendant leur séjour au Portugal.

C’est l’inspecteur Ricardo Paiva – donné comme l’homme de confiance du coordinateur de l’enquête – qui à conduit l’équipe portugaise dans son voyage à Elderby, qui étais encore composé par les deux techniciens du laboratoire de la police scientifique, Luis Viriato et Fernando Viegas, mais aussi par Francisco Corte Real, le vice-président de l'Institut de Médecine Légale et expert qui accompagne le cas Madeleine depuis le premier jour.

81d1d3ee7f2a8bb27600d812b76a9655.jpgUne certitude est déjà acquise : sont tombés à terre les espoirs du couple McCann de voir son statut de suspects être abandonné car la police portugaise est revenue avec la conviction de que la ligne d'enquête suivie jusqu’à présent reste la plus correcte et, comme confirme une source proche de l’investigation, le statut de Kate, et Gerry McCann ne va pas changer. Situation identique pour l’autre suspect dans l’affaire, Robert Murat. Leur statut pourra même se prolonger jusqu'à ce que le Ministère Publique se décide d'avancer avec le dossier vers le tribunal.

La police à même renforcé sa certitude de qu’il existe une liaison entre les McCann et Robert Murat, malgré le démentie persistent des deux parties.

Contrairement ce qui le couple prétendait, son statut de suspects va ainsi se maintenir au delà de Noël, date qui était indiquée comme étant extrêmement important pour des raisons que le porte-parole du couple n’a pas voulu préciser mais qu’ont peux supposer comme étant liés au financement de leur défense et à la situation financière du "Madeleines Fund: Leaving No Stone Unturned Limited".

Ambassadeur britannique à Lisbonne interromps réunion

12d5b246b673db4b04ded19ee465c16c.jpgFait curieux, déjà qualifié, dans les cercles judiciaires portugais,  comme inopportun, l’ambassadeur britannique à Lisbonne, Alexander Ellis, s’est présenté dans les installations de la Police Judiciaire à Faro, quelques minutes après l’arrivée des experts portugais en provenance du Royaume-Uni, afin de présenter des compliments.

Une source de la police portugaise à déjà confirmé que l’ambassadeur à interrompu la réunion des investigateurs et qu’il à abordé le sujet de l’affaire McCann dans sa conversation avec le responsable régional de la PJ, Guilhermino Encarnação.

Outre-manche, cette visite n’est pas passé inaperçue et plusieurs voix se sont déjà levées pour accuser, à nouveau, le gouvernement britannique d’interférer dans un dossier de police.

26/11/2007

McCann : examens ADN sans valeur

0a684647ae3c379e8c099f3f575f1e63.jpgLes examens ADN que les avocats du couple McCann ont prétendu avoir effectué n’ont pas pu être faits sur les échantillons que la Police Judiciaire – avec la collaboration d’une équipe britannique – avait envoyés au Forensic Science Service.

L’information est aujourd’hui confirmée par l’Evening Standard de Londres qu’avance que le matériel en question – un morceau de la doublure du coffre de la Renault Scénic – se trouve encore sous haute sécurité dans le coffre du FSS à Birmingham, sans que les scientistes engagés par l’equipe de défense des McCann puissent y avoir eu accès.

c1ada9080f4ecc510ceb08eb4e7f12ed.jpgPour rappel, les défenseurs des deux médecins insistent sur le fait que des examens indépendants effectués dans la Renault que le couple avait loué - dans la quelle le corps de Madeleine aurait, prétendument, été transporté  - n'ont trouvé aucune trace de son ADN.

Plusieurs autres échantillons sont également maintenus dans le service de stockage de haute sécurité du laboratoire britannique, mais aussi auprès de la Police Judiciaire au Portugal.

Le fait que les scientistes de l’équipe McCann n’ont pas pu avoir accés au véritable matériel retiré de la Renault par les policiers portugais et britanniques vient confirmer les affirmations de sources proches de l’enquête – aussi bien au Portugal qu’outre-manche – de que les examens conduits à la demande des avocats du couple, "n’ont aucune valeur".

Forum