Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/05/2008

Remplacement du directeur de la PJ apporte nouveau souffle à l’enquête McCann

9537355a8f49a350e81f074d1930a062.jpg

Au Portugal, plusieurs inspecteurs contactés ce soir, ont affirmé leur surprise et satisfaction avec la nomination de leur collègue Almeida Rodrigues à la tête de la Police Judiciaire (PJ), en remplacement d’Alipio Ribeiro, le directeur national démissionnaire.

Selon les inspecteurs, "cette nomination apporte un nouveau souffle à la Police Judiciaire et en particulier aux investigations en cours, notamment à l’enquête qui concerne la disparition de Madeleine."

Alipio Ribeiro, le directeur national démissionnaire, avait perdu le support de la quasi-totalité des inspecteurs de la PJ après avoir écarté Gonçalo Amaral de la coordination du Département d’Investigation Criminelle (DIC) de Portimão, lui retirant par la même occasion la responsabilité de l’enquête Madeleine.

Le mandat d'Alípio Ribeiro comme directeur national de la PJ, qui finissait en avril d’année prochain, a encore été marqué par plusieurs polémiques, la dernière en date le conduisant vers la démission : Alipio Ribeiro avait affirmé aux médias que le passage de la PJ sous la tutelle du Ministère de l'Administration Interne irait apporter une plus grande "efficacité."

Sa position au sein de la Police Judiciaire était déjà très affaiblie en conséquence d’une précédente déclaration fed44d232333983af9188f864f0d12dc.jpgcontroversée, à propos de l’enquête Maddie, ou Alípio Ribeiro avait affirmé, dans une entrevue, qu’il y aurait eu "précipitation" dans la constitution du couple McCann comme arguidos.

Carlos Anjos, président de l’Association Syndicale des Fonctionnaires d’Investigation Criminelle (ASFIC) PJ, s'est félicité du choix du gouvernement soulignant "qu’il s’agit de la première fois qu’un policier de carrière est indiqué pour diriger l’institution," un poste confié habituellement à un magistrat.

L’annonce de la nomination du nouveau directeur national de la PJ à été fait cette après-midi par le Ministère de la Justice par la voie d’un communiqué, précisant que le ministre avait "accepté la demande de démission d’Alipio Ribeiro. "

L’inspecteur José Maria d'Almeida Rodrigues, âgé de 49 ans, est licencié en droit et occupait jusqu’à présent le poste de coordinateur du DIC de Coimbra. Tout au long de sa carrière dans la PJ il à été confronté à quelques cas difficiles et médiatiques, notamment l’investigation des crimes d’inspiration sataniques à Aveiro et du Serial Killer de Santa Comba Dão. Plus récemment ont le retrouve derrière l’arrestation de l’ennemi public numéro un d’Espagne, connu comme "El Solitario", accusé de l’assassinat de trois personnes et de plus de trente attaques à main armé à des banques.

Selon une source proche du nouveau directeur, parmi ses adjoints, ont retrouvera un des inspecteurs en charge du dossier d’enquête à la disparition de Madeleine McCann.

Surveillance vidéo mise en cause au Royaume-Uni

2c6b1de507c870bc3a95390c10e2938a.jpgUne des critiques trop souvent avancés par les médias britanniques à propos du cas de disparition de Madeleine McCann à été aujourd’hui sérieusement ébranlé après que le directeur du département d’images de Scotland Yard, Mike Neville, à révélé que seulement 3% des crimes commis dans les rues de Londres ont été résolues grâce aux images vidéo.

Après la disparition de Madeleine McCann de l’appartement de vacances de ses parents, plusieurs médias britanniques avaient pointé du doigt la quasi inexistence de cameras vidéos dans les rues portugaises.

La surveillance vidéo sur la voie publique, au Portugal, obéit à des règles très strictes, ce que n’a pas empêché les inspecteurs de la Police Judiciaire de mettre la main sur des images de Madeleine capturés à Praia da Luz.

