Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/06/2008

Système d’alerte pour enfants disparus est priorité européenne depuis 2006

2be4f653c357de4acc51027902f7fbb1.jpg(Mise à jour) Selon Gerry McCann, "sa frustration grandit" avec le refus de beaucoup de membres du Parlement européen de signer "une déclaration écrite" proposant la création d'un système d'alerte pour l’Union européenne semblable à l'alerte Amber, qui existe aux États-Unis. Le père de Madeleine McCann a accusé ces parlementaires européens de "manque de compréhension envers ce que nous espérons accomplir."

a55e3fd80180c88bdeaac3d29d358613.jpgLes McCann viennent de faire campagne pour un système d'alerte européen, destiné à traiter des cas d’enfants disparues. Mais depuis 2006, la Commission européenne a approuvé un projet pour établir un numéro de téléphone gratuit, commun à toute l’Union européenne (116 000) et un système d'alerte coordonné, entre les 27 États membres.

En décembre 2006, une réunion extraordinaire des États membres a approuvé l'initiative de la Commission européenne réservant dans tous les États membres des numéros de téléphone commençant par 116 "pour des services sociaux", y compris le numéro 116 000, pour devenir "un numéro d’appel d’urgence pour aider à la recherche des enfants disparus." En février 2007, la Commission a officiellement adopté la décision "réservant le numéro de téléphone 116 000 à tous les États membres comme numéro d’appel pour apporter des informations à propos d’enfants disparus."

Selon la BBC, Viviane Reding, alors Commissaire européenne pour les Télécommunications, s’était dit "enchantée qu'aujourd'hui la plus importante mesure vers un numéro d’appel unique, commun à toute l’Union européenne, pour les enlèvements d’enfants ait été prise."

Jusqu'ici, quatre pays européens ont établi le numéro d’appel 116 000 comme numéro d’urgence pour aider à la recherche des enfants disparus — Belgique, Grèce, Portugal et Danemark – en France le numéro rentre en service cet été et d’autres suivront.

La Fédération européenne pour enfants disparus et sexuellement exploités (Missing Children Europe) a été invitée par la Commission européenne pour l’aider dans ce projet et, suivant une réunion le 17 août 2007, Missing Children Europe a rassemblé un groupe central interdisciplinaire d’ONG et d'organismes judiciaires, qui se sont réunis le 31 août 2007 et ont rédigé quelques recommandations initiales, qui servaient de base aux directives d'une Commission à propos des enfants disparus, discutées lors de la réunion informelle des ministres de la Justice et des Affaires intérieures à Lisbonne le 2 octobre 2007.

Le numéro d’appel européen et le système d’alerte pour enfants disparus sont des priorités dans l’agenda de la présidence française de l’Union européenne, à démarrer en juillet 2008, et de nouvelles et importantes étapes sont prévues, pour 2009, comme "Missing Children Europe" indique à ce sujet dans un rapport à propos de sa coopération avec le projet de l’Union européenne.

12da1c242fb522e9f6b99829ed2167fd.jpgHier, le Vice-président de la Commission européenne, le français Jacques Barrot, appelé à devenir le nouveau titulaire du portefeuille "Justice, Liberté et Sécurité", remplaçant Franco Frattini, a indiqué que "parmi ses priorités" figure la mise en place du système européen d'alerte rapide en cas d'enlèvement d'enfants, le renforcement de la protection des mineurs en cas de divorce et une nouvelle proposition pour lutter contre l'exploitation sexuelle des enfants.

Jacques Barrot a d'ailleurs souligné que sur la question de la protection des enfants il donnait suite à la stratégie adoptée par le Parlement en janvier.

Dans son blogue, le 13 juin, Gerry McCann a fortement critiqué le projet de l’Union européenne, réclamant que le numéro d’appel 116 000 "jusqu’ici, soit uniquement opérationnel dans un des 27 pays européens (Grèce)." En outre, il considère que le système d’alerte que l’Union européenne met en action, depuis 2006, ne signifie pas qu’"une alerte Amber sera émise pour un enfant enlevé, car un tel système n'existe pas." Les McCann, qui sont aujourd’hui à Strasbourg, ont toujours besoin de la signature de 182 parlementaires européens pour "la déclaration écrite", mais le document n’a aucun poids légal dans l’Union européenne.

