Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/01/2009

Le papa de Maddie est retourné au Portugal

getimage.jpg18:25 Lisbonne — Gerry McCann est arrivé aujourd’hui au Portugal ou il a rencontré l’avocat Rogério Alves. Le père de Maddie s’est également entretenu avec diverses personnes liées au gouvernement portugais, notamment grâce à l’intervention des diplomates britanniques à Lisbonne qui l’ont toujours accompagné.

Aux journalistes, il a garanti qu’il s’agit de la première de "plusieurs visites" pour établir de nouvelles diligences dans la recherche de sa fille, mais il s’est refusé à expliquer quelles seraient ces diligences et pourquoi il n’avait pas jugé opportun de coopérer avec la Police judiciaire dans le passé.

Gerry et Kate McCann ont quitté le Portugal en septembre 2007 après été constitués arguidos par les autorités portugaises, depuis le couple avait toujours refusé l’idée de retourner au Portugal et de coopérer avec la Police judiciaire, notamment dans la reconstitution des événements de la nuit du 3 mai 2007.

Selon une source du Home Office à Londres, le père de Madeleine McCann, avant d’entamer son voyage au Portugal, a obtenu toutes les garanties de qu’il ne serait pas inquiété par les autorités portugaises.

L’investigation à la disparition et mort de sa fille Madeleine a été mis en attente de meilleure preuve par décision du Ministère public que refuse depuis lors à le rouvrir, ceci malgré des demandes introduites dans ce sens, comportant des éléments nouveaux.

Gerry McCann aurait retrouvé l’envie de travailler avec les autorités portugaises

Arrivé à l’aéroport de Faro pour une visite de deux jours sans la compagnie de sa femme Kate, le père de Maddie a exprimé aujourd'hui son intention de coopérer avec les autorités portugaises dans les recherches de sa fille, disparue en mai 2007, estimant qu'il existe encore "de très bonnes chances de que Maddie puisse être retrouvé en vie et en bonne santé".

Gerry McCann, sans expliquer pourquoi le couple n’a pas demandé lui-même la réouverture de l’enquête pendant qu’il était temps, a voulu souligner sa "volonté de travailler avec les autorités, autant que possible".

Selon le père de Maddie, il a discuté avec son avocat, Rogério Alves, la meilleure façon de collaborer avec les autorités portugaises avec "le but est de voir ce qui peut encore être fait dans la recherche de Maddie", car, affirme’ il, la police britannique et la police de plusieurs autres pays continuent à recevoir des informations de différentes sources "sur ce qui est arrivé à Madeleine", ainsi que les rapports de “possibles observations."

Dans une interview Gerry McCann à affirmé ne pas avoir l'intention, au moins pour l'instant, de procéder à une procédure judiciaire contre l’État portugais ou toute autre entité, y compris les médias, en soulignant vouloir "aller de l'avant et non en arrière".

Mise à jour 21 h 12

06/08/2008

McCann : la police portugaise n'a pas fait un mauvais travail

569e86912ed72b5a16a7ae63041de430.jpg Selon Rogério Alves, ancien Bâtonnier de l’Ordre des Avocats Portugais, et avocat des McCann, Gerry et Kate "ont été évidemment frustrés parce qu'ils n’ont pas pu découvrir ce qu’est arrivé à leur fille et qui en était le responsable, mais ça n'implique pas que la police (Portugaise) a fait un mauvais travail."

L’avocat, en déclarations au Barlavento online, reconnaît encore que les McCann "ne voient aucune raison de poursuivre en justice le gouvernement portugais."

Questionné à propos du droit donné par le système judiciaire portugais aux McCann, de demander eux-mêmes la réouverture du procès et la continuation de l’enquête de forme officielle, Rogério Alves affirme qu’après l'analyse des 30.000 pages du procès, il est préférable de "ne rien faire rien et laisser tout comme il est".

D’après la loi, après la décision du Ministère Public, Kate et Gerry McCann, tout comme Robert Murat, ont 20 jours pour demander la réouverture de l’instruction du procès, délais que dans leur cas se prolonge jusqu’au 20 septembre en vertu de la période de vacances judiciaires.