Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/09/2008

Portugal : PJ met fin à rapt parental de 3 enfants belges

5eaa7b6ac72216cbafe3302b927658ce.jpgCette nuit, les autorités portugaises ont mis fin au rapt parental de trois enfants de nationalité belge, disparues le 4 janvier de la ville de Deurne, Anvers. Les trois filles, Godelieve, Gerda et Truke Otto, âgés respectivement de 14, 10 et 7 ans, avaient été amenés par leur père, Cornelis Otto, contre la volonté de leur mère, Marie Castermans.

L’homme a été arrêté par la PSP dans la région de Viseu en collaboration avec la Police judiciaire qui a également placé les enfants dans une institution sociale en attendant d’être livrées à leur mère. L’organisation belge Child Focus, qui maintient un contact direct avec la maman, a été informée cette nuit, vers 3 h , par SOS Madeleine McCann.

Hier après-midi, l’Institut d’Appui à l’Enfant (IAC – Instituto de Apoio à Criança), organisme portugais responsable des dossiers d’enfants disparus ou en risque, avait une alerte nationale demandant de l’aide pour localiser d’urgence les trois enfants belges.

L’organisme avait mis à disposition des éventuels témoins le numéro de téléphone 116000, la ligne SOS Enfant disparue.

En janvier, quelques jours après leur enlèvement, Cornelis Otto, de 39 ans, et les trois enfants avaient été vus à Montijo, mendiant dans les rues de la ville. La police locale – PSP – avait même procédé à l’identification du père sans toutefois l’arrêter, car les autorités belges n’avaient pas émis de mandat de capture internationale. Après la divulgation de ce mandat, le 20 aout, la Police judiciaire avait intensifié les recherches.

Les autorités portugaises ont travaillé en collaboration avec la police fédérale et l’organisation "Child Focus".

Selon les autorités belges, les enfants, accompagnées par leur père, ont traversé l’Europe à bord d’une Peugeot Partner blanche, immatriculée XXH-802 et d’une caravane immatriculée YBE-6882. Pendant leur voyage, les enfants et leur père ont séjourné dans des campings pour de courtes périodes de temps ayant comme seul moyen de subsistance la mendicité, notamment en jouant d’un orgue de Barbarie.

Duarte Levy

24/08/2008

Détective des McCann infiltre réseau pédophile

“Il n’y a pas 36 manières d’infiltrer un réseau pédophile… Il n’y a que deux : soit vous êtes victime soit vous êtes bourreau,” explique un porte-parole de la Police fédérale belge confronté cette nuit avec l’information avancée par les médias britanniques de qu’un des détectives engagés au service de Kate et Gerry McCann aurait infiltré un réseau de pédophilie en Belgique.

Selon les médias britanniques, citent une source proche de la famille McCann, un des détectives de l’agence Oakley International aurait utilisé une partie des 600.000 euros payés par le Fonds Find Madeleine dans ses démarches pour infiltrer un réseau de pédophilie en Belgique.

“Nous n’avons pas connaissance de l’existence d’un réseau pédophile, surtout avec les caractéristiques que les médias britanniques ont prétendues. En Belgique, malheureusement, nous avons des pédophiles, de la même manière qu’ils existent au Royaume-Uni où, je pense, leur nombre et importance est largement supérieur à celui de nôtre pays,” affirme le même officier, soulignant que “la Belgique est connue pour le cas de Dutroux, mais il ne faut pas oublier que les Anglais ont eu Ian Huntley. Dans ce cas bien précis, si les détectives des McCann ont infiltré un supposé réseau ou approché des pédophiles en Belgique, pourquoi n’ont pas t’ils informé les autorités compétentes ?”

Selon les dernières informations, la Oakley International, une supposée agence de détectives, n’est plus au service des McCann, après six mois d’une relation qui n’aura produit le moindre résultat, mais qui aurait couté 600.000 euros au fond crée par Kate et Gerry McCann après la disparition de Madeleine.

Après les Espagnoles de Metodo 3, la Oakley International, prétendument composée d’anciens agents des services de renseignement britanniques et américains, était supposée maintenir l’hotline des McCann, investiguer plusieurs pistes et analyser les éventuelles images des nouveaux témoignages à propos de Madeleine.

à suivre...

