Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/05/2009

Gonçalo Amaral sous écoute

Gonçalo Amaral documentario.jpgLe cas Maddie est tabou pour le PGR et la PJ

Português - Español - English

"De nombreuses personnes liées au cas Maddie et à l'investigation faite au Portugal, ont été ou sont encore la cible d'écoutes et de surveillance," a dit au 24 Horas une source du Home Office en réponse aux affirmations de l'ex-coordinateur du Département d'Investigation Criminelle (DIC) de la Police Judiciaire (PJ) de Portimão.
Gonçalo Amaral a dit qu'il était "sous surveillance" et il sait qu'il "a son téléphone sous écoute." L'ancien responsable de l'investigation a la disparition de Madeleine McCann "ne sait pas par qui il est surveillé", mais il affirme que son email a été la cible d'une curiosité constante et qu'une partie de cette information est parvenue aux McCann.
"En ce moment, il y a des informations qui doivent être valorisées à propos de la localisation et sur ce qui aurait pu arriver au corps de la fillette," a dit Amaral accusant le Procureur Général de la République (PGR) et la direction de la PJ de faire un tabou du cas Maddie, ou "personne ne fait rien" permettant "que des personnes étrangères à la justice et à la police portugaise enquêtent des crimes sous la responsabilité de la PJ".
Gonçalo Amaral qui jusqu'à présent n'a reçu aucune notification par rapport à la plainte pour diffamation annoncée par le couple McCann, confirme qu'il va poursuivre Kate et Gerry McCann et prouver qu'il "existait une entente" entre le couple et la police anglaise durant l'investigation, ce qui aurait conditionné le résultat final de l'enquête.
Les parents de Maddie veulent se prévenir contre la publication en anglais du livre "Maddie : L'enquête interdite", dans lequel l'ex-coordinateur de la PJ révèle de nombreux éléments de l'enquête qu'il a menée à Praia da Luz ou il soutient la mort de Madeleine. La décision du couple aurait été prise en conséquence de la divulgation du documentaire basé de ce livre, que la TVI (chaîne TV portugaise) a diffusé et qui est disponible sur internet sous-titré en anglais.

Amaral accuse le MP de l'avoir "piégé" dans le cas Leonor Cipriano

"Je n'ai aucun doute qu'il y a eu un piège de la part du Ministère Public qui a mené par la suite à dire lors du jugement que j'ai fait une fausse déposition, car j'aurai dû être constitué arguido le premier jour, à la première heure, comme mes collègues," a dit Gonçalo Amaral sur TVI (voir vidéo) sur le fait d'avoir été condamné dans le procès de Leonor Cipriano, confirmant qu'il fera appel de la sentence.
L'ex-coordinateur, parlant sur sa plus récente expérience avec la justice au Portugal, a donné l'exemple de deux plaintes présentées autour d'un même rapport élaboré par une association dans le cas Joana Cipriano : la plainte présentée par Amaral il y a plus d'un an est en attente, alors que la seconde, présentée par la partie adverse, a déjà des arguidos.

Duarte Levy aussi sur 24horas

25/07/2008

Gonçalo Amaral : “Je n'ai pas crainte…”

e7d1cf268bde916ce0d30af4cd671b69.jpgGonçalo Amaral est convaincu que l’enquête à la disparition de Madeleine McCann sera réouvert et a rejeté avoir tout sentiment de vengeance contre les McCann. Lors d’une conférence de presse qui a précédé le lancement officiel de son livre “la Vérité du Mensonge”, l’ancien inspecteur de la Police Judiciaire (PJ), responsable initial de l’enquête, a affirmé que “le livre n'est pas une attaque personnelle à qui que ce soit. C'est une description des faits, des témoignages. Ce n'est pas ma conviction personnelle, il s’agit de tout le travail d'une équipe de policiers portugais, de policiers anglais et dûment surveillé par le Ministère public.”

Interrogé par une journaliste anglaise à propos de l’argent que l’inspecteur gagnerait en ce moment avec la tragédie qui est la disparition de l'enfant, Gonçalo Amaral indique avoir reçu une proposition, d'un quotidien anglais, pour la publication anticipée d'extraits du livre, en échange “d’une importante somme d’argent”, proposition qu’il a refusée parce “qu’il y a des choses plus importantes que l'argent — la dignité, par exemple”

À propos de la décision du Ministère public d’archiver la procédure, l’ex-inspecteur de la PJ a souligné que le communiqué du Procureur Général de la République “ne parle pas d’indices”, mais dans de “preuves” et Gonçalo Amaral admet que, “dans un autre tribunal, avec un autre ministère public” peut-être ces indices “pouvaient avoir une autre évaluation”. Sur le contenu du livre, Amaral dit qu'il n'a pas tout raconté, vu que, outre le fait qu’il admet la réouverture de l’enquête, il dit qu’il y a des “diligences qui peuvent encore être réalisées” et qu’aborder ces sujets “serait mettre en cause l’investigation qui convient de conclure ou de la faire avancer.”

À propos des menaces de procédure judiciaire, pour diffamation — hypothèse avancée hier par le porte-parole des McCann, Clarence Mitchel — Gonçalo Amaral a été très clair : “Je n'ai pas crainte, parce que je vis dans un pays où le 25 avril* a permit a nous tous de réacquérir nos droits et notre liberté d'expression.”

e5dc1bebedfffb317f36da69f7350cbf.jpgClarence Mitchel, ancien directeur de l’unité de surveillance des médias du gouvernement anglais, a affirmé que les avocats du couple et de leurs amis ils, sont occupés à analyser “chaque mot du livre, ainsi que chaque mot publié par les journaux portugais” et que, dans le cas où il y aurait raison pour que cela, ils "n'hésitent pas à trainer en justice Gonçalo Amaral, les journaux et les sociétés éditrices”. Le porte-parole des McCann promettait que cette action sera rapide, mais au moment où Kate et Gerry choisiront.

L'ex-coordinateur du département d’investigation criminelle (DIC) de Portimão s’est dit conscient “du bon travail” qui a été fait et, sur la constitution des McCann comme arguidos, a rejeté l'idée de qu’il y ait eu précipitation, assurant que s’il avait la possibilité de retourner dans le passé, il aurait fait quelques diligences, en rapport avec le couple e ses amis, “plus tôt”.

Paulo Reis & Duarte Levy

(*) 25 avril 1974, la révolution des oeillets et la fin de décennies de dictature.

22/07/2008

“Les McCann ont simulé l’enlèvement”

e5ba805033339e282a2c24961a8f567c.jpgC’est l’accusation faite par l’ancien coordinateur du Département d’Investigation criminelle (DIC) de Portimão de la Police Judiciaire (PJ), Gonçalo Amaral dans son livre “Maddie la Vérité du Mensonge.”

Écarté de l’enquête à la disparition de Madeleine, Gonçalo Amaral croit que les parents ont simulé l’enlèvement et dissimulé son corps après un accident à l’intérieur de l’appartement.