Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/02/2009

"Il n´y a pas de volonté politique pour rouvrir le procès".

Gonçalo Amaral affirme que les autorités ont voulu abandonner l´affaire Maddie

par Duarte Levy dans le 24 Horas

L´ex-inspecteur da PJ qui a dirigé les investigations suite à la disparition de Madeleine McCann, fait de fortes critiques aux autorités anglaises et portugaises.

Português - English

Imagem1333.jpgDans une entrevue enregistrée à Vigo, Espagne, en octobre de l´année dernière, mais révélée que maintenant, l´ex-coordinateur de la PJ, Gonçalo Amaral, accuse les autorités de n´avoir aucune volonté politique pour rouvrir le procès et les investigations de la disparition de Madeleine McCann.
"Il n´y a aucune volonté politique, il n´existe pas de volonté politique pour rouvrir le procès" accuse l´ancien responsable des investigations, ajoutant que "quand on archive un procès de ce genre, avec tant de diligences a faire, avec autant de faits qui devaient être éclaircis, c´est qu´il n´y a aucune volonté de poursuivre avec l´enquête et ceci a été très clair quand nous sommes sortis des investigations le 2 octobre."
Pour Gonçalo Amaral, il y a eu une claire intention de la part des autorités portugaises d´abandonner les investigations et "maintenant ça sera très difficile de rouvrir le procès".
Dans l´entrevue, disponible en vidéo sur internet (http://joanamorais.blogspot.com), Gonçalo Amaral dénonce l´existence de "situations dans le procès que n´ont pas été prises en compte, qui n´ont pas été lues ou connues par qui avait le droit de les connaître", soulignant que la déclaration du couple de médecins anglais qui faisait référence a des vacances à Majorque, ou ils se rendirent compte de "gestes et mots qui indiquaient l´existence d´un agresseur de mineurs" dans le groupe de personnes qui passaient leurs vacances" n´a pas été pris en compte avant l´archivage du procès.
Pour Gonçalo Amaral, les responsables du Ministère Publique n´ont pas lu les détails du procès, ajoutant qu´il "ne croit pas qu´ils aient lu de telles déclarations et sont passé par dessus ça".

Les Anglais accusés de blocage

L´auteur du succès "Maddie : la vérité du mensonge", le livre qui continu sans être édité en Angleterre, au sujet de la collaboration avec les autorités britanniques, a aussi accusé "les plus hauts de la hiérarchie de la police anglaise" d´avoir bloqué l´avancé des investigations. Selon l´ancien inspecteur de la police judiciaire, sur le terrain, la coopération des officiers anglais "était très étroite, très intense", mais les choses n´avançaient pas une fois arrivée à la hiérarchie.

Affaire confidentielle en Angleterre

Pendant l´enquête à la disparition de Maddie, les policiers anglais ont été "invité" à signer un document de confidentialité qui les empêche, même aujourd´hui, de parler sur ce qui s’est passé au Portugal ou en Angleterre, une procédure qui n´est pas normale dans la police anglaise. "C´est normal dans les affaires des services secrets, et ce document est signé tout de suite au début, mais pas avec la police d´investigations criminelles."
L´ex-coordinateur du DIC de la PJ de Portimão va encore plus loin et se souvient que c´était Stuart Prior, un des plus importants responsables de la police anglaise, envoyée au Portugal, qui lui avait dit, à propos des indices récoltés contre les parents de Madeleine, "qu´avec beaucoup moins il avait déjà arrêter des personnes en Angleterre."

Duarte Levy

10/08/2008

La reconstitution finale

Lire aussi:

c1841b7c91a5929f04e93df7c8a55448.jpgEn avril 2008, Paulo Rebelo a donné une réponse détaillée aux amis des McCann, à propos de leurs arguments et doutes au sujet de la reconstitution des événements du 3 mai. Il a précisé qu'une des conditions avancées par le groupe, celle de retirer à Kate et Gerry leur statut d’arguido préalablement — était impossible d’être accompli, car il n’y avait que le Procureur à détenir le pouvoir légal de la faire, pas la Police judiciaire (PJ).

À propos de la reconstitution, le problème principal du groupe des amis des McCann était clair : soit la PJ croyait dans leurs déclarations et alors la reconstitution n'était pas nécessaire, ou alors la PJ essayait d'obtenir quelque chose d’étrange avec cette diligence.