Selon l’officier britannique, qui ne parlait pas dans le cadre de l’affaire McCann, l’utilisation des cameras de surveillance vidéo, en dépit de l’énorme investissement, ne réduisent pas la criminalité.

La présence des cameras n’est pas un facteur de dissuasion car, affirme le détective, si les criminels partent souvent du principe qu’elles sont hors service, les agents de police, à son tour, n’aiment pas regarder les enregistrements considérant "qu’il s’agit d’un travail trop dur. "

Couple irlandais prend la fuite pour ne pas comparaitre devant le tribunal

Le couple irlandais qui avait été trouvé dans un état de coma éthylique et incapable de s’occuper de ses trois enfants, âgés de un à six ans, a quitté le Portugal sans comparaître devant la juge Beatriz Borges du Tribunal de Famille et Mineurs de Faro, ou il était attendu aujourd’hui.

Contactée, l’ambassade à Lisbonne s’est limitée à confirmer que le couple avait pris un avion de retour vers son pays avant même la fin de ses vacances.

Selon une source du Ministère Public, le dossier sera envoyé au Royaume-Uni afin que les autorités locales puissent vérifier le bien-être des enfants et décider des éventuelles sanctions à prendre à l’encontre du couple. Au Portugal, c’est maintenant à la juge Beatriz Borges d’apprécier s’il y a lieu de continuer la procédure.

90c68949e75eacb915d3ff211b8dfa35.gif

2aec7ebcddcd8fd2249da4aeb57f1571.gifd6af64f561dfb9659140e0ba10a9a9ed.gif7935487696b9ac8686f3d3c27763675e.gif

 

Voulez vous réagir à cet article ? Email

30/04/2008

McCann veulent interdire "La vérité du mensonge"

6818cbddc5099cee9a249fd722c40daa.jpg(Mise à jour) L’annonce de la publication du livre "La vérité du mensonge", signé par l’inspecteur de la Police Judiciaire (PJ) Gonçalo Amaral, ancien responsable de l’enquête à la disparition de Madeleine, inquiète Kate et Gerry McCann qui ont demandé à leurs avocats de faire interdire toute publication.  

Indépendamment de l’idiome de publication, le couple McCann, selon un proche, est prêt à entamer des poursuites en justice contre l’inspecteur si son livre révèle certains détails des événements qui ont entouré la disparition de Maddie.

Au Portugal, les avocats du couple se sont déjà penchés sur la question de savoir si l’inspecteur aurait, ou non, le droit de publier un livre qui révèle les détails d’une enquête qu’il à lui-même dirigé et sur laquelle il doit garder une certaine réserve malgré son annonce de quitter les cadres de la PJ.

Des contacts informels ont été faits auprès de la direction nationale de la Police Judiciaire afin de connaître les éventuels limitations à que Gonçalo Amaral serait obligé.

Le responsable en communication des McCann à déjà lancé un avertissement: si le livre de l'inspecteur Gonçalo Amaral réussi à être publié, "les avocats vont le lire avec attention", affirme Clarence Mitchell.

34f3f39b0e068628574e4c2c036f319b.jpgGonçalo Amaral, coordinateur du Département d’Investigation Criminelle (DIC) de la Police Judiciaire (PJ) à Portimão au moment de la disparition de Maddie, à été responsable des investigations qui ont amené à que Kate et Gerry McCann soient constitués arguidos, suspects d’avoir simulé l’enlèvement de leur fille et la dissimulation de son corps.

Ecarté de l’enquête en octobre 2007 par le directeur national de la PJ, officiellement en conséquence d’un article du Diário de Noticias, signé par José Manuel Oliveira, lui attribuant des déclarations critiquant le travail de la police britannique, l’inspecteur Gonçalo Amaral continue à bénéficier de la confiance inconditionnel de ses collègues mais également de l’Association Syndical des Fonctionnaires d’Investigation Criminelle (ASFIC).

