Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/01/2009

L’interrogatoire des Tapas 7 : les mots avant les images

Fotolia_364166_XS.jpg(Mise à jour) Pour une question de facilitée, et vue le nombre de documents appartenant au procès encore à traiter (y inclus ceux qui sont encore couverts par le secret de justice et qui ne font pas partie du DVD distribué aux journalistes), j’ai décidé de publier les textes originaux des transcriptions faites au départ des enregistrements vidéo des interrogatoires des Tapas 7 à Enderby en avril 2008.
Les textes sont disponibles ICI dans leur version originale (anglais). Les images vidéo seront également disponibles dans un futur proche.

Dianne Webster – Transcription d’entrevue enregistrée en DVD

Russell James O’Brien & le résumé de l’entrevue du DVD qui n’existerait pas

Russell James O’Brien – Transcription d’entrevue enregistrée en DVD partie I

Russell James O’Brien – Transcription d’entrevue enregistrée en DVD partie II

Russell James O’Brien – Transcription d’entrevue enregistrée en DVD partie III

Russell James O’Brien – Transcription d’entrevue enregistrée en DVD partie IV

 

04/07/2008

Maddie : Enquête continue et gagne nouvel élan

Malgré toutes les informations avancées dans les médias, en particulier au Royaume-Uni, la Police judiciaire (PJ) a nié que l’enquête à la disparition de Madeleine McCann soit abandonnée ou archivée, ce qu’est confirmée par une source de la l’Association of Chief Police Officers (ACPO) qu’avance l’existence de deux témoignages décisifs qui n’ont pas encore été communiqués aux autorités portugaises.

Plusieurs centaines de témoins ont été interrogés depuis le jour de la disparition de Madeleine, au Portugal par la PJ, mais également au Royaume-Uni où les interrogatoires ont été effectués à plusieurs endroits du pays.

Selon la même source, au moins deux témoins ont mis directement en cause la responsabilité d’un membre du groupe des neuf britannique – connu comme les “Tapas 9” — dans la disparition de Maddie, mais le contenu de leurs déclarations n’a jamais été transmis aux autorités portugaises.

“Il existe un circuit bien précis pour faire arriver l’information au Portugal et tout n’a pas fonctionné comme il était prévu, ou comme il serait normal de fonctionner dans un cas de coopération internationale,” affirme ce responsable soulignant que les diverses forces de police qui ont collaboré à l’enquête sur le sol britannique, en particulier dans le Leicertershire, ont été “dépassées” par les agissements de leur hiérarchie, victime à leur tour du rôle joué par le gouvernement.

Pour rappel, l’Association of Chief Police Officers (ACPO) et la police du Leicestershire, ont collaboré dans l’enquête des autorités portugaises, comme l’a confirmée Patricia Scotland, Ministre d'Etat et Attorney General pour l'Angleterre et le Pays de Galles.

Gonçalo Amaral : “Le jour où j'ai été écarté de l’affaire, je préparais le processus pour ramener au Portugal un témoin clé”

 

29/05/2008

Enquêteurs voulaient confondre le 10éme "Tapas"

f7db739aa4397bfe42dd576f539be78b.jpg

"Le refus d’accès au contenu des messages écrits reçus par Gerry McCann avant et après la disparition de sa fille Madeleine, ou le refus des Tapas neuf de revenir au Portugal, ne vont pas empêcher les inspecteurs de progresser dans leur enquête," affirme un responsable de la Police Judiciaire après la divulgation hier de la décision du Tribunal de la Relation d’Évora.

Selon la même source, avec leur accès au contenu des messages écrits reçus par Gerry McCann, "les enquêteurs voulaient confondre un personnage encore dans l’ombre mais que la police sait être liée à l’affaire".

Certains inspecteurs parlent même du 10 éme Tapas.

L’existence d’un dixième personnage, connu de Gerry et Kate McCann, est un fait également soutenu au Royaume-Uni où un membre de l’Association of Chief Police Officers (ACPO) à confirmé que "les officiers envoyés au Portugal avaient même suggéré quelques possibilités parmi les britanniques qui habitent en permanence la région d’Algarve".

Hier, un arrêt du Tribunal de la Relation d’Évora est venu soutenir la décision du juge d'instruction criminelle de Portimão, Pedro Frias, qu’avait interdit l’accès des enquêteurs de la Police Judiciaire au contenu des messages écrits (SMS) reçus par Gerry McCann.

Selon le document, le papa de Madeleine McCann a reçu 14 messages écrits le 2 mai, la veille de la disparition de sa fille, au départ d’un numéro de téléphone officiellement non identifié. Le même portable est à l’origine de 4 autres messages que Gerry McCann à reçu après la disparition.

