Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/05/2009

10 pays de l'Union européenne associés pour la Journée Internationale des Enfants Disparus

116 000.jpg

Demain, 10 pays sur 27 auront activé le 116000.

Português - Español

À partir de demain, lundi, avec l'adhésion de la France, les pays européens qui ont déjà adopté et mis en service la Ligne européenne pour les enfants disparus passent au nombre de 10, avec le 116 000, un numéro de téléphone unique et gratuit destiné a recevoir les appels urgents dans les cas de disparition. Le Portugal a été le deuxième pays, après la Hongrie, à appliquer une directive de l'Union européenne qui date de 2002, mais qui n'est pas encore respectée par les 17 pays membres restants, entre autres le Royaume-Uni, le pays avec le plus grand nombre de disparitions.
Simultanément, dans les dix pays — Portugal, Belgique, Grèce, Pays-Bas, Hongrie, Pologne, Roumanie, Slovaquie et France, commence demain une campagne de divulgation et de sensibilisation pour faire connaître les possibilités de ce service : au travers du 116 000 les parents d'un enfant disparu peuvent déposer une plainte, le public peut plus facilement donner des informations et l'enfant disparu pourra lui-même demander de l'aide.
La nouvelle campagne de sensibilisation, qui au Portugal est à la charge de l'Instituto de Apoio à Criança (Institut d'Aide à l'Enfant), coïncide avec la Journée Internationale des Enfants Disparus et est lancé officiellement demain a la Gulbenkian en présence du Ministre de l'Administration Interne et du Chef de la Représentation Nationale de la Commission Européenne.
Opérationnel 24/24h, 7/7jours, le numéro est gratuit et les appels sont réceptionnés par des professionnels spécialisés, appartenant à des organisations gouvernementales — au Portugal le service est représenté par l'Intituto de Apoio à Criança (Intitut d'Aide à l'Enfant) — qui travaillent au niveau national et international avec la police et les entités judiciaires.
Les cas les plus récents de disparition d'enfants en Europe — entre autres le médiatique cas de Madeleine McCann — ont mené les institutions européennes à insister auprès des 17 pays restants membres pour que le service soit adopté le plus rapidement. Basée sur la stratégie européenne en faveur des Droits de L'Enfant, la Commission Européenne a introduit en février 2007 le 166 000 comme étant le numéro d'appel européen pour les Enfants Disparus. Une décision complétée par une directive indiquant aux États membres la ligne à suivre pour que le service d'urgence vienne à être adopté dans la totalité de l'Union européenne.

Duarte Levy

(aussi sur 24horas, quotidien portugais)

11/07/2008

La Commission sonne l’alarme pour les retards dans la mise en service des numéros d’urgence 116 destinée aux enfants

Les parents et les enfants doivent pouvoir appeler à l'aide rapidement et gratuitement tout en voyageant dans l’Union européenne. Rien que dans le Royaume-Uni et en Belgique, plus de 7.500 enfants ont été donnés comme disparus en 2007 (www.missingchildreneurope.eu). La préoccupation du public à propos de la sécurité des enfants a augmenté par des cas comme la disparition de Madeleine McCann au Portugal. En 2007, la Commission a réagi en réservant, au niveau national, des numéros de téléphone à six-chiffres commençant par le 116 pour des lignes d’appel d’urgente destinés aux cas d’enfants disparus (116000) et pour les services d'assistance (116111) avec lesquels les enfants peuvent eux même rechercher de l'aide. Cependant, un récent rapport de l’Union européenne prouve que seulement une minorité d'États membres ont assigné ces nombres aux prestataires de service : sept pour le 116000 et dix pour 116111. La Commission invite aujourd'hui les États membres à accélérer la mise en service de ces numéros.

En vertu des lois de l’Union européenne, les États membres ne doivent pas assigner les numéros, il leur est exigé de les réserver et d’informer le public et les prestataires de leur disponibilité. Le rapport démontre que peu d'efforts ont été faits par des États membres de manière à faire connaître la disponibilité des numéros, retardant leur mise en place.