L’arrivée de l’inspecteur Paulo Rebelo à permis une révision du dossier mais la ligne d’enquête n’a jamais changé car toutes les pistes et indices suivies par Gonçalo Amaral ont maintenu sa valeur.  

Après son départ de la Police Judiciaire, Gonçalo Amaral compte entamer des poursuites en justice contre plusieurs médias britanniques que, à default de trouver une faille à son parcours professionnel, avaient choisie de traiter l’inspecteur d’ivrogne, gros, etc.

3 livres : Maddie, l’enquête et la machine McCann

Si le livre "La vérité du mensonge" – encore sans date de publication déterminée– n’apporte pas l’opinion personnelle de Gonçalo Amaral à propos de la disparition de Madeleine, il permet toutefois aux lecteurs de comprendre le travail de la police portugaise et britannique qui à conduit les McCann à être constitués comme arguidos.

Selon l’avocat António Paulo Santos qui représente l’inspecteur, dans "La vérité du mensonge", Gonçalo Amaral ne donne pas son opinion personnelle à propos de la disparition de Madeleine.

"Le livre sera le récit de quelqu'un qui à vécu l’investigation de l’intérieur, mais aussi de tous les faits qui l'entourent. Il interprète les faits et les indices", affirme l’avocat, soulignant que le sujet du livre, prévu en portugais et anglais, n’est pas Maddie mais plutôt l’enquête à sa disparition.

En anglais, c’est au tour de Kate et Gerry McCann d’annoncer qu’ils négocient la publication d’un livre qui raconte leur expérience après la disparition de leur fille. Selon plusieurs sources, une avance de plus d’un million et deux cents mil euros à été proposé au couple pour leur récit.

Selon leur responsable en communication, le livre signé par les McCann raconte leur version de l’histoire. "L’unique livre officiel", souligne Clarence Mitchell.

Aucune date n’est encore avancée pour la sortie du livre mais, selon les estimations de plusieurs experts de l’édition, il risque de devenir, au Royaume-Uni, un succès financier sans précédentes.

La machine McCann racontée en français

08f40e4bfa27793a16b30d730292bbb9.jpgUn troisième livre, cette fois-ci en français, viendra apporter une vision différente de l’affaire McCann. Cosigné par plusieurs journalistes et édité au départ de la Belgique, le livre raconte comment et pourquoi la machine médiatique à été mise en place avant même le début de l’enquête à la disparition de Madeleine McCann.

4f15594eae0bace0931154957aba21f5.jpgPrévu pour le mois de juin, il démontre comment la diplomatie britannique à influencé le déroulement des investigations, notamment par la mise à disposition des McCann des moyens de l’état, mais il explique également quel à été le rôle de chaque intervenant.

Divers documents confidentiels et transcriptions d’enregistrements d’appels téléphoniques vont illustrer le récit.

90c68949e75eacb915d3ff211b8dfa35.gif

2aec7ebcddcd8fd2249da4aeb57f1571.gifd6af64f561dfb9659140e0ba10a9a9ed.gif7935487696b9ac8686f3d3c27763675e.gif

 

Voulez vous réagir à cet article ? Email

22/02/2008

Gonçalo Amaral va être jugé

0606c6dd4d2fd49b04dba103b1d7a8b1.jpg

"Une affaire qui n’a rien en commun avec le cas Maddie"

Gonçalo Amaral, l’ancien coordinateur des investigations à la disparition de Madeleine McCann, va être jugé par le Tribunal de Faro accusé de ne pas avoir dénoncé une prétendue agression à la mère de Joana Cipriano, la petite fille disparue le 12 septembre 2004.

La juge d’instruction criminelle du Tribunal de Faro, Ana Lucia Cruz, à décidé d’avancer vers le jugement de cinq inspecteurs de la Police judiciaire, accusés par le Ministère Public dans le cadre d’une prétendue agression à Leonor Cipriano.