Ils ont voulu savoir quelles étaient les vraies intentions de la PJ. Après plusieurs échanges d’emails, passant préalablement par Stuart Prior, le groupe des Tapas 7 n’était pas convaincu de l'utilité d'une telle reconstitution.

Dans les réponses qui ont suivi, les amis de Kate et Gerry ont émis comme condition non seulement la levée du statut d’arguidos du couple McCann, mais également la divulgation d’un communiqué de la PJ dissipant les mensonges publiés par les médias portugais et en insistant dont il n'y avait aucun soupçon à propos des sept amis.

1ff2b0eebec36ae160b04581fa282d5a.jpgComme il était impossible d’accepter ou d’accomplir ces conditions, Paulo Rebelo, dans un email adressé à Stuart Prior le 29 avril, demande qu’une décision finale soit prise. Jane et Russel O'Brien ont été les premiers à répondre, disant oui, mais en attendant d’avoir davantage de conseils de leurs avocats. Rachel et Matthew ont envoyé une réponse semblable, mais soulignant qu’ils ne pourraient pas être au Portugal entre le 15 et le 17 mai 2008.

Diana, Fyona et David Payne ont également accepté, en attendant d’avoir le conseil de leurs avocats. Après les explications détaillées de la PJ, Jeremy Wilkins était disposé à participer, à condition que tous les autres témoins soient également au Portugal.

Le tribunal criminel prend la décision de fixer une nouvelle date : 29 et 30 mai 2008 C’est alors que Gerald McCann a demandé un changement de cette nouvelle date, parce que son avocat avait prévu un autre rendez-vous devant le Tribunal de Lisbonne, le 29 mai. Sa demande a été refusée, car il était impossible de procéder à un nouveau remaniement de la date, due au nombre de personnes impliquées.

Le 10 mai, Rachel et Matthew Oldfield envoient un email à Stuart Prior, lui communiquant leur décision finale : ils ne seront pas au Portugal pour participer à la reconstitution. Russel O'Brien, également le 10 mai, dit au Superintendant que comme ils ont apprit que Jeremy Wilkins, les Oldfield et la famille Payne avaient, une nouvelle fois, décidé de ne pas aller au Portugal, il n’y avait donc plus besoin de leur présence, car le Procureur avait dit que reconstitution ne pourrait pas avoir lieu si tous les témoins n'étaient pas présents.

Le 23 mai, tous les sept amis des McCann ont envoyé une réponse formelle à la demande de reconstitution faite par le Procureur, disant qu’ils n’y assisteraient pas, après conseil de leurs avocats. La reconstitution a été donc annulée par Juge du Tribunal d’Instruction criminelle en date du 26 mai 2008.

Duarte Levy & Paulo Reis

English version 

Gerry McCann a utilisé deux cartes de crédit

Lire aussi: Le sommeil des jumeaux

1a91934997dd4dc897a79cdc0a6be0ba.jpg

Selon une note d’information de l’Inspecteur Gary Watts de la Police du Leicestershire envoyé à France Kennah, le père de Madeleine McCann a utilisé deux cartes de crédit MasterCard.

Frances Kennah est le responsable de l'autorité centrale britannique, un département du Home Office (ministère de l’Intérieur), responsable de la coopération avec les forces de police étrangères.

La note, datée du 23 mai 2008, confirme la demande faite par les autorités portugaises, via une lettre rogatoire internationale, sollicitant tous les détails des transactions effectuées avec les deux cartes de crédit MasterCard utilisées par Gerry McCann.

La Police judiciaire (PJ) a demandé également les registres téléphoniques comprenant une période de six mois, commençant le 1er avril 2007, mais le Home Office à jugé que la période de temps était disproportionnée et a suggéré qu’ils pourraient uniquement fournir cette information pour les jours avant et après la disparition de Madeleine.

La note de l’Inspecteur Gary Watts révèle que le rapport concernant les transactions de ces deux cartes de crédit n'a pas été fini, après une conversation entre le Superintendent Stuart Prior et le destinataire de l'information, Frances Kennah.

Un précédent rapport à propos de la situation financière du couple McCann et de leurs amis, produit par l'Unité de Crimes Économiques de la Police du Leicestershire, n’avait trouvé aucun registre de cartes de crédit ou prêts au nom de Kate et de Gerry McCann.

Duarte Levy & Paulo Reis

English version