Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/07/2008

Maddie : Enquête continue et gagne nouvel élan

Malgré toutes les informations avancées dans les médias, en particulier au Royaume-Uni, la Police judiciaire (PJ) a nié que l’enquête à la disparition de Madeleine McCann soit abandonnée ou archivée, ce qu’est confirmée par une source de la l’Association of Chief Police Officers (ACPO) qu’avance l’existence de deux témoignages décisifs qui n’ont pas encore été communiqués aux autorités portugaises.

Plusieurs centaines de témoins ont été interrogés depuis le jour de la disparition de Madeleine, au Portugal par la PJ, mais également au Royaume-Uni où les interrogatoires ont été effectués à plusieurs endroits du pays.

Selon la même source, au moins deux témoins ont mis directement en cause la responsabilité d’un membre du groupe des neuf britannique – connu comme les “Tapas 9” — dans la disparition de Maddie, mais le contenu de leurs déclarations n’a jamais été transmis aux autorités portugaises.

“Il existe un circuit bien précis pour faire arriver l’information au Portugal et tout n’a pas fonctionné comme il était prévu, ou comme il serait normal de fonctionner dans un cas de coopération internationale,” affirme ce responsable soulignant que les diverses forces de police qui ont collaboré à l’enquête sur le sol britannique, en particulier dans le Leicertershire, ont été “dépassées” par les agissements de leur hiérarchie, victime à leur tour du rôle joué par le gouvernement.

Pour rappel, l’Association of Chief Police Officers (ACPO) et la police du Leicestershire, ont collaboré dans l’enquête des autorités portugaises, comme l’a confirmée Patricia Scotland, Ministre d'Etat et Attorney General pour l'Angleterre et le Pays de Galles.

Gonçalo Amaral : “Le jour où j'ai été écarté de l’affaire, je préparais le processus pour ramener au Portugal un témoin clé”

 

12/01/2008

Affaire McCann: La police recherche l’auteur d’email anonyme

6fab960d18be1c2b25968885d3a7cf7d.jpgDans l’enquête à la disparition de Madeleine McCann, la révélation de que la Police Judiciaire aurait interrogé un homme-à-tout-faire britannique, Dan Groom, après avoir reçu un email anonyme lançant des suspicions à propos de l’homme qui aurait des ressemblances avec un des portraits-robots décrits par Jane Tanner, n’a pas surpris les investigateurs.

"Nous avons reçu des milliers d’emails avec des accusations, des informations anonymes, des prédictions de médiums, voyants, etc.", confirme un des responsables de la Police Judiciaire à Algarve, rajoutant qu’il "n’est pas surpris que cette information soit divulgué dans les média britanniques, car l’objective même de l’email est plus que suspect".

La Police Judiciaire, depuis le début de l’enquête à la disparition de Madeleine McCann, le 3 mai 2007, s’est vu confronté à un grand nombre de fausses informations : "si certaines sont originaires de personnes qui, dans leur juste volonté d’aider à rechercher la petite, nous ont contacté, d’autres sont clairement destinées à perturber l’enquête", affirme le même responsable, confirmant que "l’origine de certains emails est vérifié et que, dans certains cas, des poursuites pourrons être entames à l’encontre des auteurs".

6a3059fc425e12fcc8ffd5a60ef92f84.jpgDan Groom, britannique âgé de 30 ans, avait été engagé comme jardinier par le propriétaire d’un appartement voisin de celui que les McCann ont occupé dans l’Océan Club, mais, en déclarations à un journal, s’il confirme avoir été interrogé par la police portugaise, il affirme également "ne pas avoir été dans le complexe depuis le 30 mars" et que la nuit de la disparition de Madeleine "il travaillait à plusieurs kilomètres de Praia da Luz".

Ce n’est pas la première fois que les investigateurs, portugais et britanniques, reçoivent des emails accusant des personnes liés à l’Océan Club, c’était déjà le cas d’une ancienne femme d’ouvrage, de nationalité portugaise, accusé de vouloir se venger de ses anciens employeurs kidnappant la petite britannique. Après investigation, toute suspicion avait été écarté.

