Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/01/2009

L’interrogatoire des Tapas 7 : les mots avant les images

Fotolia_364166_XS.jpg(Mise à jour) Pour une question de facilitée, et vue le nombre de documents appartenant au procès encore à traiter (y inclus ceux qui sont encore couverts par le secret de justice et qui ne font pas partie du DVD distribué aux journalistes), j’ai décidé de publier les textes originaux des transcriptions faites au départ des enregistrements vidéo des interrogatoires des Tapas 7 à Enderby en avril 2008.
Les textes sont disponibles ICI dans leur version originale (anglais). Les images vidéo seront également disponibles dans un futur proche.

Dianne Webster – Transcription d’entrevue enregistrée en DVD

Russell James O’Brien & le résumé de l’entrevue du DVD qui n’existerait pas

Russell James O’Brien – Transcription d’entrevue enregistrée en DVD partie I

Russell James O’Brien – Transcription d’entrevue enregistrée en DVD partie II

Russell James O’Brien – Transcription d’entrevue enregistrée en DVD partie III

Russell James O’Brien – Transcription d’entrevue enregistrée en DVD partie IV

 

06/12/2008

L’interrogatoire des Tapas 7 au Royaume-Uni – Volume I

Imagem1.pngTous les sept Britanniques ont été interrogés au Royaume-Uni au début de 2008, avant que l’enquête portugais soit mît en attente faute d’une Justice impartiale, courageuse.

Dans l’intérêt du public, rappelant que la justice est toujours une conquête de la civilisation sur la violence, de l’apaisement sur la vengeance sans fin, de la stabilité sur le chaos, les conversations (oui, il s’agissait plus de conversations que de véritables interrogatoires) ont été enregistrées en vidéo et les transcriptions seront disponibles pour download, uniquement en anglais, à la fin de chaque article. Les vidéos seront opportunément divulguées.

download.jpg

Jane Tanner : mémoire sélective, contradictions et autres…

Après onze mois d’enquête, malgré tout ce qu’a pu être dit ou fait à propos de la disparition de Madeleine McCann, Jane Tanner, une des Tapas 9, reconnait devant l’officier Ferguson de la police du Leicestershire qu’elle s’est trompée à propos de la disposition selon laquelle le groupe était assis à table. Un détail en apparence anodin, mais que, encore aujourd’hui, est révélateur : "Russell disait qu’il était assis en fait entre, Rachael et Dianne. Donc, je pense, j’ai Dianne là. Donc, Russell était là. Et je pense Dave, je pense que Dave pourrait avoir été là et Fiona là".
L’interrogatoire de Jane Tanner, en avril 2008, a été enregistré en vidéo, auquel j’ai eu accès et que sera opportunément divulgué dans un documentaire à propos de la disparition de Maddie.

D’après  le nouveau plan de table, Jane serait assise, "dans le sens contraire des aiguilles d’une montre," à coté de Kate, suivie de Matthew, Fiona, David Payne, Gerry McCann, Dianne, Russell et finalement Rachael.

Selon Jane Tanner, dans son interrogatoire devant la police britannique, Kate McCann était plus inquiète que d’habitude pendant le diner du 3 mai 2007, la nuit de la disparition de Madeleine : "Il y a une chose que je n’ai pas mentionnée (…) elle avait dit que Madeleine, avais dit quelque chose d’étrange à propos d’où étiez-vous la nuit passée quand je me suis réveillé. Et, comme je disais, je ne peux pas me rappeler à quel moment du repas elle à dit ceci (…) je pense qu'elle a dit "quand Sean et moi nous sommes réveillés", je ne peux pas me rappeler si ce n’était pas quand deux d'entre eux se sont réveillés".

"Je me demandais, s’il n’y avait pas une autre raison, vous savez, pourquoi peut-être les contrôles étaient plus souvent," soulignait alors Jane Tanner indiquant que Kate se demandait si Maddie serait réveillé.

Questionné à propos du lapsus de temps que Gerry McCann aurait resté absent de la table du diner, Jane explique : "cela devait être au moins cinq minutes, sinon plus, parce que, je me dis, parce qu’il était parti, avant que je sois réellement parti il y a eu les conversations à propos de qu’il se serait arrêté en cours. Donc, je veux dire, si, je pense que cela devait être en quelque sorte cinq ou dix minutes, cinq ou dix minutes après qu’il soit parti. Je ne peux pas dire à coup sûr, mais".