Gerry et Kate McCann ont toujours refusé de divulguer aux enquêteurs le contenu des messages, ce que n’a pas empêché la police d’obtenir ces renseignements.

C’est l’utilisation du contenu de ces informations, notamment dans un procès, qui est mise en cause par la décision du juge d'instruction criminelle.

Selon le même document, le premier arrêt de justice divulgué jusqu’à présent publiquement, les investigations de la Police Judiciaire, suite à la disparition de Madeleine, portent bien sur l’éventualité des crimes d’abandon, mise en danger, enlèvement, homicide et dissimulation de cadavre.

Pour rappel, l’Association of Chief Police Officers (ACPO) et la police du Leicestershire, ont collaboré dans l’enquête des autorités portugaises, comme l’a confirmée Patricia Scotland, Ministre d'Etat et Attorney General pour l'Angleterre et le Pays de Galles.

Si la décision du juge empêche l’utilisation des donnés antérieurs à la disparition de Madeleine, elle n’a pas empêché les enquêteurs d’en prendre connaissance des appels et les inspecteurs savent qui à parlé avec qui.

Les hommes de Gonçalo Amaral, aujourd’hui remplacé par l’inspecteur Paulo Rebelo,  ont eu également l’occasion de procéder à des écoutes téléphoniques après la disparition de Madeleine et pendant que le couple et ses amis se trouvaient au Portugal. Une fois le couple et ses amis de retour au Royaume-Uni, la PJ attendait des autorités britanniques la continuation du travail mais il est encore incertain si toutes les informations ont pu leur être communiquées.

Selon l’interprétation donnée par le juge d’instruction criminelle du Tribunal de 1ª instance de Portimão, Pedro Frias, à la législation portugaise, confirmée par le Tribunal de la Relation, les enquêteurs peuvent uniquement utiliser les données obtenus en temps réel. Dans la pratique, il aurait fallu aux enquêteurs avoir obtenu une autorisation avant la disparition de Madeleine.

Pedro Frias n’a pas refusé l’utilisation ou l’accès à toutes les écoutes ou enregistrements effectués dans le cadre de l’enquête, mais il n’accorde aux enquêteurs le droit d’utiliser le contenu des SMS envoyés et reçus par le couple McCann avant le 3 mai 2007.

Le Ministère Public et la Police Judiciaire voulaient également demander aux trois operateurs de téléphonie mobile existent au Portugal – TMN, Vodafone et Optimus – les listings sous support digital (CD ou DVD) de toutes les communications concernant le couple et ses amis pour la période du 28 avril au 9 septembre 2007.

L’urgence de faire passer l’image d’un "Tapas sept" uni et solide

L’annonce par le cabinet du Procureur Générale de la République (PGR) de l’annulation de la reconstitution demandé par la Police Judiciaire, indiquant que cette décision était la conséquence du refus de quatre amis des parents de Madeleine d’effectuer leur voyage de retour à Praia da Luz, à provoqué un énorme tolet obligeant Clarence Mitchell à réagir.

898bd8ef8e98b2611dbe864e85504ae6.jpgSi l’annulation de la diligence n’était pas une véritable surprise, la confirmation par le PGR de qu’il y aurait que quatre témoins à refuser de collaborer officiellement avec les autorités portugaise soulève une question : pourquoi les autres trois ont’ ils accepté, sans aucune condition, de coopérer avec les autorités portugaises ?

La question devenant gênante, surtout après que l’information soit arrivée dans les médias britanniques, le responsable en communication du couple McCann s’est empressé de  dire que finalement "tout le groupe ne voulait pas retourner au Portugal".

Sans jamais s’attaquer à la note du cabinet du Procureur, le spécialiste en manipulation des médias s’est attaché à justifier la décision du couple McCann et de ses quatre amis, voulant à tout prix calmer l’opinion public et faire passer l’image d’un groupe solide et uni contre la police portugaise, oubliant volontairement que l’enquête à la disparition de Madeleine est un travail conjoint avec la police britannique.

Note: le document complet est disponible pour download, en version PDF, ICI 

(Publié le 28 mai sur duartelevy.livejournal, disponible initialement aux abonnés)

90c68949e75eacb915d3ff211b8dfa35.gif

2aec7ebcddcd8fd2249da4aeb57f1571.gifd6af64f561dfb9659140e0ba10a9a9ed.gif7935487696b9ac8686f3d3c27763675e.gif

 

Voulez vous réagir à cet article ? Email

07/04/2008

PJ au Royaume-Uni pour confondre témoins avec des nouveaux indices

Parti de l’aéroport de Faro, l’équipe d’inspecteurs de la Police Judiciaire (PJ) portugaise est arrivé cette après-midi dans les installations de la police à Enderby (Royaume-Uni) où ils ont tenu une rencontre de préparation pour les interrogatoires de plusieurs témoins liés directe ou indirectement à Praia da Luz et à la disparition de Madeleine McCann. Parmi les témoins à interroger ont compte les sept amis du couple McCann, plus connus par le surnom de Tapas 7.