Les inspecteurs Leonel Marques, Pereira Cristóvão e Paulo Bom sont accusées de torture. Le quatrième, António Cardoso, est accusé de falsification de documents car il aurait prétendument menti dans le rapport de ce qui serait arrivé à la mère de Joana.

Gonçalo Amaral, le seul inspecteur qui appartient au siège régional de l'Algarve, n’a jamais été accusé par la mère de Joana d’agression, comme l’ont prétendu plusieurs médias britanniques. L’inspecteur, est accusé de ne pas avoir dénoncé la prétendu agression mais son avocat, Maître Antonio Cabrita, considère que, malgré le fait que Gonçalo Amaral était le coordinateur de l’investigation, il n’a pas "l’obligation de tout savoir", soulignant que, dans ce cas, il fallait juger également le directeur national adjoint et le directeur national de la Police Judiciaire.

António Pragal Colaço, l’avocat des inspecteurs de la Police Judiciaire de Lisbonne accusées par le Ministère Publique d’avoir agressée Leonor Cipriano, avait annoncé, le 11 février, que ses clients allaient être jugés "pour une question politique".

Si Leonor Cipriano, condamnée à 16 ans de prison pour l’assassinat de sa fille, prétend avoir été agressée et torturée par trois inspecteurs de Lisbonne, la Police Judiciaire a toujours affirmé que la maman de Joana a voulu se suicider en se jetant du haut des escaliers.

08/02/2008

Pressions britanniques "ont affecté le bon déroulement de l’enquête"

26bea993378e4cda34577db9e9f290c9.jpgDavid Miliband, le ministre des Affaires étrangères britannique (Foreign Office), présent au Portugal au moment des interrogatoires de Kate et Gerry McCann, a été informé préalablement par son homologue portugais de l’intention des autorités portugaises de constituer le couple comme arguidos et de l’arrestation éminente de Kate McCann. "C’est le ministre en personne qui avait donné des instructions au consulat de Portimão pour négocier le départ des McCann, assurant qu’il n’y aurait pas de prison préventive," accuse un des diplomates qui avait traité le dossier à l’époque, rajoutant "qu’habituellement ce n’est pas notre rôle officiel".

"La justice portugaise est en train de faire son travail et les services consulaires britanniques sont en train d'accomplir leur obligation," avait dit Miliband à l’agence EFE en marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne au Portugal.

Même si le sujet reste délicat, aussi bien au Portugal qu’au Royaume-Uni, le diplomate maintien ses affirmations : "le travail des délégués du Foreign Office, en particulier celui de Clarence Mitchell, a affecté le bon déroulement de l’enquête".

cbc6105ee53d18c12ebbd91a38c6f726.jpgC’est le Premier ministre Gordon Brown (Chancellor of the Exchequer au moment des faits) en personne qui avait recommandé l’envoi de Clarence Mitchell au Portugal comme délégué du Foreign Office avec l’instruction spécifique d’accompagner le couple McCann et d’augmenter la pression sur les autorités portugaises.

"Il avait plus d’autorité que le consul ou l’ambassadeur… et il ne s’est pas fait prié de l’utiliser," affirme le même diplomate (qui n’est plus en poste au Portugal aujourd’hui).

Après un entretien entre les McCann et la Police judiciaire, Clarence Mitchell aurait souligné – affirme le diplomate – que "l’inspecteur Gonçalo Amaral était un obstacle mais que la presse allait continuer à se charger de lui et qu’il finirait par être écarté de l’enquête".

Malgré une  véritable campagne d’acharnement de la presse britannique contre l’inspecteur Gonçalo Amaral, coordinateur du Département d’Investigation criminelle de Portimão (DIC), le responsable de l’enquête concernant la disparition de Madeleine McCann a su résister jusqu’au mois d’octobre. La publication par le Diário de Noticias d’un article, selon lequel Gonçalo Amaral aurait accusé la police 2e63421b2fa6855682d7f433301eac9b.jpgbritannique de travailler uniquement "sur ce que prétend le couple McCann et ce qui leur convient" a amené le directeur national de la Police judiciaire, Alipio Ribeiro, à l’écarter de ses fonctions : "c’est exactement ce que Clarence Mitchell avait préconisé," affirme notre source.