"(…) Je remontais la route et je ne peux pas me rappeler exactement, je sais ceci, je sais, je pense que Gerry pense qu’il était à un endroit différent d’où je pense qu’ils se tenaient, mais j’étais assez sûre, comme j’ai marché en remontant la route, ils se tenaient, l’un d’eux était sur la route et l’autre était juste sur le bord du trottoir, mais j’ai pensé que c’était du côté de la route où je marchais, mais je sais que Gerry pense qu’ils étaient de l’autre côté. Mais j’ai pensé qu’ils étaient plus près, parce comme je suis passé, je suis presque allé en quelque sorte les saluer et j’ai pensé à ce moment-là `Oh "ils tchatchent tchatchent tchatchent" et j’ai pensé, vous savez, je ne, je ne savais pas s’ils m’avaient vu ou pas, mais je suis en fait allé les saluer et je pense s’ils avaient été si loin je ne sais pas si je serais en quelque sorte presque allé leur dire bonjour," affirme Jane Tanner reconnaissant qu’elle et Gerry McCann ne sont pas d’accord avec l’endroit ou ils se trouvaient.

"Je pensais qu’ils étaient, quand vous montez ici, j’ai pensé qu’ils étaient plus, euh, à nouveau je sais que c’est où moi et Gerry ne sommes pas d’accord, mais j’ai pensé qu’ils étaient en quelque sorte plus près de la petite allée. Je pense en quelque sorte (…). Je pense que l’un d’eux était sur la route et je pense, j’ai pensé que c’était Jez sur la route parce qu’il avait le landau. Et je ne sais pas vers, je ne peux pas me rappeler dans quelle direction il était tourné. Non, je veux dire, je pense que je me rappelle que dans ma déclaration je l’ai dit, mais je ne peux pas me rappeler maintenant dans quelle direction il était tourné. Et j’ai pensé que Gerry était presque comme sur le bord du trottoir ou juste, juste en quelque sorte sur la route, mais certainement en quelque sorte du côté de cette, en quelque sorte plutôt près de cette allée. Je ne pense pas qu’ils étaient près du portillon de l’appartement, je pensais qu’ils étaient en quelque sorte un peu plus loin vers le bas, en bas de la route que ça," avoue Jane Tanner à la police démontrant – selon le commentaire d’un des enquêteurs britanniques, une mémoire bien curieuse.

"Madame Tanner a témoigné devant les caméras de la télévision, elle a été interrogée par nos collèges portugais… aujourd’hui elle est incapable de se souvenir de la plupart des détails – la police du Leicestershire l’a pourtant fait lire ses déclarations précédentes —, mais, curieusement, elle arrive à préciser certains points clés qui s’accordent avec l’histoire racontée par les autres membres de ce groupe," affirme un responsable de la police britannique après avoir visionné les vidéos des interrogatoires.

Ce responsable de la police britannique, qui n’est plus en contact avec cette affaire, est d’ailleurs un des témoins directs des moments le plus importants de l’enquête des autorités portugaises. Amer et fortement déçu avec le comportement du gouvernement britannique dans cette affaire, l’homme, d’un point de vue légal, n’a plus le droit de s’exprimer à propos de la disparition de Madeleine McCann. Une interdiction qu’il n’a pas respectée pour des raisons "de professionnalisme et de conscience morale" malgré la lourdeur des conséquences à venir.

"Oh c’est quelqu’un amenant son enfant au lit"

Jane Tanner Suspects 235 web.jpgJane Tanner, un des témoins clé auquel les McCann n’ont laissé grand espace de manœuvre, explique encore la disposition des lieux et ses mouvements : selon son témoignage, en sortant du Tapas Bar par la porte, elle aurait monté la côte, passée par Gerry et Jez qui se trouvaient à sa droite.
"(…)Alors, ouais, donc, je les ai passés, euh, en montant, et ensuite en montant en haut de la route, lorsque j’arrivais en haut, cette personne, quelqu’un traversait le haut de la route avec un enfant. Et évidemment à ce moment-là j’ai juste pensé `oh c’est quelqu’un amenant son enfant au lit’, comme on dit".