Suite aux lettres rogatoires envoyées par les autorités portugaises, Paulo Rebelo, responsable de l’enquête, prétend éclaircir plusieurs lacunes et contradictions révélés par les premiers interrogatoires du groupe, mais aussi les confondre avec des nouveaux indices, avec un particulier intérêt pour un échange de vêtements pendant le diner au Tapas Bar, le restaurant à l’intérieur de l’Océan Club.

Malgré la difficulté de leur tache, compromise par la révélation du contenu des lettres rogatoires aussi bien que d’une partie du dossier d’enquête qui était dans les mains des autorités britanniques, les inspecteurs cherchent à consolider leurs investigations ou, rappelons-le, sont cités trois arguidos : Robert Murat, Gerald (Gerry) McCann et son épouse Kate.

Les inspecteurs de la PJ n’ont reçu l’accord de procéder eux-mêmes aux interrogatoires mais peuvent, en dehors de lettres rogatoires, suggérer d’autres questions, même si la décision finale incombe à leurs collègues de Leicester.

591684fe43c6e0b6f315b2295d02019f.jpgSelon les explications d’un porte-parole de la police britannique, les témoins ne seront pas accompagnés par leurs avocats mais ont le droit d’abandonner les interrogatoires quand ils le veulent. Le même porte-parole à confirmé que les interrogatoires ont bel et bien été sollicités officiellement par les autorités portugaises, contrariant ainsi les spéculations de Clarence Mitchell qui avait affirmé à une partie de la presse que les McCann avaient demandé eux-mêmes cette démarche.

Kate et Gerry McCann, arguidos (suspects) dans l’enquête de la Police Judiciaire à la disparition de leur fille Madeleine, ont le droit de suggérer des témoins, ce qu’ils ont fait indiquant une liste de noms, notamment ceux de Justine McGuiness et Clarence Mitchell. Les deux experts n’étaient pas à Praia da Luz la nuit de la disparition de Madeleine mais le couple prétend qu’ils peuvent attester de leur innocence.

Les 7 membres du groupe du Tapas Bar que le public connait

e3fe726ff4fa618508a8d8ade15f9807.jpgDr Matthew Oldfield et son épouse Rachael : Matthew à rencontré Gerry McCann à Leicester ou ils ont travaillé ensemble. Agé de 37 ans, Matthew est endocrinologue au Kingston Hospital à Surrey. Son épouse Rachael, d’un an plus jeune, est consultante. Ils ont une fille de deux ans.

Dr Russell O’Brien et sa compagne Jane Tanner  : Au moment de la disparition ils habitaient à Exeter. Lui il a 36 ans et elle 37. Russel travaille actuellement à l’Université de Plymouth, plus précisément à la Peninsula Medical School. Ils ont deux enfants, la plus âgé de 4 ans.

09f3b7e5c30fb791d7c9e0eb2d50ad70.jpgIls sont une fois encore au centre des attentions. Le Dr Russell est celui qui s’est absenté le plus longtemps du Tapas Bar et les premières réponses du couple aux interrogatoires de la police portugaise ont révélé plusieurs contradictions. Jane Tanner prétend avoir vu un homme portant un enfant mais son témoignage à été jugé comme suspect car deux témoins indépendants au groupe, présents au même endroit, ont affirmé n’avoir vu personne.

Son témoignage, à propos du prétendu suspect, à changé à plusieurs reprises.

Le Dr David Payne est marié au Dr Fiona Payne: David, âgé 37c8ecc4cd2207c22979ee6b121030ae.jpgde 41 and est un ami de l’université de Leicester en Science Cardiovasculaire. Son épouse est âgée de 34 ans et est également médecin.

Du groupe, David est le seule, à l’exception des parents, à prétendre avoir vu Madeleine en vie vers 18H30.

Pendant leur séjour à Praia da Luz le couple été accompagné par la mère de Fiona, Dianne Webster, le neuvième membre du groupe qui à diné au Tapas Bar.