25/12/2007

Liste de pédophiles anglais établies au Portugal divulgué dans l’après Maddie

563b980f0fa5b0ee79d56402afae0a5d.jpg"Nous n’avons pas attendu cette liste pour vérifier la possibilité d’un enlèvement par un pédophile. Ce que je ne peux pas comprendre c’est pourquoi le leur gouvernement à attendu la disparition d’un enfant anglais pour nous faire connaître l’identité de leurs citoyens présents au Portugal, déjà connus pour des faits de pédophilie et mœurs", affirme un inspecteur de la Police Judiciaire portugaise, contacté par SOS Madeleine.

Les dernières informations, au Royaume-Uni, font état d’une liste de 52 pédophiles d’origine britannique avec une connexion au Portugal, que la police aurait reçu du CEOP - Child Exploitation and On-line Protection Centre. Parmi cette liste, il y aurait un suspect que la police n’a pas réussi à localiser jusqu’à aujourd’hui.

"Nous avons vérifié touts les suspects connus pour des faits de pédophilie et de mœurs qui ont pu se rendre à Praia da Luz au moment de la disparition", affirme un inspecteur de la Police Judiciaire (PJ), soulignant que "la première ligne d’enquête que nous avons suivi c’était celle d’un enlèvement. Ce n’est qu’après l’arrivée de l’équipe anglaise, au mois de juillet, que les choses ont changé".

70da9874502f26cf1473c4d1599454d7.jpg"C’est vrai que, depuis le début,  nous avons énormément de doutes à propos du rôle des parents, et pas uniquement à cause de leur manque de collaboration, mais ce sont les collègues britanniques qui ont renforcé la ligne d’enquête qui nous à amené à considérer le couple comme des suspects officiels", affirme la même source.

Plusieurs centaines de potentiels suspects ont été interroges et leurs alibis vérifiés. Ceci au Portugal mais aussi dans d’autres pays de l’Europe. Une excellente collaboration entre la police portugaise et leurs collègues européens, à permis la vérification de plusieurs touristes qui ont séjourne à Algarve au moment de la disparition de Madeleine. Une particulière attention à été donné aux citoyens d’origine britannique, vu la grande communauté qui réside dans la région d’Algarve mais aussi de l’autre coté de la frontière, en Espagne, ou la police à gardé sous surveillance, pendant plusieurs mois, un britannique avec un passé marqué par des faits de pédophilie.

Madeleine, qui avait trois ans au moment de sa disparition, ne correspond pas au profil de l’enfant recherché par les pédophiles en général, comme le confirme le professeur David Barclay, un expert britannique qui confirme que l’enlèvement pour des buts sexuels serait plutôt un enfant de huit, neuf ou dix ans. Une opinion partagée par plusieurs autres experts portugais mais qui n’a pas empêché la Police Judiciaire de considérer la piste du kidnapping par un pédophile.

Rachel avant Madeleine

Avant la disparition de Madeleine, le seul cas connu, à Algarve, de disparition d’un enfant britannique c’était celui de Rachel Charles. Agé de 10 ans, Rachel vivait avec sa mère et son beau-père à Albufeira. C’est la qu’elle à disparue en novembre 1990. Deux jours après sa disparition, sa mère, Carol Charles, avait reçu un appel téléphonique, en anglais, avec une demande de rançon de 51 millions d’escudos.

Au troisième jour de sa disparition, Rachel à été retrouvé morte. Elle avait été étranglé et son corps abandonné au milieu d’une sapinière.

Après plusieurs semaines d’investigation, la Police Judiciaire à arrêté un britannique, Michael Cook, ami de la famille et qui aurais profité de ce fait pour convaincre Rachel à monter dans sa voiture. L’homme avait même participé aux recherches à coté des parents de la jeune fille. Confondu par le témoignage du jardinier de la famille, Michael Cook à été jugé et condamné à 19 ans de prison. Malgré un recours en justice, le deuxième tribunal à maintenu la sentence.

ab7dd2b5dbbfa251995d8b36ac354be5.jpgDéjà à l’époque, la politique britannique avait marqué présence dans le cas : Robert Spink, membre de la Chambre des Communs au Parlement britannique, avait intervenu pour critiquer les autorités portugaises. Contacté par un journal portugais, après la disparition de Madeleine McCann, le député affirme se souvenir de l’affaire : "J’avais la conviction qu’il était coupable, mais j’avais l’obligation de garantir que Michael Cook puisse avoir un jugement juste", affirme Robert Spink. Après quelques années en prison, et suite à l’intervention britannique, l’assassin à été libérée et est rentré au Royaume-Uni.

