Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/05/2008

Reconstitution toujours en attente des McCann et des "Tapas" sept

b23678f686888ee6ebc7a63a2c225bad.jpgRogério Alves, un des avocats de Kate et Gerry McCann, à affirmé aujourd’hui à Faro que les autorités portugaises ont déjà determiné la date de la reconstitution des événements de la nuit de la disparition de Madeleine, affirmant que Kate et Gerry McCann seraient présents.

"Les deux ont déjà manifesté leur intention d'être présents," à dit l’avocat soulignant que la présence des autres témoins "ne dépendent pas d'eux."

abf26f8f4d65bbb5c91732a671e7ed6d.jpgSelon le défenseur de Kate et Gerry McCann, le couple continue à être sceptique à propos de la reconstitution mettant en cause son utilité après un an, position qui surprend même les officiers de la police britannique qu’avaient accompagné l’affaire à Praia da Luz.

Moins surpris avec la situation d’impasse sont les enquêteurs de la Police Judiciaire (PJ) que depuis plusieurs semaines essaient d’arriver à un compromis entre tous les arguidos et 86ec8f11dab3178752ba8deb66a4eeab.jpgtémoins nécessaires à cette diligence : "Pour le moment ca coince toujours au sein du groupe formé par les parents et ses sept amis, " reconnaît une source de la PJ, pour qui la date du 29 mai, avancée aujourd’hui par plusieurs médias, est une possibilité encore en attente.

"Tout dépend de leur volonté d’aider la police à élucider la disparition de Madeleine," affirme encore la même source.

Pourquoi une reconstitution après un an ?

2491166bce0a295410a4bed3776553d5.jpgSelon un des officiers britanniques qu’avaient fait le déplacement à Praia da Luz dans le cadre de l’enquête à la disparition de Madeleine, "la reconstitution demandée par la Police Judiciaire est un acte incontournable pour Kate et Gerry McCann. "

"Il s’agit d’une diligence nécessaire à l’enquête et qui à toute sa raison d’être car elle a plusieurs objectifs, " affirme encore l’officier contacté au Royaume-Uni.

Selon lui, le premier le premier objectif est celui de pouvoir constituer un album d’images qui sera ensuite utilisé pour démontrer de quelle façon la scène s'est déroulée.

Le deuxième, probablement le plus important, est celui de pouvoir confronter et vérifier les déclarations des arguidos et des témoins avec les constatations matérielles réalisées sur place. Il arrive, par exemple, qu'ont se rende compte que tel témoignage ne colle pas avec la configuration des lieux.

Les déclarations des personnes liés à l’enquête peuvent varier entre ce qu’à été dit aux enquêteurs dans les installations de la police et le lieu du crime.

Des informations, des détails,  peuvent aussi leur revenir en mémoire : l’arguido ou le témoin peut ainsi apporter des précisions ou faire de nouvelles déclarations.

"On peut progresser énormément dans une enquête avec les déclarations faites sur la scène du crime, une fois que la personne s'exprime dans une situation particulière… Elle est obligée à refaire les gestes qu’elle prétend avoir fait, cette fois-ci sous les regards des autres et en particulier celui des  enquêteurs, " affirme l’officier.

Une reconstitution permet également de confronter les points de vue des différents "acteurs", notamment celui du suspect avec celui des témoins.

15/11/2007

Nouvelle vidéo privé des McCann enregistré après la disparition de Madeleine

74c23c5c3d5a300eb5a95f66b0a4a9e0.jpg

La chaine nord-américaine CBS va divulguer des images vidéo exclusives des McCann, enregistrées après la disparition de Maddie de leur appartement de l’Océan Club. La vidéo a été réalisée par un ami de la famille, affirme CBS sur son site internet. Elle sera divulguée ce samedi, dans un reportage spécial qui inclut une entrevue avec Gerry McCann. Le père de Madeleine a dit à CBS qu’ils "vivront toujours avec le fait que Kate et moi n'étaient pas dans l'appartement quand ca s'est produit".

Une source de la Police Judiciaire a déjà confirmé que le couple n’aurait jamais indiqué l’existence de cette vidéo, enregistré juste après la disparition de Madeleine.