Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/05/2009

Gonçalo Amaral sous écoute

Gonçalo Amaral documentario.jpgLe cas Maddie est tabou pour le PGR et la PJ

Português - Español - English

"De nombreuses personnes liées au cas Maddie et à l'investigation faite au Portugal, ont été ou sont encore la cible d'écoutes et de surveillance," a dit au 24 Horas une source du Home Office en réponse aux affirmations de l'ex-coordinateur du Département d'Investigation Criminelle (DIC) de la Police Judiciaire (PJ) de Portimão.
Gonçalo Amaral a dit qu'il était "sous surveillance" et il sait qu'il "a son téléphone sous écoute." L'ancien responsable de l'investigation a la disparition de Madeleine McCann "ne sait pas par qui il est surveillé", mais il affirme que son email a été la cible d'une curiosité constante et qu'une partie de cette information est parvenue aux McCann.
"En ce moment, il y a des informations qui doivent être valorisées à propos de la localisation et sur ce qui aurait pu arriver au corps de la fillette," a dit Amaral accusant le Procureur Général de la République (PGR) et la direction de la PJ de faire un tabou du cas Maddie, ou "personne ne fait rien" permettant "que des personnes étrangères à la justice et à la police portugaise enquêtent des crimes sous la responsabilité de la PJ".
Gonçalo Amaral qui jusqu'à présent n'a reçu aucune notification par rapport à la plainte pour diffamation annoncée par le couple McCann, confirme qu'il va poursuivre Kate et Gerry McCann et prouver qu'il "existait une entente" entre le couple et la police anglaise durant l'investigation, ce qui aurait conditionné le résultat final de l'enquête.
Les parents de Maddie veulent se prévenir contre la publication en anglais du livre "Maddie : L'enquête interdite", dans lequel l'ex-coordinateur de la PJ révèle de nombreux éléments de l'enquête qu'il a menée à Praia da Luz ou il soutient la mort de Madeleine. La décision du couple aurait été prise en conséquence de la divulgation du documentaire basé de ce livre, que la TVI (chaîne TV portugaise) a diffusé et qui est disponible sur internet sous-titré en anglais.

Amaral accuse le MP de l'avoir "piégé" dans le cas Leonor Cipriano

"Je n'ai aucun doute qu'il y a eu un piège de la part du Ministère Public qui a mené par la suite à dire lors du jugement que j'ai fait une fausse déposition, car j'aurai dû être constitué arguido le premier jour, à la première heure, comme mes collègues," a dit Gonçalo Amaral sur TVI (voir vidéo) sur le fait d'avoir été condamné dans le procès de Leonor Cipriano, confirmant qu'il fera appel de la sentence.
L'ex-coordinateur, parlant sur sa plus récente expérience avec la justice au Portugal, a donné l'exemple de deux plaintes présentées autour d'un même rapport élaboré par une association dans le cas Joana Cipriano : la plainte présentée par Amaral il y a plus d'un an est en attente, alors que la seconde, présentée par la partie adverse, a déjà des arguidos.

Duarte Levy aussi sur 24horas

07/08/2008

L’affaire McCann : Le Home Office s’est refusé à donner des informations à propos des cartes de crédit de Gerry

fe1d3b37e8ee2d0d096bbe446bb4fe4b.jpgUne demande envoyée par la Police Judiciaire (PJ) aux autorités britanniques, demandant les détails de toutes les transactions des cartes de crédit de Gerry McCann pendant une période de six mois, d'avril a octobre 2007, a été considérée disproportionnée par Frances Kennah, le responsable de l'autorité centrale britannique, un département du Home Office (ministère de l’Intérieur).

La PJ a demandé ces détails en mars 2008, justifiant sa demande avec la nécessité d'identifier s'il y avait des motifs inconnus derrière la disparition de Madeleine. Officiers de la Police du Leicestershire avaient précédemment informé le Home Office que les policiers portugais leur ont dit qu'ils avaient décidé de demander cette information après qu’un témoin avait vu Gerry à un distributeur automatique de billets, parlant sur son téléphone portable, comme Frances Kennah l’indique dans une lettre à PJ, incluse dans les documents de l’enquête.

Considérant que la demande d’information à propos d’une période de temps aussi long était disproportionnée et pas entièrement justifiée par la police portugaise, le responsable de l’autorité centrale à répondu que la PJ devrait fournir plus d’informations détaillées à propos des raisons qui justifient cette période de temps, ou se contenter avec l’information des jours juste avant et après la disparition de Madeleine, dans ce cas-ci, Frances Kennah a promis de reconsidérer la demande.

Duarte Levy & Paulo Reis

English version