Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/03/2009

Elise et sa mère ne sont pas en Russie

ae_20090320.gifMise à jour - Dimanche 10H20 - Recherches élargies à toute l’Europe

Finalement, Elise, la fillette franco-russe enlevée en France, n’était pas dans l’avion parti à destination de la Russie comme les enquêteurs l’avaient cru. L’information a d’ailleurs été confirmée ce matin par un diplomate français en poste à Moscou qu’a confirmé à l’agence AFP qu’Elise, et sa mère, Irina Belenkaya, n'ont pas rejoint la Russie.

Hier, pendant quelques heures, les enquêteurs avaient cru Elise à bord d'un vol Genève-Moscou après que quatre personnes, correspondant au signalement des ravisseurs, ont été signalées à bord de l’appareil. Contrôlées à leur arrivée, les personnes ne sont pas celles qui étaient recherchées.

Vendredi, quelques heures après son enlèvement, une ressortissante helvétique a dit avoir aperçu l'enfant dans un train Montpellier-Bellegarde, en compagnie de sa mère. Celle-ci aurait demandé quelle est la distance entre Bellegarde et Genève.

La mère d'Elise, Irina Belenkaya, désignée par le père de l'enfant franco-russe comme faisant partie du commando qui a kidnappé Elise à Arles, aurait demandé en anglais à cette voyageuse suisse quelle était la distance entre Bellegarde et Genève. Le témoin n'a hélas alerté la police que samedi matin. Les recherches pour retrouver la fillette ont été étendues à toute l'Europe, particulièrement en Suisse où "la surveillance est très accrue".

Après que la voiture dans laquelle la fillette a été capturée avait été retrouvée vide dans une avenue de Montpellier, la France avait intensifié les recherches et, selon une source de la police, Interpol aurait été appelé en aide afin d’étendre les recherches à tous les pays européens.
Elise était kidnappée, vendredi, à 11 h 50 alors qu'elle se promenait à vélo avec son père dans le centre-ville d'Arles. Selon le procureur de la République de Tarascon, Antoine Paganelli, l'agression aurait étais préparée, car le commando semblait connaître les habitudes du père, un chercheur océanographe, prénommé Jean-Michel André, et de sa fille.

Le scientifique a été violemment frappé avec des matraques électriques par deux hommes tandis qu'"une femme vêtue de noir qui portait une perruque" détachait la fillette du siège installé sur le porte-bagages et la faisait monter à bord de la Renault Modus. Selon un témoin, vêtus de noir comme des agents de sécurité, les deux agresseurs communiquaient entre eux dans un langage codé. Leur voiture a démarré en trombe, laissant Jean-Michel A. évanoui sur le bitume. Ce dernier a dû être transporté à l'hôpital Joseph-Imbert à Arles.

Le père de la petite a été très violemment frappé au visage. Selon les medecins, il pourrait perdre la vision d'un œil.

A.F. (Genéve)

20/03/2009

France : Une alerte-enlèvement a été déclenchée

ae_20090320.gifMise à jour (17h57) - La fillette, âgée de 3 ans et demi, a été enlevée en fin de matinée. Née d'une mère russe, elle aurait été enlevée une première fois en 2007. La voiture des ravisseurs a été repérée par la police.

Le plan Alerte enlèvement a été déclenché en début d'après-midi après l'enlèvement d'Elise, 3 ans et demi, à Arles (Bouches-du-Rhône) par deux hommes et une femme. La voiture dans laquelle la fillette a été enlevée a été flashée par un radar à 16H35 entre Nîmes (Gard) et Arles, et est suivie par un hélicoptère. Le véhicule a été repéré alors qu'il empruntait une bretelle le ramenant en direction d'Arles.

La Direction centrale de la police judiciaire précise que la fillette a été enlevée par deux hommes et une femme qui ont agressé le père avec qui elle se promenait. Les ravisseurs présumés ont pris la fuite à bord d'un véhicule de location Renault Modus immatriculé 399 ABD 76 (couleur beige ou marron).

Elise mesure 97 cm. De corpulence normale, elle porte des cheveux mi-longs, châtain clair, et a les yeux marrons. Elle porte un pantalon de toile noire, des chaussures montantes, un gilet de laine gris et noir et une parka à capuche.

Plus d'information: http://www.alerte-enlevement.gouv.fr/

13:31 Publié dans Autres | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : elise, arles, ravisseurs, france

10/12/2008

France : Plan Alerte Enlèvement permet de récupérer un nouveau-né

2713808pkmlh_226.jpgC’est grâce au déclenchement, mardi soir, du plan d’Alerte Enlèvement qu’un nouveau-né, enlevé la veille dans une maternité d’Orthez, a été retrouvé aujourd’hui par la gendarmerie française chez la femme qui l’avait pris de son berceau pendant que la mère prenait une douche.