“Il y a un an, la Commission a réclamé des numéros de téléphone européens 116 pour le faciliter aux parents et aux enfants d’appeler à l'aide,” a dit Viviane Reding, Commissaire européenne pour les Télécommunications. “Jusqu'ici seulement la Hongrie a pris toutes les mesures nécessaires pour mettre en place et en service les numéros 116. J'applaudis cet exemple, mais on doit sonner l’alarme dans les 26 autres États membres. Sous la charte de l'UE des droits fondamentaux, signée par tous les États membres, les droits de l'enfance doivent être protégés. C'est dommage que dans beaucoup d’États membres l'action ne semble pas suivre les mots quand il s’agit de mettre en application les numéros qui peuvent fournir une aide précieuse aux parents et aux enfants. La Commission a fait sa part du travail et espère qu'il ne sera pas nécessaire de commencer des procédures légales sur une question où il devrait y avoir un large consensus.”

Le rapport d'aujourd'hui prouve que plus de progrès est nécessaire pour obtenir la mise en service des numéros 116 000 et 116111 à travers l'Union européenne :

* Les numéros 116000 et 116111 ont été rendus publics — disponibles dans 24 pays (Autriche, Belgique, Bulgarie, la République tchèque, Chypre, Danemark, Allemagne, Estonie, Grèce, Espagne, Finlande, France, Hongrie, Irlande, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Suède, Slovénie et Slovaquie), mais pas en Italie, en Lettonie ou au Royaume-Uni. Les dates limites pour réserver ces numéros étaient le 30 août 2007 (116000) et le 29 février 2008 (116111).

* La plupart des pays ont fait peu pour informer les potentiels prestataires de service à propos des numéros 116000 et 116111. Ceci a retardé la reprise de ces numéros par les potentiels prestataires, la plupart du temps organisations non gouvernementales. De plus amples efforts — des communiqués de presse, email/lettres aux potentiels prestataires, réunions — ont été organisés en Finlande, en France (pour le 116000), en Irlande, en Lituanie, aux Pays-Bas, au Portugal et en Suède.

* Les potentiels prestataires de la permanence téléphonique d’urgence ont révélée leur intérêt pour le 116000 en Belgique, République tchèque, Danemark, Allemagne, Grèce, France, Hongrie, Irlande, Italie, Malte, Lettonie, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, Slovaquie et au Royaume-Uni, alors que les potentiels prestataires du service d’assistance 116111 se sont révélées en Bulgarie, République tchèque, Danemark, Allemagne, Estonie, Grèce, Finlande, Hongrie, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, Suède, Slovaquie et au Royaume-Uni. Cependant, seulement sept États membres (Belgique, Portugal, Grèce, Danemark, Hongrie, Pays Bas et Slovaquie) ont assigné le numéro 116000 aux prestataires du service tandis que dix autres (la Bulgarie, la République tchèque, le Danemark, l'Allemagne, la Grèce, la Finlande, la Hongrie, le Portugal, la Suède et la Slovaquie) ont assigné le 116111.

* Jusqu'ici, uniquement la Hongrie a signalé que les deux numéros (116000 et 116111) sont opérationnels.

Il appartient aux prestataires de rendre opérationnels les numéros d’urgence et d'assistance une fois qu'un État membre leur assigne un numéro. Ces prestataires de service doivent être capables d’assurer dans tout le pays un service irréprochable et gratuitement, 24/7. La Commission suit de près l’évolution et la mise en place des services dans tous les États membres.

Source : Commission Européenne

Au Portugal le 1410 et le 116000

Le Gouvernement portugais, par décision du Ministère de l'Administration Interne, a attribué à l'Institut d'Aide à l'Enfant (IAC) la responsabilité du numéro de téléphone d’appel d’urgence 116000, un système qui permet l'avertissement rapide et gratuit dans les situations de disparition d'enfants.

L'Institut d'Aide à l'Enfant est une institution privée de solidarité sociale, créée en 1983, par un groupe de personnes de différents secteurs professionnels : médecins, magistrats, enseignants, psychologues, juristes, sociologues, techniciens des services sociaux, éducateurs, etc.