Gonçalo Amaral aurait été contacté par un journaliste à propos d’un email anonyme accusant une ancienne employée de l’Océan Club. "Le journaliste ou l'inspecteur lui-même aurait pu être manipulé," confirme notre source pour qui la police fait son travail, "aussi bien au Portugal qu'au Royaume-Uni", mais le cas "est devenu une question politique et diplomatique" dans laquelle personne ne veut perdre la face.

Manipulation ou pas, la journaliste avoue aujourd'hui son aversion à l’affaire Madeleine : "Je ne veux plus entendre parler de cette histoire".

Clarence Mitchell continue sa traque sur internet

Clarence Mitchell, ancien directeur de l’Unité de Surveillance des Média du gouvernement britannique – jamais remplacé dans ses fonctions -, continue sa traque des sites internet qui échappent au contrôle des McCann et du Fonds Madeleine. Le responsable des relations publiques du couple s’est attaqué au site "McCannfiles", crée par Nigel Moore, connu par les internautes comme une véritable base de données concernant les événements liés à la disparition de Maddie.

9b2c8679d5c951099939662cd362ea82.jpgClarence Mitchell accuse les sites internet qui ne sont pas liés au couple, comme c’est le cas de "Mccannfiles", de distraire l’attention du public des recherches de Madeleine, rajoutant qu’il "préférerait que l’effort et l’argent des gens aillent au Fonds Madeleine".

L’auteur du site, Nigel Moore, a passé plus de 500 heures de travail à rassembler toutes les informations disponibles à propos du cas de la disparition de Madeleine, soulignant qu’il y a encore "des questions auxquelles les McCann doivent répondre".

L’objectif du site n’est pas de créer des bénéfices mais son créateur a mis à la disposition des internautes la possibilité de contribuer aux frais de manutention du site via des dons.

Ce n’est pas la première fois que Clarence Mitchell s’en prend à des sites et forums sur internet avec une vision de l’affaire Madeleine différente de celle divulguée par le site officiel des McCann.

Clarence Mitchell aurait utilisé à plusieurs reprises les contacts et les services du gouvernement britannique afin de surveiller plusieurs journalistes mais aussi le comportement des internautes sur une liste de forums et blogs considérés comme "hautement nocifs" pour l’image des McCann et du gouvernement britannique.

Ministre de la Justice va s’expliquer au Parlement

Le CDS/PP, parti de l’opposition, a demandé l’audition du Ministre de la Justice au parlement. Le parti de la droite centriste veut connaître les raisons pour lesquelles le Ministre Alberto Costa a maintenu sa confiance dans le directeur national de la Police judiciaire après ses déclarations controversées. Plusieurs parlementaires, aussi bien du parti du gouvernement que de l’opposition, ont manifesté leur surprise et leur mécontentement à propos des déclarations d’Alipio Ribeiro.

(Mise à jour - 18H00) Le directeur national adjoint de la Police Judiciaire, Baltazar Pinto, en visite à l’ile de Madeira, a expliqué aujourd’hui que la polémique crée au tour des déclarations du numéro un de la PJ, Alipio Ribeiro, est le résultat d’un malentendu.

"Il s’agit d’un mal entendu car il faisait allusion au timing de la constitution comme arguidos", a expliqué Baltazar Pinto.

Alipio Ribeiro n’aurait pas mis en cause le statut des McCann mais le moment ou ils ont été constitués comme arguidos.

03/11/2007

Madeleine McCann: 6 mois

e1e697a4f998c1367422a727610afc54.jpg(Mise à jour) Les résultats des examens ADN arrivées au Portugal confirment que le corps de Madeleine McCann, la petite fille de trois, au moment de sa disparition, à été transporté dans le coffre de la Renault Scénic loué par ses parents, jusqu’avant leur départ pour le Vatican.

