Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/10/2008

"Nous l’avons battu (Leonor), car personne n’aime les assassins d’enfants"

(Mise à jour) "Les bleus dans le visage de Léonor Cipriano n'ont pas été faits par les inspecteurs (de la PJ)... elle a été bien arrosée dans la prison après son arrivée, en prison personne n'aime les assassins d'enfants," affirme une ancienne codétenue de la maman de Joana soulignant qu'après cette agression "Léonor avait un traitement de faveur de la part de la directrice." La codétenue va plus loin et soutient qu'il n'y a jamais eu autant de bleus sur le visage ou le corps de Léonor même après l'agression de qu'elle aurait été objet au sein de l'Établissement Pénitentiaire d'Odemira, contrariant ainsi la véracité des photos présentés devant le Tribunal de Faro.

leonor expresso.jpgLes révélations faites à SMM, selon cette ancienne détenue, ne sont pas nouvelles, mais n'ont pas été tenues en compte par la Police Judiciaire : "quand j'ai appris ce qu'elles avaient en tête (Léonor et la directrice) j'ai envoyé une lettre à Faro, mais je ne l'est pas signé, car j'avais encore du temps à faire et je ne voulais pas de problèmes."

Si depuis les allégués agressions de qu'elle aurait été victime Léonor à toujours affirmait que l'ancien coordinateur Gonçalo Amaral ne l'avait jamais touché, aujourd'hui, après l'arrivée de l'avocat Marcos Aragão, elle affirme tout le contraire, changeant de version à plusieurs reprises au cours du procès.

 

Une affaire avec plusieurs liaisons dangereuses

Au cours des dernières sessions du tribunal, un ancien chef des gardes de prison est d'ailleurs venu confirmer le comportement anormal de la directrice et sa relation bizarre avec Léonor : selon lui, la responsable de l'établissement aurait même suggéré qu'il devrait changer le contenu d'un rapport écrit à propos du retour de Léonor Cipriano de la PJ de Faro avec quelques marques rouges sur le visage.

Le chef des gardes, António Maia, qui a été entendu comme témoin, a indiqué qu'il était en service le 15 octobre et que Léonor Cipriano, de retour en prison, lui avait confirmé qu'elle était bien tombée dans les escaliers après son interrogatoire dans le bâtiment de la PJ à Faro, car, citant la mère de Joana, elle avait éprouvé un vertige après avoir passé plusieurs heures sans manger. Ce sont ces déclarations, consignées dans le rapport d'Antonio Maia, que la directrice Ana Maria Calado, lui aurait suggéré d'altérer.