"Je pense qu’il commençait à faire nuit (…) il n’y avait pas, à part Gerry et Jez il n’y avait personne d’autre. (…) je n’ai pas vraiment vu quiconque. Je dirais, je pense, à nouveau, ce qui m’a fait penser que c’était encore plus étrange, je pense quand j’étais allé vérifier d’autres soirs à ce moment-là je n’avais probablement pas vu quiconque, c’était plus tôt que vous voyiez des personnes portant leurs enfants ici et là", dit Tanner affirmant que tout s’est passé " en gros, aux environs de neuf heures dix ".
"(…) je trottinais en quelque sorte, parce qu’évidemment j’essayais d’aller faire la vérification et revenir aussi vite que possible aussi, donc j’ai juste pensé `Oh je vais juste y aller et faire le contrôle aussi vite que possible…"
En réponse à l’Officier Fergusson, Tanner affirme que son intention fût juste de "vérifier Ella et Evie,", car personne d’autre ne l’aurait fait : "Gerry était là, donc j’ai pensé qu’il venait juste de vérifier (ses enfants). Matt avait vérifié quand il avait, euh, été (…). Et nous n’avons jamais vérifié Dave et Fi parce qu’ils ont eu leur appareil, dont ils étaient assez contents, donc ils n’ont pas vérifié du tout, voilà".

Tanner876876.jpg"Oh, un mauvais parent comme nous…"


"(…) juste quand j’arrivais en haut, quelqu’un avait traversé. Et la chose qui m’a vraiment frappé était, euh, les pieds nus. Et la pensée qui m’a traversé l’esprit était, je dirai quand nous sommes à Leicester (…) nous avions l’habitude d’aller à pied à la maison de Dave et Fi pour, euh, les enfants, pour le dîner avec les enfants, les enfants joueraient, nous les mettrions dans un lit de voyage là-bas et nous resterions parfois un peu plus tard et ensuite porterions les enfants à la maison (…) Nous les enveloppons dans une couverture ou n’importe quoi, mais leurs pieds dépassent toujours, et vous pensez `Oh ils vont prendre froid aux pieds" parce qu’ils gigoteraient toujours. Donc, une chose que j’ai pensée était `Oh un mauvais parent comme nous, vous savez, cet enfant est manifestement ramené à la maison (…).

(…) C’était la seule raison pour laquelle je l’ai vraiment regardé, je pense. Parce qu’à ce moment-là j’ai pensé c’est une personne soit ramenant leur enfant de la crèche ou, vous savez, juste un père portant leur propre enfant…"

Tanner, questionné par l’officier, explique, que le parcours suivi par le suspect qu’elle affirme avoir aperçu ne "collait" pas avec l’idée d’une personne ramenant son enfant de la crèche : (…) "J’ai pensé en fait `Oh un peu étrange’, mais pas en un million d’années j’aurais pensé `C’est Madeleine’. (…)Et bien, ouais, si j’avais eu pensé, ouais, vous savez, si j’avais vu que c’était Madeleine vous auriez, vous savez, je ne vais pas faire `Oh voilà Madeleine’, vous savez, j’aurais crié, mais. Mais, ouais, je sais que la police pense que je suis un témoin bien sympathique et n’importe, mais je ne sais pas ce que je peux faire pour".

Après un court moment d’émotion – visible uniquement sur l’enregistrement vidéo – Jane Tanner continue : "Non, mais la meilleure chose qui pourrait m’arriver, à part que Madeleine soit retrouvée, c’était quelqu’un s’avançant et disant `C’était moi’, vous savez, `C’était moi qui passais par là’, parce que, vous savez, vous savez, je ne veux pas que ce soit Madeleine, mais vous savez, il n’y a aucun, mais je suis convaincue que c’était et, vous savez, les gens doivent, donc je ne sais pas ce que je peux faire pour leur faire croire cela. Je suis désolé".

"(…) je veux vraiment m’assurer qu’on me croit, parce que je ne mens pas là-dessus, je ne le fais vraiment pas, et je pense juste que c’est important…"

Jane Tanner, selon son propre témoignage, aurait remarqué trois détails à propos de l’homme qu’elle prétend avoir aperçu traversant la route avec un enfant dans ses bras, parmi eux les pieds, car "ils ne couraient pas, mais marchaient d’un pas tout à fait résolu".

L´homme – explique Tanner à l’officier britannique – marchait le long du trottoir du même côté où elle se trouvait.

