Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/02/2009

Maddie est une affaire de sécurité nationale

Madeleine McCann.jpgEnglish - Português

Vous pouvez également suivre cette affaire sur le blog de Jon Clements ICI et de Joana Morais ICI.

En Angleterre, la police du Leicestershire, répondant à une demande d'un journaliste britannique, sous la législation qui réglemente le libre accès à l'information, a refusé d’expliquer si oui ou non le recours à l’enregistrement téléphonique et l'interception du courrier électronique dans l’investigation de l’affaire Madeleine McCann a été couvert par un mandat.

Selon le journaliste Jon Clements, la police, après avoir retardé sa réponse pendant plusieurs mois alléguant la nécessité de consulter d'autres "agences", a répondu qu'elle n'avait aucune obligation d'expliquer sous quelles conditions des moyens de surveillance ont été employés dans l’affaire Maddie, pour des raisons "de sécurité nationale".

La police du Leicestershire, qui est considérée être la 5e meilleure police municipale de l'Angleterre, a en outre expliqué au journaliste qu'elle a été également dispensée de lui répondre, parce que l'explication demandée pourrait être liée à d'autres "services de sécurité", qui, selon la législation qui réglemente le libre accès à l'information, seraient plusieurs organismes des services secrets, tels que MI5, MI6, GCHG, SOCA ou les forces spéciales.

Satellites tournés vers le Maroc au moment où Maddie a disparu

satellite.jpgL’"aventure" de Jon Clements n'est pas unique, compte tenu du fait qu'en mai 2007, seulement quelques jours après que Maddie ait disparu, un fonctionnaire supérieur du département d'enquête criminelle de la Polícia Judiciária (CID) à Portimão a demandé à ses collègues anglais, qui avaient été envoyés à Praia da Luz, d’avoir accès aux images satellites observant la côte de l'Algarve.

Bien que la demande elle-même pourrait être considérée comme étant normale, car l’imagerie satellite avait aidé les autorités à résoudre l’une ou l’autre affaire compliquée par le passé, la réponse était étonnante. Selon les "experts" qui avaient été envoyés au Portugal par le gouvernement britannique, au moment où Madeleine McCann a été enlevée de l'appartement 5A à l’Ocean Club, tous les satellites étaient tournés vers la côte du Maroc.

Une malheureuse "coïncidence" qui avait fini par étonner les hommes de la PJ quand, des mois plus tard, ils ont vu les mêmes "experts" défendre la théorie de l'enlèvement de Madeleine vers le Maroc, soutenue par les rapports fantaisistes d'une agence de détectives espagnole qui, dans une déclaration au public, a même dit qu’elle savait qui avait pris la petite fille, pourquoi et quand, promettant qu'elle retournerait à la maison avant Noël.

Duarte Levy