90c68949e75eacb915d3ff211b8dfa35.gif

2aec7ebcddcd8fd2249da4aeb57f1571.gifd6af64f561dfb9659140e0ba10a9a9ed.gif7935487696b9ac8686f3d3c27763675e.gif

 

01/04/2008

L’affaire McCann : succès des interrogatoires compromis

Secret n’a pas été respecté

L’objectif visé par la police portugaise avec l’interrogatoire de plusieurs témoins sur le sol britannique, connus dans l’affaire McCann comme les "tapas 7", serait gravement compromis par la divulgation du contenu des lettres rogatoires et d’une partie de la version anglaise du dossier.  

L’information est avancée par une source du Leicestershire Constabulary et confirmée par une copie du document à que SOS Madeleine à pu avoir accès. Selon la même source, le contenu des lettres rogatoires et une partie du dossier aurait été copié et envoyé à un ancien officier de la police, actuellement dans le secteur privé, proche d’un témoin et intéressé dans le déroulement des investigations.

Après quelques mois d’attente, mis à profit par les témoins pour préparer les prochains interrogatoires, la Police Judiciaire est sensé voyager vers le Royaume-Uni pendant le mois d’avril afin de poursuivre son enquête à la disparition de Madeleine McCann.

Plusieurs témoins, et pas des moindres, ont reçu, de la part d’avocats et d’anciens officiers de la police britannique, des consignes et informations de comment faire face aux questions préparés par l’équipe de Paulo Rebelo. C’était le cas en novembre de l’année passé quand, après avoir appris que la Police Judiciaire avait l’intention de les interroger à nouveau, les McCann et ses amis se sont réunis avec plusieurs des conseillers du couple.

Hier, une source de la police britannique affirmait à le presse que "les autorités portugaises avaient demandé que le contenu de leur demande et la forme comme elle serait exécuté soient gardés confidentiels afin de ne pas affecter l’enquête en cours".

Les inspecteurs de la police portugaise voulaient garder confidentiel le contenu de leur dossier afin de tirer profit du facteur surprise dans ses questions mais également de leur choix dans les confrontations entre témoins. Les copies à que nous avons eu accès révèlent notamment que la police à fait appel au témoignage d’autres vacanciers britanniques qui ont pu leur apporter la preuve des contradictions, voire les mensonges, des premières déclarations du groupe "tapas 7".  

Ce n’est pas la première fois que le bon déroulement de l’enquête est affecté par l’ingérence de personnes bien placés auprès des autorités britanniques, notamment dans la police, agissant à titre individuel ou à la demande de personnes proches des conseillers qui entourent le couple McCann et ses amis.

En janvier, c’est le responsable en communication & marketing du couple McCann qui avait, en personne, reconnu avoir reçu un “briefing” privé de la part d’officiers de la police britannique à propos de l’enquête : “J'ai eu des briefings en privé de la police qui m'ont assuré complètement que les autorités, dans ce pays (Royaume-Uni), traitent ceci comme un cas de l'enlèvement par un inconnu”, avait dit publiquement Clarence Mitchell.

McCann ne veulent plus être arguidos pour mieux signaler l’anniversaire de la disparition

À l'approche du premier anniversaire de la disparition de Madeleine, la famille McCann étudie la meilleure forme de signaler la date, espérant ne plus être suspects (arguidos) dans l’enquête des autorités portugaises : "ils ne vont pas donner d'entrevues parce qu'ils ne veulent pas casser le secret de justice", affirmait leur responsable en communication & marketing, Clarence Mitchell, admettant que les familiers puissent le faire à leur place.

Malgré les affirmations de leur porte-parole, Kate et Gerry McCann donnent une entrevue exclusive à la chaine de télévision britannique ITV, inclus dans un documentaire prévu pour le 30 avril, destinée à signaler le premier anniversaire de la disparition de leur fille Madeleine.

Selon l’ancien directeur de l’Unité de Surveillance des Média du gouvernement britannique, Kate et Gerry McCann ne veulent plus être considérés comme suspects après la conclusion des interrogatoires de la Police Judiciaire, afin de décider quel serait la meilleure manière de signaler ce triste anniversaire.

Les avocats du couple au Portugal ont déjà commencé à travailler dans ce sens : des contacts privés ont été établies au plus haut niveau auprès du  Ministère Public et récemment, en déclarations à la presse, l’ancien bâtonnier de l’Ordre des Avocats est venu accentuer la pression sur les autorités portugaises.

Depuis leur retour du Portugal en septembre 2007, après qu’ils avaient été constitués comme arguidos, les McCann n’ont pas cessé de clamer qu’ils sont disposés à collaborer avec la police même "s’ils n’ont pas demandés à être réentendus", comme le confirme Clarence Mitchell: "Si leur statut d’arguido est levé avant cette date (l’anniversaire), alors ils peuvent se décider à parler".