« (…)  je pense que je préférerais juste en rester à ce que j’ai dit dans ma déclaration originale, en termes de, parce que même, je veux dire, ceci en revient au croquis, même lorsque j’ai fait le croquis, avant ce moment là, vous savez, des choses étaient, étaient trouble, j’ai eu besoin de faire ce croquis…

Selon Jane Tanner, l’homme avait les cheveux longs, assez foncés et brillants. Il avait les vêtements foncés, "pas grands, mais assez amples".

"Des couleurs foncées, mais à nouveau c’était, je pense qu’il faisait assez sombre, si sombre, en quelque sorte une veste genre foncée, mais d’autre part, un pantalon plus clair d’une couleur horrible, à nouveau ceci est, en quelque sorte d’un jaunâtre foncé marron, horrible, mais pas, pas une belle couleur de pantalons, mais d’autre part je me demande si c’était les lumières qui les faisaient paraitre, les faisaient paraitre plus d’un genre de moutarde, ce n’était pas moutarde parce que c’est trop clair, mais c’était juste comme un, comme je dis ils n’étaient pas beaux, ils n’étaient pas le genre de vêtements auxquelles je m’attendrais de quelqu’un en vacances chez Mark Warner, ils étaient, je ne peux pas penser au tissu, j’ai essayé de décrire ceci auparavant, mais que quelque sorte d’un tissu cotonneux, mais ample", affirme Tanner.

Si Jane Tanner reconnait quelques failles dans la description de l’homme qu’elle jure avoir aperçu la nuit de la disparition de Madeleine McCann, reconnaissant notamment qu’elle "n’était pas complètement d'accord" avec quelques détailles du dernier portrait robot, comme la longueur des cheveux.

"(…) j’ai essayé de le faire cependant à partir de ma description d’origine que nous avons notée (…) nous avons essayé d’écrire toutes nos pensées et j’ai essayé de le faire autant que je pouvais à partir de ça…"

La taille de l’individu est aussi remise en question par Jane Tanner car, selon elle, il y aurait eu une erreur de traduction, ce que n’a pas l’air de surprendre l’officier de la Police du Leicestershire, mais qui est fortement contesté par plusieurs policiers portugais e britanniques qui ont participé à l’enquête : tous les traductions ont été faites ou vérifiés par la suite par des traducteurs professionnels correctement accrédités, ce que ne laisse pas le moindre doute à propos de la qualité de leur travail.

"(…) Mais je pense que ça a été confondu dans la traduction parce que je ne sais pas ce que c’était en mètres et ils ont, en quelque sorte, converti ça en mètres à partir de ma déclaration (…) Mais je pense que c’était en quelque sorte du genre cinq pieds neuf, cinq pieds dix…"

Questionné à propos de la corpulence de l’homme dont elle aurait aperçu, Tanner explique qu’il serait "Moyen, et bien plutôt juste corpulence normale. Comme je dis, je pense que les vêtements étaient assez amples, donc je pense qu’ils l’ont rendu plus large qu’il l’était probablement, mais. Et également, il aurait été, ses épaules seraient ressorties, vous savez, en quelque sorte. Donc, je pense, euh, ouais, moyen en gros, une corpulence moyenne en gros".

à suivre

Download 1 - Download 2 -Download 3 -Download 4 -Download 5 - Download 6 - Download 7 - Download 8

07/04/2008

PJ au Royaume-Uni pour confondre témoins avec des nouveaux indices

Parti de l’aéroport de Faro, l’équipe d’inspecteurs de la Police Judiciaire (PJ) portugaise est arrivé cette après-midi dans les installations de la police à Enderby (Royaume-Uni) où ils ont tenu une rencontre de préparation pour les interrogatoires de plusieurs témoins liés directe ou indirectement à Praia da Luz et à la disparition de Madeleine McCann. Parmi les témoins à interroger ont compte les sept amis du couple McCann, plus connus par le surnom de Tapas 7.

Suite aux lettres rogatoires envoyées par les autorités portugaises, Paulo Rebelo, responsable de l’enquête, prétend éclaircir plusieurs lacunes et contradictions révélés par les premiers interrogatoires du groupe, mais aussi les confondre avec des nouveaux indices, avec un particulier intérêt pour un échange de vêtements pendant le diner au Tapas Bar, le restaurant à l’intérieur de l’Océan Club.