02/11/2007

63 Disparitions en 2007: Maddie reste la seule introuvable

e9eac08ce832ee049d0be2c042dfad4e.jpgLa grande majorité des cas de disparition signalés au Portugal sont résolues dans les 15 jours, affirme le Diario de Noticias, citant les résultats de la Police Judiciaire : 63 disparitions signalés à la police depuis le début de l’année, mais il n’y a que Madeleine McCann qui reste introuvable.

L’expérience des inspecteurs le confirme, les premiers jours sont déterminantes pour retrouver l’enfant. Il y a des exceptions, comme le cas d’un bébé à Penafiel (nord du Portugal) kidnappé de l’hôpital en février 2006 et que la Police Judiciaire à retrouvé en parfaite santé après un an. Il faut dire qu’au Portugal, les cas de disparitions sont plutôt rares en comparaison avec les moyennes européennes.

La loi aussi est différente, les procès de disparition restent en ouvert, légalement, pendant 15 ans, même s’ils ne sont jamais oubliés.

En 14 ans, la police portugaise à résolue presque la totalité des cas de disparition de mineurs : il n’y a que huit dossiers qui restent en ouvert faute de se savoir ce qu’est devenu l’enfant ou ce qu’à bien pu lui arriver. Maddie est, pour le moment, le neuvième.

8f04270ae390819cc22661a7cf2bc73d.jpgIci aussi il y des exceptions. Le cas de Sofia en est un: son père à été confondue par la Police Judiciaire et à confessé l’enlèvement mais il refuse de dire ou se trouve sa fille, c’est pourquoi sa photo reste sur les pages internet de la PJ qui continue à la rechercher. Le père, lui, est en prison.

Pas de preuves d’enlèvement

"La principal ligne d’investigation c’est le décès de l’enfant", affirme Carlos Anjos, le président dea144c7b9b3f22342b6d2181ef7255cba.jpg l’Association Syndical des Fonctionnaires d’Investigation Criminelle, en déclarations au Diário de Noticias. "La question c’est de savoir ce qu’est arrivé et comment c’est arrivé", rajoute encore Carlos Anjos que reconnais que "tant que les vestiges ne sont que des preuves, toutes les possibilités restent ouvertes".

Après six mois – complétés demain, samedi – les polices portugaise et britannique sont d’accord sur un point : il n’y a aucune preuve d’enlèvement. C’est ce que confirme à SOS Madeleine un officier de la police à Leicester.

50a6237c1e48d660b0432b860843f95d.jpg"Nous avons accompagné le travail de nos collègues portugais depuis les premiers jours de disparition de Maddie et, quoi que disent nos média, ils ont d’abord suivi la piste de l’enlèvement, mais il n’y a aucun indice qui pointe dans cette direction", affirme l’officier britannique, soulignant que "leur détermination est un exemple pour tout les professionnels de police".

Reconstitution de l’affaire à la télévision

La chaine publique portugaise, RTP (disponible aussi via RTP international), transmet aujourd’hui, vendredi, un reportage spécial dédié à la disparition de Madeleine McCann, incluant une reconstitution des moments jugés décisives de l’affaire.

Signé par la journaliste Sandra Felgueiras, le reportage prétend soulever quelques questions à propos des zones d’ombre de la disparition de la petite britannique. Orientés initialement sur la piste d’un enlèvement, l’enquête à changé de direction avec les premier résultats des examens ADN effectués par la police scientifique.

12/10/2007

Murat fait appel à la télévision pour être lavé de tout soupçon

00575adf67b018175a1d0a8c0629978f.jpgRobert Murat, "arguido" dans l’enquête à la disparition de Madeleine McCann vient de rompre son silence dans une entrevue à BBC News. Accompagné de sa famille face à la camera, le britannique demande à la Police Judiciaire de le laver de tout soupçon.

"Pendants ces cinq mois, mes économies sont finis, maman fait ce qu'elle peut, mais ca reste très, très difficile", affirme Murat à propos de sa situation.

Sally Eveleigh, sa cousine, a également parlé à la BBC prenant la défense de Murat, invitant la police à lui enlever le statut d’arguido car "il n'a pas vu sa fille depuis plus de cinq mois".

"Sans nouvelles de la police depuis trois mois", affirme encore sa cousine, "il doit reconstruire sa vie".