Les résultats démontrent, en autre, que la thèse de la contamination des échantillons par les vêtements aux les jouets de Madeleine est impossible, notamment du au grand nombre de traces retrouvées à plusieurs endroits de la voiture.

L’information, révélée publiquement par une source britannique – comme plusieurs média outre-manche ont divulgué – est prise avec précaution au Portugal car, même si le transport d’un corps sans vie est donnée comme confirmée, la Police Judiciaire se limite à confirmer que les résultats ont consolidé leur ligne d’enquête.

a3acf8881f0ae12a95ebf739d9eefdd4.jpgLa PJ considère que, malgré ces résultats que mettent en cause les parents – Gerry et Kate McCann -, il faut retrouver le corps de l’enfant afin de mieux comprendre ce qu’est vraiment arrivé à Madeleine. La police veux aussi comprendre le rôle des amis et familiers du couple, la nuit du 3 mai.

Par curiosité, ont signale aujourd’hui un mois depuis que l’inspecteur Gonçalo Amaral à été écarté officiellement de l’enquête, même si ces accusations de manque de coopération des autorités britanniques se sont, entretemps, confirmés.

Les McCann ont réagi par un appel au kidnappeur

9f8fa654166e6e2256a9b3aecfc9dc96.jpgAvec les média britanniques à faire état des résultats aux examens ADN à pointer, une fois encore, vers la culpabilité des parents, du moins pour ce que concerne le transport du corps de Madeleine, les McCann ont répondu par un communiqué distribué à la presse demandant l’aide de toute personne susceptible de fournir des informations sur sa fille, six mois jour pour jour après sa disparition.

"Six mois, c'est si long pour une petite fille séparée de sa famille", affirme Kate McCann, soulignant une fois encore que Madeleine est en vie "quelque part".

Kate et Gerry McCann participant ce soir à une cérémonie religieuse œcuménique dans l'église anglicane du village de Rothley, (Leicester). La messe est prévue pour 21h30 locales (22h30 heure de Paris). Des prières doivent être récitées pour Maddie mais également pour  d'autres enfants disparus.

Toujours le Maroc

Pendant qu’au Portugal et au Royaume-Uni ont ce concentre sur les résultats des examens ADN effectués dans le cadre  de l’enquête à la disparition de Madeleine McCann, au Maroc, l’agence Metodo3 affirme, une fois encore, qu’ils sont proches de retrouvez la petite fille en vie.

"Nous sommes confiants d’être près de trouver Madeleine en vie, nous sommes sur le chemin pour la récupérez", affirme Metodo3, en déclarations au Daily Express.

f3a016a74826190450d98de5f0d8ce01.jpgAprès des témoignages en provenance du Portugal, Espagne, France, Belgique, Malte, Chypre, Suisse, c’est maintenant au Maroc, après l’intervention de Metodo3, que semblent se concentrer les nouveaux témoins. Majid Jazoili et Naoual Malhi sont les derniers. Le premier aurait affirmé que Madeleine serait dans un village du nord du Maroc au sein d’une famille composé par trois femmes, leurs époux et respectives enfants. Déjà le médecin Naoual Malhi affirma l’avoir vu avec une femme qui aurait pris un taxi avec l’enfant à destination d’un village à 270 km. Tout les deux ont affirmé avoir vu Madeleine au mois d’aout mais, étrangement, ils ont attendu l’arrivée de Metodo3 pour faire part de leur témoignage.

Les autorités marocaines n’ont pas de traces de ces témoignages et vont plus loin : "Le travail des hommes de Metodo3 sur le terrain n’est pas bénéfique pour les parents et encore moins pour l’enquête", affirme une source de la sûreté marocaine soulignant "qu’ils induisent les gens en erreur, leur donnant des faux espoirs. C’est déjà assez pénible comme ça pour la famille".