Malgré la difficulté de leur tache, compromise par la révélation du contenu des lettres rogatoires aussi bien que d’une partie du dossier d’enquête qui était dans les mains des autorités britanniques, les inspecteurs cherchent à consolider leurs investigations ou, rappelons-le, sont cités trois arguidos : Robert Murat, Gerald (Gerry) McCann et son épouse Kate.

Les inspecteurs de la PJ n’ont reçu l’accord de procéder eux-mêmes aux interrogatoires mais peuvent, en dehors de lettres rogatoires, suggérer d’autres questions, même si la décision finale incombe à leurs collègues de Leicester.

591684fe43c6e0b6f315b2295d02019f.jpgSelon les explications d’un porte-parole de la police britannique, les témoins ne seront pas accompagnés par leurs avocats mais ont le droit d’abandonner les interrogatoires quand ils le veulent. Le même porte-parole à confirmé que les interrogatoires ont bel et bien été sollicités officiellement par les autorités portugaises, contrariant ainsi les spéculations de Clarence Mitchell qui avait affirmé à une partie de la presse que les McCann avaient demandé eux-mêmes cette démarche.

Kate et Gerry McCann, arguidos (suspects) dans l’enquête de la Police Judiciaire à la disparition de leur fille Madeleine, ont le droit de suggérer des témoins, ce qu’ils ont fait indiquant une liste de noms, notamment ceux de Justine McGuiness et Clarence Mitchell. Les deux experts n’étaient pas à Praia da Luz la nuit de la disparition de Madeleine mais le couple prétend qu’ils peuvent attester de leur innocence.

Les 7 membres du groupe du Tapas Bar que le public connait

e3fe726ff4fa618508a8d8ade15f9807.jpgDr Matthew Oldfield et son épouse Rachael : Matthew à rencontré Gerry McCann à Leicester ou ils ont travaillé ensemble. Agé de 37 ans, Matthew est endocrinologue au Kingston Hospital à Surrey. Son épouse Rachael, d’un an plus jeune, est consultante. Ils ont une fille de deux ans.

Dr Russell O’Brien et sa compagne Jane Tanner  : Au moment de la disparition ils habitaient à Exeter. Lui il a 36 ans et elle 37. Russel travaille actuellement à l’Université de Plymouth, plus précisément à la Peninsula Medical School. Ils ont deux enfants, la plus âgé de 4 ans.

09f3b7e5c30fb791d7c9e0eb2d50ad70.jpgIls sont une fois encore au centre des attentions. Le Dr Russell est celui qui s’est absenté le plus longtemps du Tapas Bar et les premières réponses du couple aux interrogatoires de la police portugaise ont révélé plusieurs contradictions. Jane Tanner prétend avoir vu un homme portant un enfant mais son témoignage à été jugé comme suspect car deux témoins indépendants au groupe, présents au même endroit, ont affirmé n’avoir vu personne.

Son témoignage, à propos du prétendu suspect, à changé à plusieurs reprises.

Le Dr David Payne est marié au Dr Fiona Payne: David, âgé 37c8ecc4cd2207c22979ee6b121030ae.jpgde 41 and est un ami de l’université de Leicester en Science Cardiovasculaire. Son épouse est âgée de 34 ans et est également médecin.

Du groupe, David est le seule, à l’exception des parents, à prétendre avoir vu Madeleine en vie vers 18H30.

Pendant leur séjour à Praia da Luz le couple été accompagné par la mère de Fiona, Dianne Webster, le neuvième membre du groupe qui à diné au Tapas Bar.

90c68949e75eacb915d3ff211b8dfa35.gif

2aec7ebcddcd8fd2249da4aeb57f1571.gifd6af64f561dfb9659140e0ba10a9a9ed.gif7935487696b9ac8686f3d3c27763675e.gif

 

01/04/2008

L’affaire McCann : succès des interrogatoires compromis

Secret n’a pas été respecté

L’objectif visé par la police portugaise avec l’interrogatoire de plusieurs témoins sur le sol britannique, connus dans l’affaire McCann comme les "tapas 7", serait gravement compromis par la divulgation du contenu des lettres rogatoires et d’une partie de la version anglaise du dossier.  

L’information est avancée par une source du Leicestershire Constabulary et confirmée par une copie du document à que SOS Madeleine à pu avoir accès. Selon la même source, le contenu des lettres rogatoires et une partie du dossier aurait été copié et envoyé à un ancien officier de la police, actuellement dans le secteur privé, proche d’un témoin et intéressé dans le déroulement des investigations.