Duarte Levy et Paulo Reis

11/08/2008

La fillette aperçue à Molenbeek n'était pas Maddie

Selon une information officielle du parquet fédéral belge, la fillette blonde aperçue lundi dernier, le 4 aout, à proximité du siège de la banque KBC à Molenbeek-Saint-Jean (Bruxelles)  n'était pas la petite Britannique Madeleine McCann.

C’est le papa de la petite fille qui a contacté la police après avoir vu les images de la vidéo de surveillance, divulguée par le journal britannique The Sun.

La police belge avait ouvert une enquête officielle après avoir reçu de la société de gardiennage Securitas l’information de qu’un des vigiles du bâtiment avait aperçu une fillette blonde qui correspondait au signalement de Madeleine McCann.

L’information initiale, donnée en exclusivité par SMM, avançait que le vigile affirmait avoir vu une fillette blonde, parlant anglais et âgée de cinq ou six ans, en compagnie d'une dame d'origine nord-africaine.

"Le père de la fillette a vu lui-même les images et s'est présenté à la cellule disparitions," à expliqué le porte-parole du parquet fédérale, Lieve Pellens, rajoutant que, selon les déclarations du papa à la police, la fillette était exceptionnellement à Bruxelles ce jour-là en compagnie de sa baby-sitter.

Journalistes n’ont pas manqué d’ingéniosité

L’importance donnée par les autorités belges au témoignage du vigile – qui avait agi de bonnes fois – à amené plusieurs quotidiens britanniques à Bruxelles. Le quotidien The Sun, en divulguant les images de la vidéo surveillance, à permis de clôturer rapidement cette piste. La police avait commencé une enquête de proximité, notamment via les agents de quartier, dans l’espoir de retrouver la fillette dans la commune de Molenbeek-Saint-Jean.

Les journalistes britanniques n’ont d’ailleurs pas manqué d’ingéniosité pour retrouver la fillette : l’équipe du Daily Express avait même distribué, dans tous les magasins du quartier, des affiches comportant la photo de la gamine et de sa baby-sitter tandis que The Sun à retrouvé un deuxième témoin qui à confirmé les dires du vigile à propos de la ressemblance entre la fillette et l’image que le public connaît de Maddie.

Duarte Levy & Paulo Reis 

07/08/2008

Le réseau belge et l’ombre de Toscano

Lire aussi: L’affaire McCann : Le Home Office s’est refusé à donner des informations à propos des cartes de crédit de Gerry

7d19f2bd397facc233fa53070b0754b3.jpgL’information contenue dans l’email écrit par John Shord, un officier de police britannique, à la Police du Leicestershire et transmise aux autorités portugaises, donnant compte de que Madeleine McCann aurait été kidnappée sous commande d’un réseau de pédophilie belge, est parti d’informations mises à circuler par António Toscano, un prétendu journaliste espagnol qu’affirmait être spécialiste dans les affaires d’enlèvement.

Toscano, qui attribuait à un dénommé El Frances l’enlèvement de Madeleine sous ordres d’un réseau pédophile, a été entendu à plusieurs reprises par les autorités portugaises, mais ses allégations ont vite été écartées après enquête. L’espagnol avait même demandé à être reçu par Kate et Gerry McCann qui avaient refusé.

"Les services de renseignement suggèrent qu'un réseau de pédophile en Belgique à fait une commande d’une jeune fille trois jours avant que Madeleine soit prise," avance l’email rajoutant que "quelqu'un de relié à ce réseau a vu Maddie, a pris une photo d’elle et l'a envoyée en Belgique (*). L'acheteur a convenu que la fille était appropriée et Maddie a été prise."

Selon un ami des McCann, cité par The Telegraph à propos des réseaux pedophiles en Belgique, le trafic y serait aussi courant qu’il est facile de trafiquer en Afrique du Nord.

L’information des médias britanniques est d’autant plus surprenante quant ont se souvient que la plupart des journalistes outre-Manche ont reçu la même copie du procès, dans laquelle il y a tous les détails du travail mené par la Police judiciaire, conjointement avec la police britannique, à propos de ces révélations.

Témoignage hollandais a été vérifié

354dbd73bf160747b5b165afa65d05b4.jpgUne source de la police hollandaise, contactée à Amsterdam, à confirmée avoir investigué le témoignage d’Anna Stam et avoir écarté toute possibilité de que l’enfant aperçue soit Madeleine McCann. Dans un anglais parfait, l’officier affirme ne pas comprendre l’acharnement des médias, car, selon lui, "les autorités portugaises ont demandé et obtenu, via Interpol, la collaboration de la police hollandaise et les conclusions de l’enquête menée aux Pays-Bas ont été envoyés aussi bien au Portugal qu’au Royaume-Uni."