Le petit garçon, né deux jours plus tôt, a été retrouvé ce matin "en bonne santé" au domicile de la femme qui l'avait enlevé, à Billère, dans la banlieue de Pau. Cette dernière a été interpellée et mise à disposition de la Justice que, selon les mots du procureur de la République de Pau, Erick Maurel, "sera capable de comprendre un moment d'égarement, un moment de difficulté personnel et ce qui sera fortement apprécié, c'est que l'enfant soit rendu à la maman".

2713801medww.jpgSelon une source de la Gendarmerie, c'est le frère de cette femme de 48 ans, chauffeur routier dans le Jura, qui a appelé les gendarmes du Jura, qui ont relayé l'appel à leurs collègues de Pau, après avoir reçu un coup de téléphone de sa sœur lui annonçant qu'elle avait accouché, ce qui lui a paru éminemment suspect.

La femme correspondait au signalement donné par les témoins et transmit par le système d’Alerte Enlèvement : "une femme d'une quarantaine d'années, corpulente, grande, avec un manteau noir". L’interpellation "s'est déroulée de façon correcte, il n'y a pas eu de souci" et le petit Diango retrouvera les bras de sa maman après les examens médicaux de routine.

Rachida Dati, qui récemment a défendu la création d’un système d’Alerte Enlèvement dans tous les pays de l’Europe, comme les instances européennes le prétendaient depuis plusieurs années, à tenu à féliciter le procureur de la République de Pau qui a pris l'initiative de déclencher le plan Alerte Enlèvement, un plan qui "vient de prouver une fois encore toute son efficacité".

29/11/2008

"Alerte Enlèvement" adopté par l’UE

Les ministres de la justice de l’Union européenne (UE), réunies hier à Bruxelles, ont analysé et adopté les conclusions des exercices de simulation organisées par la France avec d'autres États membres.

Le document, élaboré par la présidence française de l’UE, invite les États membres à mettre en place et a développer des mécanismes nationaux d'alerte du public en cas d'enlèvement criminel d'enfants, selon le modèle testé et qui se base sur l’expérience des autorités de Paris qui ont obtenu des résultats probants.

Selon les conclusions des exercices "Alerte Enlèvement", les États membres sont encore appelés à définir des modalités de mise en œuvre permettant un déclenchement transfrontalier des dispositifs nationaux. Pour la mise en place et le développement de ces dispositifs, les États membres doivent s’inspirer des bonnes pratiques établies par la Commission européenne.

Système "Alerte Enlèvement" portugais suit le modèle français

Au Portugal, selon son ministre de la Justice, Alberto Costa, le système "Alerte Enlèvement" — suivant l’exemple français — va être mis en place avant la fin de l’année. La version portugaise du système d’alerte rapide d’enlèvement d’enfants prévoit une étroite collaboration avec les autorités de la voisine Espagne.

Si la création d’un système d’alerte européen était déjà un sujet de travail des intuitions européennes depuis plusieurs années (lire article), pendant la présidence portugaise, de janvier à juillet 2008, le sujet est devenu une des priorités du gouvernement portugais auquel la présidence française, avec Rachida Dati, à donné continuité.

Selon le ministre portugais, Alberto Costa, la version portugaise du système d’alerte enlèvement passe pas une meilleure collaboration entre le Ministère Public (MP), la Police Judiciaire (PJ), les médias de toute sorte et autres instruments de communication de masse.

La version portugaise de l'alerte rapide contre le rapt d'enfants, dont la mise en place a été attribué au directeur national adjoint de la PJ, Pedro du Carmo, sera un système qui en ayant application interne, sera compatible avec autres systèmes déjà existants, ou à exister, dans l'UE.

Lire aussi :

McCann veulent s’approprier du mérite d’un travail qui n’est pas le leur

Système d’alerte pour enfants disparus est priorité européenne depuis 2006

Les McCann n’y sont pour rien

"Le couple McCann a fait une politique de relations publiques en essayant de s'approprier d'une initiative (du Parlement) qui était déjà en cours"

L'accusation a été faite par le député Carlos Coelho, membre du groupe des démocrates-chrétiens au Parlement européen et collègue de Parti du Président Barroso. L’eurodéputé sait d’ailleurs de quoi il parle, car il était parmi les 54 députés qui avaient adopté, en commission, la stratégie européenne en matière de droits de l’enfant, document approuvé en janvier 2008 après plusieurs années de travail.