Après quelques mois d’attente, mis à profit par les témoins pour préparer les prochains interrogatoires, la Police Judiciaire est sensé voyager vers le Royaume-Uni pendant le mois d’avril afin de poursuivre son enquête à la disparition de Madeleine McCann.

Plusieurs témoins, et pas des moindres, ont reçu, de la part d’avocats et d’anciens officiers de la police britannique, des consignes et informations de comment faire face aux questions préparés par l’équipe de Paulo Rebelo. C’était le cas en novembre de l’année passé quand, après avoir appris que la Police Judiciaire avait l’intention de les interroger à nouveau, les McCann et ses amis se sont réunis avec plusieurs des conseillers du couple.

Hier, une source de la police britannique affirmait à le presse que "les autorités portugaises avaient demandé que le contenu de leur demande et la forme comme elle serait exécuté soient gardés confidentiels afin de ne pas affecter l’enquête en cours".

Les inspecteurs de la police portugaise voulaient garder confidentiel le contenu de leur dossier afin de tirer profit du facteur surprise dans ses questions mais également de leur choix dans les confrontations entre témoins. Les copies à que nous avons eu accès révèlent notamment que la police à fait appel au témoignage d’autres vacanciers britanniques qui ont pu leur apporter la preuve des contradictions, voire les mensonges, des premières déclarations du groupe "tapas 7".  

Ce n’est pas la première fois que le bon déroulement de l’enquête est affecté par l’ingérence de personnes bien placés auprès des autorités britanniques, notamment dans la police, agissant à titre individuel ou à la demande de personnes proches des conseillers qui entourent le couple McCann et ses amis.

En janvier, c’est le responsable en communication & marketing du couple McCann qui avait, en personne, reconnu avoir reçu un “briefing” privé de la part d’officiers de la police britannique à propos de l’enquête : “J'ai eu des briefings en privé de la police qui m'ont assuré complètement que les autorités, dans ce pays (Royaume-Uni), traitent ceci comme un cas de l'enlèvement par un inconnu”, avait dit publiquement Clarence Mitchell.

McCann ne veulent plus être arguidos pour mieux signaler l’anniversaire de la disparition

À l'approche du premier anniversaire de la disparition de Madeleine, la famille McCann étudie la meilleure forme de signaler la date, espérant ne plus être suspects (arguidos) dans l’enquête des autorités portugaises : "ils ne vont pas donner d'entrevues parce qu'ils ne veulent pas casser le secret de justice", affirmait leur responsable en communication & marketing, Clarence Mitchell, admettant que les familiers puissent le faire à leur place.

Malgré les affirmations de leur porte-parole, Kate et Gerry McCann donnent une entrevue exclusive à la chaine de télévision britannique ITV, inclus dans un documentaire prévu pour le 30 avril, destinée à signaler le premier anniversaire de la disparition de leur fille Madeleine.

Selon l’ancien directeur de l’Unité de Surveillance des Média du gouvernement britannique, Kate et Gerry McCann ne veulent plus être considérés comme suspects après la conclusion des interrogatoires de la Police Judiciaire, afin de décider quel serait la meilleure manière de signaler ce triste anniversaire.

Les avocats du couple au Portugal ont déjà commencé à travailler dans ce sens : des contacts privés ont été établies au plus haut niveau auprès du  Ministère Public et récemment, en déclarations à la presse, l’ancien bâtonnier de l’Ordre des Avocats est venu accentuer la pression sur les autorités portugaises.

Depuis leur retour du Portugal en septembre 2007, après qu’ils avaient été constitués comme arguidos, les McCann n’ont pas cessé de clamer qu’ils sont disposés à collaborer avec la police même "s’ils n’ont pas demandés à être réentendus", comme le confirme Clarence Mitchell: "Si leur statut d’arguido est levé avant cette date (l’anniversaire), alors ils peuvent se décider à parler".