Duarte Levy & Paulo Reis

English 

12/04/2008

Les McCann à Bruxelles : l’envers du décor

ccacf41253167c765fc2f4c5d1a16ff4.jpgLa visite de Kate, Gerry McCann au Parlement Européen, avant même leur arrivée, était déjà un magnifique coup médiatique, Clarence Mitchell ayant organisé une « fuite d’information » qui à permis aux médias, préalablement choisies, d’accompagner le couple dans l’Eurostar jusqu’à Bruxelles.

Même n’étant pas originale, l’idée n’est pas mauvaise : ils l’avaient déjà fait avec leur visite au Vatican, obligeant les médias à concentrer leur attention sur le couple, et non ailleurs. Au Vatican ils se sont identifiés avec les millions de catholiques européens qui ont suivi l’affaire de la disparition de Madeleine, à Bruxelles ils ont voulu démontrer leur nouvel intérêt pour la cause des enfants disparues. De quoi redorer l’image du couple auprès du public.

Deux autres conférences étaient prévues dans l’agenda du jour, notamment une à propos des récentes problèmes au Tibet, mais c’est indiscutablement celle des McCann que, n’étant pas la plus importante,  était au centre des attentions des médias. Elle était déjà exceptionnel avant même l’arrivée du couple dans la salle : j’avais jamais vu autant de professionnels occupés à prendre en photo ou à filmer les deux plaquettes ou figuraient les noms de Kate et Gerry face à leurs sièges vides.

f4ba53380a73357b7c01425e4c5661ad.jpgExceptionnel était également la préoccupation des services de sécurité du parlement à filtrer l’accès à la salle de conférence, hors que tous les journalistes avaient du rentrer dans le bâtiment Paul-Henri Spaak par une entrée que leur est réservée, (par la rue Vauthier) où leur identité est doublement vérifié. Impossible d’y pénétrer sans être un vrai professionnel.

Aucune des autres conférences de presse, y inclus celle à propos du Tibet, n’avaient mérité une attention aussi particulière.

97e55d77b8d732c471122a698232d6d9.jpgPréoccupation également manifesté par Clarence Mitchell qu’après avoir fait comprendre, par une courte introduction, que c’était lui et non Edward McMillan-Scott ou les McCann, la personne en charge de la conférence de presse, à demandé que chaque professionnel décline son identité : prénom, nom et identité du média représentée.

Mais le plus surprenant dans cette conférence, ou finalement rien de nouveau n’a été dit à propos de la disparition de Madeleine ou de la volonté du Parlement Européen en créer un système d’alerte efficace pour les cas d’enfants disparues (pour rappel ce n’est pas la première fois qu’une déclaration écrite est présenté dans ce sens), est venu de la part de deux journalistes britanniques et de Clarence Mitchell.

Comme tout journaliste digne de ce nom, Daniel Rosario, correspondent à Bruxelles de la Radio Renascença (Portugal) à profité de la conférence de presse pour aborder le statut du couple auprès de la justice portugaise, questionnant Gerry et Kate McCann s’il ne serait pas plus opportun de venir au Parlement s’associer à l’initiative d’un système d’alerte européen une fois que leur situation soit clarifié. Si la brusque intervention de Clarence Mitchell était parfaitement prévisible, affirmant que les « McCann ne sont accusés de rien et ont le droit d’y être comme tout le monde », avant de suggérer que ce soit Gerry à y répondre, ce sont les commentaires de deux journalistes qui ont fini par surprendre.

42e8e67be1dab8ab2753bf14031731c3.jpg

"Stupid sardine… ", à commencé par critiquer un des britanniques, bien connu de l’ancien directeur de l’Unité de Surveillance des Médias au service de Tony Blair et, par la suite, Gordon Brown.

Si la conférence de presse n’a rien apporté de véritablement nouveau à l’affaire McCann, ou le statut d’arguidos du couple se maintien dans l’enquête à la disparition de Madeleine, elle à pu révéler, par cette incident, que la stratégie adopté à Praia da Luz avait porté ses fruits et aujourd’hui il y a deux sorts de personnes derrière l’information que les médias vous apportent chaque jour : les professionnels et les autres…

La fin de la conférence de presse à permis aux McCann et à Clarence Mitchell de continuer le programme de leur journée à Bruxelles avec la rencontre de l’ambassadeur du Royaume-Uni en Belgique et plusieurs parlementaires, ceci étant la version officielle.

90c68949e75eacb915d3ff211b8dfa35.gif

2aec7ebcddcd8fd2249da4aeb57f1571.gifd6af64f561dfb9659140e0ba10a9a9ed.gif7935487696b9ac8686f3d3c27763675e.gif

 

Voulez vous réagir à cet article ? Email