Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/08/2008

Le réseau belge et l’ombre de Toscano

Lire aussi: L’affaire McCann : Le Home Office s’est refusé à donner des informations à propos des cartes de crédit de Gerry

7d19f2bd397facc233fa53070b0754b3.jpgL’information contenue dans l’email écrit par John Shord, un officier de police britannique, à la Police du Leicestershire et transmise aux autorités portugaises, donnant compte de que Madeleine McCann aurait été kidnappée sous commande d’un réseau de pédophilie belge, est parti d’informations mises à circuler par António Toscano, un prétendu journaliste espagnol qu’affirmait être spécialiste dans les affaires d’enlèvement.

Toscano, qui attribuait à un dénommé El Frances l’enlèvement de Madeleine sous ordres d’un réseau pédophile, a été entendu à plusieurs reprises par les autorités portugaises, mais ses allégations ont vite été écartées après enquête. L’espagnol avait même demandé à être reçu par Kate et Gerry McCann qui avaient refusé.

"Les services de renseignement suggèrent qu'un réseau de pédophile en Belgique à fait une commande d’une jeune fille trois jours avant que Madeleine soit prise," avance l’email rajoutant que "quelqu'un de relié à ce réseau a vu Maddie, a pris une photo d’elle et l'a envoyée en Belgique (*). L'acheteur a convenu que la fille était appropriée et Maddie a été prise."

Selon un ami des McCann, cité par The Telegraph à propos des réseaux pedophiles en Belgique, le trafic y serait aussi courant qu’il est facile de trafiquer en Afrique du Nord.

L’information des médias britanniques est d’autant plus surprenante quant ont se souvient que la plupart des journalistes outre-Manche ont reçu la même copie du procès, dans laquelle il y a tous les détails du travail mené par la Police judiciaire, conjointement avec la police britannique, à propos de ces révélations.

Témoignage hollandais a été vérifié

354dbd73bf160747b5b165afa65d05b4.jpgUne source de la police hollandaise, contactée à Amsterdam, à confirmée avoir investigué le témoignage d’Anna Stam et avoir écarté toute possibilité de que l’enfant aperçue soit Madeleine McCann. Dans un anglais parfait, l’officier affirme ne pas comprendre l’acharnement des médias, car, selon lui, "les autorités portugaises ont demandé et obtenu, via Interpol, la collaboration de la police hollandaise et les conclusions de l’enquête menée aux Pays-Bas ont été envoyés aussi bien au Portugal qu’au Royaume-Uni."

The Telegraph, citant le porte-parole des McCann, Clarence Mitchell, affirme que la "révélation" viendrait renforcer la théorie de Kate et Gerry McCann de que leur fille aurait été enlevée par un réseau international.

Anna Stam, une vendeuse d’Amsterdam, la même ville où Kate et Gerry ont vécu avant la naissance des jumeaux, est une parmi plus d’une dizaine de néerlandais qui ont contacté la police affirmant avoir aperçu Madeleine, mais, à chaque fois, la piste s’est révélée fausse.

La Police judiciaire avait notamment, à propos de tous ces témoignages, aussi bien aux Pays-Bas que dans le reste du monde, demandé l’appui d’Interpol. Dans un fax envoyé depuis Lyon, siège européen de l’organisation, et qui figure dans les documents que tous les journalistes ont reçus (y inclus les Britanniques), met à disposition des autorités portugaises toute la logistique de l’organisation.

Vu que le témoignage hollandais n’est pas cas unique, il faut probablement s’attendre à d’autres "révélations", car Madeleine reste l’unique enfant disparue qu’a réussi à être aperçue sur tous les continents, parfois le même jour.

Duarte Levy & Paulo Reis

(*) les Belges connaissent mieux que personne "l’effet Dutroux" : après cette affaire, il était devenu courant d’associer l’image du pays et des Belges à la pédophilie. Pourtant, le pays entier, indépendamment des questions politiques ou linguistiques, talon d’achillée de la société belge, était descendu dans la rue pour demander des reformes dans le secteur de la justice et en particulier dans la police. S’il y a bien un pays en Europe où des efforts ont été faits pour éviter une autre affaire semblable à celle de Dutroux c’est bien la Belgique et aujourd’hui c’est devenu monnaye courante les autorités du pays donner appui et collaboration à ses partenaires européens, comme c’était le cas dans le procès de Michel Fourniret et de son épouse Monique Olivier.