The Telegraph, citant le porte-parole des McCann, Clarence Mitchell, affirme que la "révélation" viendrait renforcer la théorie de Kate et Gerry McCann de que leur fille aurait été enlevée par un réseau international.

Anna Stam, une vendeuse d’Amsterdam, la même ville où Kate et Gerry ont vécu avant la naissance des jumeaux, est une parmi plus d’une dizaine de néerlandais qui ont contacté la police affirmant avoir aperçu Madeleine, mais, à chaque fois, la piste s’est révélée fausse.

La Police judiciaire avait notamment, à propos de tous ces témoignages, aussi bien aux Pays-Bas que dans le reste du monde, demandé l’appui d’Interpol. Dans un fax envoyé depuis Lyon, siège européen de l’organisation, et qui figure dans les documents que tous les journalistes ont reçus (y inclus les Britanniques), met à disposition des autorités portugaises toute la logistique de l’organisation.

Vu que le témoignage hollandais n’est pas cas unique, il faut probablement s’attendre à d’autres "révélations", car Madeleine reste l’unique enfant disparue qu’a réussi à être aperçue sur tous les continents, parfois le même jour.

Duarte Levy & Paulo Reis

(*) les Belges connaissent mieux que personne "l’effet Dutroux" : après cette affaire, il était devenu courant d’associer l’image du pays et des Belges à la pédophilie. Pourtant, le pays entier, indépendamment des questions politiques ou linguistiques, talon d’achillée de la société belge, était descendu dans la rue pour demander des reformes dans le secteur de la justice et en particulier dans la police. S’il y a bien un pays en Europe où des efforts ont été faits pour éviter une autre affaire semblable à celle de Dutroux c’est bien la Belgique et aujourd’hui c’est devenu monnaye courante les autorités du pays donner appui et collaboration à ses partenaires européens, comme c’était le cas dans le procès de Michel Fourniret et de son épouse Monique Olivier.

15/01/2008

Metodo 3: Espagne, Maroc ou Belgique… tout sauf le Portugal

7b23e0c756b79b7add3c6edd8ab4740e.jpgMadeleine McCann aurait été choisi par des pisteurs au service des cercles pédophiles et kidnappé sous commande avant d’être transporté, via l’Espagne, vers le Maroc ou la Belgique. L’affirmation est de Francisco Marco, le directeur de Metodo 3, l’agence de détectives basée à Barcelone.

Francisco Marco, qu’avait déjà promis de ramener la petite britannique à ses parents "à temps de passer noël en famille", n’explique pas comment l’enfant le plus recherché du monde aurait fait le voyage entre Praia da Luz et le Maroc ou la Belgique, mais affirme que ses détectives sont occupés à investiguer la Costa Blanca, entre Valencia et Alicante, région ou serait installé le réseau pédophile. Le directeur de Metodo 3, payé 420.000 euros pour six mois d’investigations, après avoir reconnu publiquement que Madeleine n’étais pas au Maroc et que le kidnappeur n’etais pas espagnol, reviens maintenant sur ces propres déclarations.

f158890c1dd1ff37034ca64ae13c3c78.jpgMetodo 3, critiqué par les proches des McCann pour les déclarations aux média, avait fait son apparition dans l’enquête par l’annonce de la découverte d’une fillette américaine kidnappé et retenue au Maroc, un fait que s’est avéré comme étant faux par la suite et qui est venu se rajouter à la révélation d’un passé avec des démêlés avec la police.

Plus de huit mois après la disparition de Madeleine McCann, Metodo 3, Control Risk et maintenant Hogan International, trois agences d’investigateurs, se sont pas parvenues à retrouver la moindre piste concernant la petite britannique et le travail de la police portugaise et britannique continue à se concentrer sur le couple McCann et les britanniques présents au Tapas Bar la nuit de la disparition. (En photo, Martina Lado et Francisco Marco, directeurs de Metodo3)

(English)

Aujourd’hui:

Eurojust confirme demande pour réinterroger groupe du Tapas Bar

Madeleine n’est pas passée par les Canaries