Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/02/2009

"Il n´y a pas de volonté politique pour rouvrir le procès".

Gonçalo Amaral affirme que les autorités ont voulu abandonner l´affaire Maddie

par Duarte Levy dans le 24 Horas

L´ex-inspecteur da PJ qui a dirigé les investigations suite à la disparition de Madeleine McCann, fait de fortes critiques aux autorités anglaises et portugaises.

Português - English

Imagem1333.jpgDans une entrevue enregistrée à Vigo, Espagne, en octobre de l´année dernière, mais révélée que maintenant, l´ex-coordinateur de la PJ, Gonçalo Amaral, accuse les autorités de n´avoir aucune volonté politique pour rouvrir le procès et les investigations de la disparition de Madeleine McCann.
"Il n´y a aucune volonté politique, il n´existe pas de volonté politique pour rouvrir le procès" accuse l´ancien responsable des investigations, ajoutant que "quand on archive un procès de ce genre, avec tant de diligences a faire, avec autant de faits qui devaient être éclaircis, c´est qu´il n´y a aucune volonté de poursuivre avec l´enquête et ceci a été très clair quand nous sommes sortis des investigations le 2 octobre."
Pour Gonçalo Amaral, il y a eu une claire intention de la part des autorités portugaises d´abandonner les investigations et "maintenant ça sera très difficile de rouvrir le procès".
Dans l´entrevue, disponible en vidéo sur internet (http://joanamorais.blogspot.com), Gonçalo Amaral dénonce l´existence de "situations dans le procès que n´ont pas été prises en compte, qui n´ont pas été lues ou connues par qui avait le droit de les connaître", soulignant que la déclaration du couple de médecins anglais qui faisait référence a des vacances à Majorque, ou ils se rendirent compte de "gestes et mots qui indiquaient l´existence d´un agresseur de mineurs" dans le groupe de personnes qui passaient leurs vacances" n´a pas été pris en compte avant l´archivage du procès.
Pour Gonçalo Amaral, les responsables du Ministère Publique n´ont pas lu les détails du procès, ajoutant qu´il "ne croit pas qu´ils aient lu de telles déclarations et sont passé par dessus ça".

Les Anglais accusés de blocage

L´auteur du succès "Maddie : la vérité du mensonge", le livre qui continu sans être édité en Angleterre, au sujet de la collaboration avec les autorités britanniques, a aussi accusé "les plus hauts de la hiérarchie de la police anglaise" d´avoir bloqué l´avancé des investigations. Selon l´ancien inspecteur de la police judiciaire, sur le terrain, la coopération des officiers anglais "était très étroite, très intense", mais les choses n´avançaient pas une fois arrivée à la hiérarchie.

Affaire confidentielle en Angleterre

Pendant l´enquête à la disparition de Maddie, les policiers anglais ont été "invité" à signer un document de confidentialité qui les empêche, même aujourd´hui, de parler sur ce qui s’est passé au Portugal ou en Angleterre, une procédure qui n´est pas normale dans la police anglaise. "C´est normal dans les affaires des services secrets, et ce document est signé tout de suite au début, mais pas avec la police d´investigations criminelles."
L´ex-coordinateur du DIC de la PJ de Portimão va encore plus loin et se souvient que c´était Stuart Prior, un des plus importants responsables de la police anglaise, envoyée au Portugal, qui lui avait dit, à propos des indices récoltés contre les parents de Madeleine, "qu´avec beaucoup moins il avait déjà arrêter des personnes en Angleterre."

Duarte Levy