30/11/2007

Kate et Gerry McCann toujours suspects

 Ambassadeur britannique à la PJ

4120d0ec180f9986bfaec7bf89c04dc2.jpg

(Mise à jour 12H00) Quelques minutes à peine, après le retour à Faro de l’équipe d’experts que la Police Judiciaire avait envoyé à Leicester, que l’ambassadeur britannique au Portugal était déjà de visite dans leurs installations. La présence du diplomate, confirmée sur place par plusieurs journalistes, est en rapport directe avec le dossier Madeleine McCann et n’a pas été demandé par la police ou par les autorités portugaises. L’ambassadeur est resté une demi-heure avec la police.

L’équipe portugaise, dirigé par l’inspecteur Ricardo Paiva, est arrivé à Faro ce matin et s’est rendu immédiatement vers les installations de la Police Judiciaire afin de participer à une réunion avec Paulo Rebelo, l’inspecteur qui coordonne l’enquête, et Guilhermino Encarnação, le Directeur National adjoint, responsable de la PJ pour l’Algarve.

Ligne d'enquête reste la plus correcte

Sont tombés à terre les espoirs du couple McCann de voir son statut de suspects – arguidos - être abandonné dans la séquence de la rencontre entre les experts de la police scientifique portugaise et leurs collègues britanniques. De la rencontre, qui a eu lieu à Elderby (Leicester), la police portugaise est ressortie avec la conviction de que la ligne d'enquête suivie jusqu’à présent reste la plus correcte et, comme confirme une source proche de l’investigation, le statut de Kate et Gerry McCann ne va pas changer. Leur statut pourra même se prolonger jusqu'à ce que le Ministère Publique se décide d'avancer avec le dossier vers le tribunal.

C’est l’inspecteur Ricardo Paiva – donné comme l’homme de confiance de Paulo Rebelo – qui à conduit l’équipe portugaise, qui étais encore composé par les deux techniciens du laboratoire de la police scientifique, Luis Viriato et Fernando Viegas, mais aussi par Francisco Corte Real, le vice-président de l'Institut de Médecine Légale et expert qui accompagne le cas Madeleine depuis le premier jour.

Pendant la réunion, ont été comparés les résultats obtenus par le Forensic Science Service de Birmingham et ceux que les laboratoires portugais avaient obtenu dans la première phase des recherches. Les spécialistes portugais ont voulu aussi connaître les méthodes et procédures utilisées par le laboratoire britannique dans l’expertise des vestiges prélevés dans les deux appartements occupés par le couple McCann et dans la Renault Scénic loué pendant leur séjour à Praia da Luz. Les experts portugais ont également révisé les résultats des analyses concernant Robert Murat, notamment ceux des vestiges provenant de sa maison, ses voitures et de la propriété de son oncle.

6184e2e53254653603e9651ff72557a2.jpgDe retour au Portugal, qui à eu lieu plus tôt de ce qu'initialement était prévu, l’équipe d’experts à apporté des nouveaux résultats mais aussi les détails des diligences effectuées par leurs collègues britanniques, y inclut la liste d'appels téléphoniques des McCann, et leurs amis, pendant le mois de mai.

Le porte-parole du couple McCann, Clarence Mitchell, à réagi insistant à nouveau dans l'urgence de que les soupçons contre Kate et Gerry soient abandonnés: "Nous avons l’espoir de que cette rencontre puisse aider à écarter les soupçons contre le couple".

Contrairement ce qui le couple prétendait, son statut de suspects va ainsi se maintenir au delà de Noël, date qui était indiquée comme étant extrêmement important pour des raisons que le porte-parole du couple n’a pas voulu préciser mais qu’ont peux supposer comme étant liés au financement de leur défense et à la situation financière du "Madeleines Fund: Leaving No Stone Unturned Limited".

95c0ee1f23d4957cb93b75a214e2edfc.jpgAvec le renforcement de la ligne d'enquête en cours, les investigateurs disposent de huit mois pour conclure l'enquête, période après laquelle le dossier de l’enquête devient public, une imposition du nouveau Code de Procédure Criminelle.

Robert Murat, Gerry et Kate McCann ont été mis en examen avec la mesure de coaction la moins sévère, soit le terme d'identité et résidence. Murat a été constitué "arguido" le 14 mai (les huit mois finissent en janvier), et le couple McCann le 7 septembre, (leur délai finit en mai). Une des particularités du statut des trois suspects implique l’impossibilité de s’absenter plus de cinq jours sans l’accord de la police, ce que permet, par contre, le voyage que le couple McCann va effectuer demain matin vers une destination encore inconnue.

Un bon article (en espagnol)